G7 Biarritz, le sommet de toutes les restrictions

Le sommet international du G7 qui se tiendra à Biarritz les 24, 25 et 26 août engendre une série de restrictions de circulation routière, ferroviaire mais aussi maritime et aérienne.

Les accès à Biarritz verrouillés

Le centre-ville de Biarritz sera soumis à des conditions strictes de sécurité du 23 au 26 août. Deux zones ont été établies, une zone de protection (bleue) et une zone de protection renforcée (rouge). Dans la zone rouge, il sera interdit de circuler mais également de stationner. Tous les parkings publics seront par ailleurs fermés. Les piétons pourront circuler dans les rues mais uniquement munis d’un badge.  En zone bleue, seuls les véhicules équipés de macarons pourront circuler. 

Les restrictions de circulation concernent aussi bien les axes routiers et ferroviaires, que l'espace maritime et aérien.  - Radio France
Les restrictions de circulation concernent aussi bien les axes routiers et ferroviaires, que l’espace maritime et aérien. © Radio France – Lauriane Havard

Aux abords de Biarritz, la RD 810 sera fermée du viaduc de la Négresse au carrefour giratoire de la gendarmerie (à Anglet) ainsi qu’une partie du boulevard du BAB, du giratoire du Mousse au carrefour de La Rochefoucauld (à Anglet) du samedi 24 août 2019, 8h au lundi 26 août 2019, minuit. Les automobilistes sont incités à utiliser l’autoroute A63 pour circuler entre le nord et le sud de l’agglomération entre le 24 août et le 26 août. Aussi, pendant cette période, le trafic sera gratuit entre Bayonne Nord (échangeur n° 6) et Biarritz (échangeur n°4). Les véhicules non autorisés à circuler sur autoroute comme les scooters pourront emprunter la route du Chapelet (RD754 et RD254).

La circulation des poids-lourds restreinte

Le samedi 24 août 2019, l’interdiction nationale en vigueur pour les poids lourds de plus de 7,5t de 7h à 19h sera prolongée jusqu’à 20h sur l’A63, entre Biriatou et Saint-Geours-de-Maremne (A63 / RD824), dans les 2 sens de circulation ;

Le dimanche 25 août, l’interdiction nationale en vigueur pour les poids lourds de plus de 7,5t de 0h00 à 22h sera levée de 0h00 à 8h sur l’A63, entre l’échangeur Saint-Geours-de-Maremne (A63 /RD824) et Biriatou, du nord au sud uniquement. Cette décision vise à atténuer les conséquences des interdictions de circulation locales supplémentaires et à permettre à certains véhicules de quitter la zone pendant les créneaux horaires où le trafic prévu sur l’A63 est plus faible.

Le lundi 26 août, les poids lourds supérieurs à 19t, les poids lourds transportant des marchandises dangereuses de classe 1 (explosifs) ainsi que les transports exceptionnels seront interdits, de 11h à 18h, sur l’A63, entre Biriatou et Saint-Geours-de-Maremne (A63 /RD824) dans les deux sens de circulation. Cette interdiction sur l’A63 est assortie d’une interdiction à l’accès au tunnel du Somport (RN134) et au col du Pourtalet (RD934), dans les deux sens de circulation, afin d’éviter un transfert de trafic vers les Pyrénées


 PUBLIÉ LE 07/08/2019

CENTRE-VILLE, AÉROPORT, GARES… LE G7 VA PARALYSER LES TRANSPORTS DU PAYS-BASQUE

La rencontre entre chefs d’Etat, qui se tiendra au Pays basque fin août, sera accompagnée de mesures de sécurité draconiennes. Elles chambouleront totalement le quotidien des habitants de Biarritz, mais aussi ceux de Bayonne ou Guéthary.

Cinq gares du Pays Basque fermées

La gare de Bayonne sera fermée pendant le G7 - Radio France
La gare de Bayonne sera fermée pendant le G7 © Radio France – Jacques Pons

Les gares de Biarritz, Bayonne, Guéthary, Boucau et Hendaye Plage seront fermées au public du vendredi 23 août au lundi 26 août, 16h00. Elles ne seront desservies, ni pas les trains ni par les bus. Si sur l’axe Bordeaux/Dax/Bayonne/Hendaye, les TER ne devraient pas être impactés, seuls sept TGV circuleront entre Paris et le vendredi 23 août.Destinées à accueillir en grande majorité des journalistes (3 500 journalistes sont attendus pendant le sommet), ces rames desserviront Saint-Jean-de-Luz et Hendaye et la préfecture assure que quelques wagons seront ouverts au public. Le “plan de transport” devrait ensuite être normal pendant le sommet.

