La 5G : quels risques pour la santé ?

mis à jour le 24 juin 2019

Dans un appel lancé en septembre 2017, scientifiques et médecins alertaient sur les effets sanitaires potentiellement graves de la 5G. Ils demandaient un moratoire jusqu’à ce que « des études d’impact sanitaires et environnementales sérieuses et indépendantes aient été réalisées ». Alors que les premières expérimentations à taille réelle commencent, ces études n’ont toujours pas été menées. Pourtant, les risques sont réels. Certains pays commencent à prendre la mesure du danger, contrairement à la France.

Aujourd’hui, la 5G est le nouvel Eldorado de toutes les entreprises de télécommunication et de tous les constructeurs qui imaginent déjà les objets connectés de demain. Mais, personne ne semble écouter les nombreux appels des scientifiques et des médecins qui s’alarment du déploiement de cette technologie. Et cette technologie a déjà commencé à s’implanter sans que son impact sur la santé n’ait été évalué.

Le déploiement de la 5G implique un quadrillage tous les 100 mètres

Qu’est ce que la 5G ? En quoi est-elle différente de la 4G ?

La 5G est la cinquième génération de technologie de la téléphonie mobile après la 4G. Elle a été développée pour permettre une meilleure connectivité des objets. « Ce qu’il est important de comprendre, c’est que la 5G ne vient pas remplacer les 2, 3 et 4G, mais arrive en plus, explique le Dr Marc Arazi, président de l’association Alerte Phonegate et signataire de l’appel de 2017Cela signifie que ce nouveau réseau sans fil ne fera qu’augmenter considérablement l’exposition aux rayonnements de radiofréquence des humains, mais aussi des animaux et des plantes. » En effet, les fréquences utilisées par la 5G vont venir s’ajouter à celles déjà déployées par les autres générations de couverture mobile.

L’un des arguments mis en avant par les lanceurs d’alerte étant que la 5G nécessite pas moins de 20 000 nouveaux satellites et que les entreprises de télécommunications devront installer des stations de base tous les 100 m dans toutes les zones urbaines du monde entier, soit 10 millions de nouvelles antennes. Cela signifie qu’une nouvelle antenne sera posée toutes les dix à douze maisons, créant « une exposition massive à laquelle nul ne pourra se soustraire », comme l’explique l’association Robin des Toits.

Verizon annonce pour sa part que la 5G fournira « environ 50 fois le débit de la 4G actuelle » en utilisant des ondes submillimétriques et millimétriques à des gammes de fréquences supérieures à 6 GHz et à 100 GHz et au-delà. Et pour couronner le tout, la US Federal Communications Commission (FCC) a adopté des règles autorisant que la puissance effective de ces faisceaux atteigne 20 Watts, soit dix fois plus que les niveaux autorisés pour les téléphones actuels« Alors même que ces normes étaient déjà totalement aléatoires et ne reposaient sur aucune donnée scientifique, qu’elles n’ont jamais été mises à jour depuis 1996 et, qui plus est, n’étaient même pas respectées par les constructeurs », souligne le Dr Marc Arazi.

Suite réservé aux abonnés

Des voitures autonomes, des opérations chirurgicales à distance, un internet dix fois plus rapide…Les possibilités données par la 5G sont immenses et suscitent de nombreuses inquiétudes. Son installation par le Chinois Huawei fait craindre au mieux un cyber espionnage à grande-échelle, au pire une prise de contrôle par les autorités chinoises de l’entièreté du réseau. À l’heure où l’Europe s’équipe des installations nécessaires, le débat fait rage sur l’interdiction de ce géant des télécommunications. Alors doit-on avoir peur de Huawei et de la Chine ?

LA 5G pourrait bien mettre notre vie privée en danger

LA 5G pourrait bien mettre notre vie privée en danger (bien plus qu’elle ne l’est déjà !) – androidpit.fr – 06/03/2019 Voir ARTICLE

Vous êtes-vous déjà demandé ce qui va changer en termes de sécurité et de confidentialité avec l’arrivée de la 5G ? Le nombre d’appareils connectés augmentera considérablement et les opérateurs auront entre les mains une arme très puissante : nos données. Filip Chytrý, consultant en sécurité IoT à l’ENISA et directeur des ventes techniques et du renseignement sur les menaces chez Avast, nous en a parlé.

La France s’apprête à déployer la 5G, qui repose en partie sur l’utilisation d’ondes à très haute fréquence. Aucune étude épidémiologique n’ayant été faite, scientifiques, médecins, et jusqu’aux services de l’État s’alarment.

Des centaines d’antennes vont être équipées de la 5G partout en Suisse, pour une connectivité toujours plus grande, y compris dans les tout petits villages. Mais tout le monde n’est pas ravi de voir débarquer la nouvelle technologie, surtout pas dans son voisinage. Il y a bien sûr les électrosensibles mais aussi de nombreux citoyens inquiets.