En revanche, pas de TER pendant tout le sommet entre Bayonne et Saint-Jean-Pied-de-Port où une substitution routière sera mise en place. Les Intercités entre Toulouse et Bayonne s’arrêteront/partiront de Pau. Et les TER reliant Pau à Bayonne s’arrêteront/partiront de Puyoo. 

Trois zones réglementées en mer

Pas de touristes ni de surfeurs pendant le G7 sur la Grande Plage de Biarritz. Au coeur de la zone rouge, elle sera interdite aux baigneurs et aux activités nautiques du 23 au 26 août. - Radio France
Pas de touristes ni de surfeurs pendant le G7 sur la Grande Plage de Biarritz. Au coeur de la zone rouge, elle sera interdite aux baigneurs et aux activités nautiques du 23 au 26 août. © Radio France – Valérie Menut

L’espace maritime n’est pas en reste puisque trois zones vont être délimitées du vendredi 23 au lundi 26 août :

  • Dans la zone “interdite”, représentée en rouge sur la carte ci-dessus, qui s’étend de la pointe St-Martin au rocher de la Vierge, toutes les activités nautiques sont interdites
  • Dans la zone “restreinte”, qui s’étend sur trois milles nautiques de long et deux milles nautiques de profondeur, seuls la baignade et l’utilisation d’engins de plages dans la bande des 300 mètres seront autorisés
  • Dans la zone “contrôlée” qui s’étend de neuf milles nautiques de long sur six milles nautiques de profondeur, la zone est libre de navigation est libre mais la vitesse est limité à 12 nœuds (soit 24 km/h)

Ces restrictions de l’espace maritime en pleine haute saison ont des impacts sur les sports et loisirs nautiques et donc sur l’activité des professionnels du secteur. Les restrictions et réglementations en mer impactent l’activité des professionnels des loisirs nautiques à Biarritz mais aussi Anglet.

L’espace aérien divisé en deux zones

L’espace aérien aussi a le droit à ses restrictions. Ainsi, une zone interdite (ZIT) et une zone réglementée (ZRT) qui déborde sur le territoire espagnol, sont mises en oeuvre pendant et avant le G7 pour permettre le déploiement d’un dispositif particulier de sûreté aérienne (DPSA). Ces deux zones seront en vigueur les 21 et 22 août 2019 : de 11h30 UTC à 15h30 UTC et du 23 août 2019 à 07h00 UTC au 26 août 2019 à 23h59 UTC. Concrètement  cela signifie qu’aucun avion, parapente, parachute, ULM et même cerf-volant ne sera autorisé à voler sur la côte basque.

Les deux zones de restriction de l'espace aérien pendant le G7, la ZRT Bleue et la ZIT Biarritz. - Radio France
Les deux zones de restriction de l’espace aérien pendant le G7, la ZRT Bleue et la ZIT Biarritz. © Radio France – Service de l’information aéronautique

L’aéroport de Biarritz sera fermé à partir du vendredi 23 août à 7h00 jusqu’au lundi 26 août inclus de même que les parkings de stationnement de l’aéroport. De l’autre côté de la frontière, l’aéroport de Saint-Sébastien restera lui ouvert mais il sera concerné par des restrictions temporaires (étant dans la zone “bleue”). Seuls les vols commerciaux disposant d’accréditations pourront se poser ou décoller de l’aéroport, d’après Aena, le gestionnaire des aéroports espagnols, contacté par par France Bleu Pays Basque.Olivier Beristain a une petite entreprise de baptêmes de l’air et avec ces interdictions de l’espace aérien, il va devoir laisser ses appareils au repos.

L’avion de Donald Trump pourrait perturber le dispositif

La préfecture des Pyrénées-Atlantique précise que le dispositif sera progressif, c’est à dire qu’il sera allégé autant que possible au rythme de la programmation des rencontres. Pourtant, ces mesures pourraient être encore plus contraignantes. Selon le quotidien régional Sud-Ouest, les pistes de l’aéroport de Biarritz seraient trop courtes pour accueillir l’avion présidentiel de Donald Trump, ce qui pose un casse-tête aux organisateurs. Si l’avion devait atterrir sur un autre piste, par exemple à Bordeaux-Mérignac ou un aéroport militaire comme Cazaux ou de Mont-de-Marsan, de nouvelles restrictions pourraient s’ajouter à la liste. A moins que le président américain ne soit transporté jusqu’au sommet en hélicoptère, rapporte le quotidien.

Enfin, les services de l’Etat indiquent que les frontières avec l’Espagne ne seront pas fermées, mais que le contrôle y sera renforcé. De fortes perturbations sont tout de même à prévoir dans le département, notamment en cette période estivale, avec la présence de nombreux vacanciers. La préfecture recommande de reporter ses déplacements non indispensables et d’éviter de prendre son véhicule autant que possible.

Des interdictions de dernière minute sont envisagées 

Enfin, les contrôles seront renforcés aux frontières afin “de prévenir les troubles à l’ordre public” explique la préfecture sur son site qui recommande aux vacanciers qui le peuvent de ne pas passer par Biriatou à ces dates en raison des difficultés de circulation.  Selon la préfecture, “ce dispositif élaboré se veut _progressif_, c’est-à-dire qu’il collera le plus possible avec le déroulé du G7 et la réalité du terrain.” Ces restrictions et interdictions sont donc à même d’évoluer jusqu’à la dernière minute. 

A l’approche du sommet du G7, Biarritz face à la tentation du “bunker”

Biarritz va-t-elle ressembler à un vaste bunker pendant le G7 ?

la cité balnéaire continue ses préparatifs pour accueillir les sept dirigeants des pays les plus riches de la planète, leurs délégations, les forces de l’ordre et la presse. “Le président m’a dit : ‘je vais faire le G7 chez toi’. Je n’allais pas organiser un forum pour savoir si on était d’accord ou pas !”, résume le maire MoDem de la ville, Michel Veunac, après une nouvelle réunion avec les services de l’Elysée. “Une offre comme celle-là est une chance formidable. Je suis très fier d’accueillir le G7″.

L’organisation de cet événement crée pourtant des remous sur le littoral basque, a fortiori en pleine saison touristique. “Nous avons été mis devant le fait accompli”, dénonce l’élu d’opposition François Amigorena, qui rappelle que le tourisme fait vivre “50 % des habitants”. Selon lui, la tenue du sommet a conduit “beaucoup de gens à modifier leurs projets de vacances sur la côte basque” et les conséquences économiques doivent être calculées bien au-delà des quatre jours du G7.

pour les résidents et les professionnels. A compter de la soirée du 23 août, ils devront circuler uniquement à pied dans la zone rouge, non sans avoir présenté un badge (Z1) et une pièce d’identité. L’accès à la grande plage, lui, sera tout bonnement interdit. La zone bleue, elle, sera réservée aux détenteurs d’un badge Z2 et seuls les véhicules équipés d’un macaron pourront circuler. Les parkings souterrains seront vidés, ce qui risque d’entraîner une joyeuse confusion dans les rues de cette station déjà réputée pour ses difficultés de circulation.

Les habitants et les professionnels ont jusqu’au 14 août pour faire leur demande. La distribution des précieux sésames a débuté, jeudi 1er août, avec 1 600 badges et plus de 950 macarons délivrés lors de cette première journée. Mais ces démarches agacent certains. “Les Biarrots ont le sentiment d’avoir été sacrifiés pour la venue de seigneurs féodaux”, fulmine Jean-Yves Viollier, qui dit être reparti bredouille après avoir patienté de longues minutes. Ce Biarrot réside dans “le cœur du réacteur”, entre le casino Bellevue et les galeries Lafayette, et s’attend à une situation infernale à l’approche du sommet. “Il faudra sortir de la zone rouge pour avoir une chance de mener une vie normale.”

Les riverains inquiets

Le transport sera forcément affecté pendant la durée du sommet. L’aéroport de Biarritz sera entièrement consacré aux délégations officielles. Les gares de Biarritz, Bayonne, Guéthary, Boucau et des Deux-Jumeaux fermeront leurs portes et le trafic routier sera chamboulé dans la ville, avec la transformation de l’A63 en boulevard urbain et des restrictions pour les poids lourds. Il est également demandé aux automobilistes en transit de reporter leur trajet pour éviter le G7. En ville, les habitants des zones rouge et bleue risquent fort de s’arracher les cheveux. Le nombre de checkpoints n’a pas encore été défini mais il en faudra “un nombre suffisant pour que ça reste fluide”, concède Hervé Jonathan, sous-préfet de Bayonne.

Des vans noirs américains ont été aperçus dans le centre-ville, mais il est encore trop tôt pour mesurer la transformation de Biarritz, bientôt recouverte de milliers de barrières métalliques. Les conteneurs à déchets, eux seront fermés dans toute la zone rouge. “C’est vrai, il y aura des contraintes pendant quatre jours”, concède le maire Michel Veunac, qui dit avoir participé à une trentaine de réunions pour répondre aux questions des uns et des autres. L’élu dément par exemple une supposée consigne préfectorale qui intimerait l’ordre aux résidents de fermer leurs volets pendant le sommet. Une information également démentie par la préfecture.