Depuis samedi 15 juin, l’Espagne est pionnière de la 5G en Europe grâce à Vodafone qui sera le premier à lancer la prochaine génération de communication mobile dans le pays. Huawei, dont les équipements suscitent la méfiance de nombreux pays européens, lui a fourni une partie de son réseau.…

La 5G, la technologie qui va bouleverser l’économie

Elle n’est pas encore devenue réalité et n’est pas utilisable par le grand public. Mais la 5G est déjà sur toutes les lèvres et dans toutes les têtes des acteurs de la filière des télécoms ; tout le monde multiplie investissements et partenariats pour être sûr de ne pas rater le bon wagon de « l’ultra » haut débit mobile.

L’Otan s’inquiète des risques pour la sécurité des réseaux en 5G

Les risques que fait courir Huawei à la sécurité des futurs réseaux de communications mobiles de cinquième génération doivent être pris au sérieux, a affirmé jeudi le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, sur fond d’intensification des pressions de Washington pour empêcher l’Europe de s’équiper chez le géant chinois. Les 29 pays membres de l’Alliance ont engagé des consultations sur Huawei, considéré par le gouvernement américain comme une menace pour l’Europe, a indiqué M. Stoltenberg lors d’une conférence de presse au siège bruxellois de l’Otan.

Les Etats-Unis et plusieurs autres pays occidentaux ont exclu Huawei des appels d’offres pour la mise en place de réseaux ultra-rapides de 5G, en raison des liens étroits que cette société entretient avec le gouvernement chinois.

“Certains alliés ont exprimé leurs préoccupations et l’Otan prend ces préoccupations très au sérieux”, a ajouté M. Stoltenberg.

“Nous sommes maintenant en étroite consultation sur cette question, y compris sur les aspects sécuritaires des investissements dans les réseaux 5G”, a-t-il expliqué.

La chancelière allemande Angela Merkel a annoncé mardi l’intention de Berlin de consulter Washington sur l’utilisation de la technologie Huawei.

“Nous accordons une grande importance à la sécurité dans la construction du réseau 5G, c’est pourquoi nous sommes en train de définir nos propres normes et, bien entendu, nous en discuterons avec nos partenaires, tant en Europe qu’aux Etats-Unis”, a-t-elle déclaré mardi.

Selon le ‘Wall Street Journal’, l’ambassadeur des Etats-Unis, Richard Grenell, a prévenu l’Allemagne que les Etats-Unis pourraient réduire les échanges de renseignements et autres informations si la technologie Huawei était intégrée aux infrastructures de télécommunications 5G de ce pays.

Le géant chinois des télécommunications nie les allégations selon lesquelles ses équipements pourraient être utilisés à des fins d’espionnage.

Mais le commandant suprême des forces alliées de l’Otan en Europe (Saceur), le général américain Curtis Scaparrotti, a mis en garde contre “l’incroyable capacité d’extraction de données” liée à la “bande passante de la 5G” au cours d’une audition devant la commission de la défense de la Chambre des Représentants aux Etats-Unis.

Si la technologie Huawei est utilisée par des pays dans leurs systèmes de communications en matière de défense, l’armée américaine ne communiquera plus avec eux, a averti le général Scaparrotti.

Les systèmes 5G de la prochaine génération apporteront une connectivité quasi instantanée qui peut permettre la mise au point de technologies futuristes telles que les voitures sans pilote.

M. Stoltenberg a rappelé que si la création de réseaux 5G était une question commerciale et économique, elle avait également des répercussions sur la sécurité. “C’est la raison pour laquelle nous continuerons à nous consulter, à évaluer et à examiner si l’Otan a un rôle à jouer dans le traitement des aspects sécuritaires liés à ce type d’infrastructures”, a-t-il déclaré.

Ces dernières années, l’Alliance a renforcé ses défenses contre la cyberguerre, de plus en plus présente dans les conflits modernes.

Dans une réaction transmise à l’agence Belga, Huawei souligne jeudi avoir “fait ses preuves en matière de cybersécurité”. Selon le groupe chinois, “rien ne prouve” qu’elle représente une menace en la matière.

“Nous faisons partie de la solution et non du problème. La cybersécurité est un problème qui doit être traité par l’ensemble du secteur et des régulateurs. Huawei est ouvert au dialogue avec quiconque se préoccupe légitimement de la cybersécurité”, a conclu l’entreprise chinoise. AFP

5G : face aux dangers, à nous de décider ! Voir ARTICLE et SOUTENIR

La 5G provoque un vent de panique au sein des services de sécurité européens – Le MONDE 13 juin 2019 Voir ARTICLE