Des conséquences pour les acteurs économiques

“Le préfet et le sous-préfet nous ont dit de limiter notre activité au nécessaire”, explique toutefois Béatrice Chevé-Audouin, gérante de la société de services à la personne Apef. Il a donc fallu faire des choix : exit le ménage, la garde d’enfants ou le jardinage. Au total, 36 des 40 salariés ont été invités à prendre des congés le temps du sommet. Les rares salariés inscrits au planning concentreront leurs efforts sur les personnes âgées dépendantes. En raison du temps de trajet, du passage de checkpoints et du stationnement, ils assureront un “service minimum” alors que leurs patients, parfois atteints d’Alzheimer, ont besoin d’un accompagnement quotidien.


Biarritz – Interview de Michel Veunac sur France 3 le dimanche 10 juin 2018

Contre-sommet du G7 : comment Hendaye se prépare à l’échéance

07/08/2019 

Du 19 au 26 août, la cité hendayaise vivra au rythme du sommet alternatif. La municipalité a édité une nouvelle note d’information à douze jours du lancement.

Les deux premiers jours de ce sommet alternatif, les 19 et 20 août, seront consacrés àl’installation du camp d’accueil, sur le domaine de Bordaberry à Urrugne (déménagement prévu le 26 août) ainsi qu’à la préparation d’animations.

Les ateliers, conférences, projections et autres débats, organisés les 21, 22 et 23 août, seront concentrés sur quatre points précis : au groupe scolaire Jean-Jaurès, au cinéma Les Variétés mais aussi au port de Caneta (où un chapiteau sera mis à disposition de 9h30 à environ 19h30, jusqu’à 22h le 22 août) et au centre de conférence Ficoba à Irun, accessible via le chemin pédestre.

Accès au secteur plage et centre-ville maintenus

Le 24 août, une manifestation pacifique sera lancée d’Hendaye vers Irun (de 11h à 14h). Le cortège s’élancera du secteur des Orangers puis empruntera le rond-point Jean-Moulin, le boulevard du Général-de-Gaulle jusqu’à l’esplanade de Ficoba. Le temps de la manifestation, les restrictions de circulation toucheront le boulevard de la baie de Txingudi, le boulevard de Gaulle ainsi que le pont international. Elles seront levées au fur et à mesure du déplacement du mouvement. Quelques déviations sont à prévoir aux alentours de la police aux frontières (PAF).

En ce qui concerne le point épineux du stationnement et de la circulation, les accès au secteur plage ou en centre-ville seront maintenus. Les transports collectifs seront privilégiés pour ne pas engorger le secteur. Si le parking de Caneta demeurera fermé du 18 (au soir) au 26 août, deux parcs de stationnements seront accessibles autour du camp à Urrugne et du côté des Joncaux. Les commerçants pourront eux bénéficier de places à un prix préférentiel.

Des mesures de restrictions en raison du G7 à Biarritz

Si la gare d’Hendaye restera ouverte, celle des Deux-Jumeaux sera fermée au public du 23 août au 26 août jusqu’à 16h00. L’Euskotren Topo s’arrêtera à Irun et ne desservira pas Hendaye du 18 au 26 août. Les bus internationaux de transport de voyageurs longue distance ne desserviront pas la gare d’Hendaye du 23 au 26 août. Enfin, si les frontières ne seront pas fermées, les contrôles seront en revanche renforcés afin de prévenir les troubles à l’ordre public.

Une réunion publique d’informations sera organisée en mairie le vendredi 16 août de 17h à 18h30 pour donner les dernières prévisions aux citoyens.

Alors que le G7 se réunira à Biarritz du 24 au 26 août, les mouvements sociaux tiendront du 19 au 26 août un contre-sommet :

19-20 Août : Montage du Village d’Accueil des participants-es à Hendaye.

21, 22, 23 Août : Contre-Sommet (Centre-ville de Hendaye et Centre de congrès du FICOBA à Irun).

24 Août : Manifestation !

25 Août : Actions et rassemblements pacifiques sur 7 places autour de la zone d’exclusion du G7.


Quelque 80 groupes opposés au G7 à Biarritz (24-26 août) ont annoncé mercredi à Irun (Espagne) qu’ils manifesteraient et mèneraient des actions de “désobéissance civile pacifique” durant un contre sommet transfrontalier.

G7 : au Pays Basque, un contre-sommet pour dénoncer « l’opération de communication de l’oligarchie mondiale » VOIR ARTICLE


« Assiégeons Biarritz » – Une contribution cinématographique au sommet du G7