Italie : le scandale “Anges et Démons”

L’affaire est très récente mais les médias ne semblent pas vouloir parler. En juin 2019, les carabiniers de Reggio d’Émilie, dans le nord de l’Italie, ont découvert un aberrant système mis sur pied par les services sociaux et des associations de soi-disant protection de l’enfance. Des plaintes pour abus sexuels dans le cadre familial – révélés par la suite infondés – de la part des services sociaux avait éveillé les suspicions du parquet local et déclenché l’enquête « anges et démons », en août 2018.

DES ENFANTS VENDUS POUR DES ABUS PHYSIQUE ET SEXUELS

Une trentaine de personnes dont des médecins, des travailleurs sociaux et des politiques du Parti Démocrate ont été interpellées. Elles sont soupçonnées d’avoir manipulé des enfants pour les soustraire à leurs parents et les vendre à des familles d’accueil dont certaines les auraient abusés sexuellement.

Rapports d’assistantes sociales falsifiés, insertions de connotations sexuelles dans les dessins des enfants, fabrications de faux souvenirs de maltraitance et de viol à l’aide de machines électriques, tortures et « exercices » psychologiques pour « mettre à mort » les parents ou induire les enfants à les haïr… les modalités employées font froid dans le dos et les enregistrements des séances de thérapie – lisez lavages de cerveau – ne laissent aucune place au doute : 

L’horreur ne finit pas là. Car, en plus des ravages psychologiques, plusieurs mineurs ont subi au sein des familles d’accueil des abus physiques et sexuels. Foyers d’accueil qui allaient, entres autres, de l’ex-partenaire homosexuelle d’une des psychologues aux propriétaires de sex-shops et autres couples ayant fait preuve d’« instabilité parentale » ou dont les enfants se sont suicidés. Au moins deux cas de viols ont été certifiés.

Pourquoi ce silence médiatique sur ce scandale sexuel en Italie ?

⚠️ TRAFIC D'ENFANTS – "Anges et Démons" ou l'affaire BibbianoPourquoi ce silence médiatique sur ce scandale sexuel en Italie révélé en juin 2019 ?❌ Vous n’en avez entendu parler ni à la radio ni à la télévision, pourtant l’Italie est actuellement secouée par un scandale particulièrement grave et sordide. En effet, une trentaine de personnes, dont des médecins, des travailleurs sociaux et des politiciens du Parti démocrate (équivalent transalpin du Parti socialiste), ont été interpellées, soupçonnées d’avoir manipulé des enfants pour les soustraire à leurs parents et les vendre à des foyers d’accueil où certains auraient été abusés sexuellement.Un trafic qui touche le Parti Démocrate et des activistes LGBT ?C’est une augmentation anormale du nombre d’enfants « retirés » – souvent au prétexte d’agressions sexuelles inventées de toutes pièces – qui a alerté les autorités policières qui ont décidé d’ouvrir une enquête en août 2018. Celle-ci vient donc d’aboutir avec la mise au jour de ce véritable réseau criminel qui n’hésitait pas à falsifier des rapports d’assistantes sociales, à insérer des allusions sexuelles dans des dessins d’enfants, et même à fabriquer de faux souvenirs de maltraitance et d’abus divers au cours de véritables séances de « lavage de cerveau ».SOURCE : https://www.lesalonbeige.fr/pourquoi-ce-silence-mediatique-sur-le-scandale-sexuel-en-italie-parce-que-cela-touche-le-parti-democrate-et-des-activistes-lgbt/

Pubblicato da Lanceur d'alerte. su Lunedì 2 settembre 2019

Ecoutez www.rtbf.be du 24.07.19
https://www.rtbf.be/auvio/detail_le-fait-du-jour-2?id=2524491&jwsource=cl


« Ton père t’a violée, ta mère est une p…, ils ne veulent pas de toi. Tu as été maltraitée » ; « Quand on t’a dit que tu ne reverrais plus ton papa, tu étais contente, tu te rappelles ? Non, je ne me souviens pas d’avoir dit ça, j’aimerais le revoir, papa me manque. »


Les carabiniers de Reggio d’Émilie affirment que, si tous les enfants ont subi des dommages psychologiques irréparables, certains d’entre eux, aujourd’hui adolescents, font montre de comportements autodestructeurs ou ont sombré dans la toxicomanie.


L’affaire révélée par les médias italiens, et confirmée par les carabiniers, implique des personnalités politiques, des médecins, ainsi que des psychothérapeutes d’une association d’aide sociale de Moncalieri, près de Turin.

Le maire de la commune de Bibbiano, près de Reggio Emilia, a également été arrêté et assigné à résidence.

Traduit de l’italien – www.valigiablu.it

À ce jour, une trentaine de personne ont été mises en examen pour mauvais traitements sur mineurs, blessures gravissimes, faux en acte public, violence privée, tentative d’extorsion, détournement de fonds, fraudes et abus de pouvoir. Parmi elles, des assistantes sociales, des thérapeutes, des médecins et le maire démocrate de Bibbiano, en Émilie-Romagne, Andrea Carletti, qui s’est depuis démis de sa fonction et est assigné à résidence. Notons que le Partito Democratico local exprime « sa solidarité » à… Andrea Carletti, sans proférer mot pour les victimes. Deux autres anciens maires PD (Partito Democratico) de la région sont sur la liste des suspects. Mais pour la gauche, toute les tentatives de dénonciation de ces faits gravissimes ne sont qu’instrumentalisation politique ou « campagnes de haine ».

Poursuivis notamment pour «violences sur mineurs» et «tentative d’extorsion», ils sont soupçonnés d’avoir pris part à une vaste organisation visant à manipuler des enfants via des séances de «lavage de cerveau», utilisant parfois des électrochocs présentés comme une «petite machine aux souvenirs» auprès des jeunes victimes.


L’enquête démarrée en 2018 et baptisée «Anges et démons» a permis de mettre au jour une ruse visant à «faire passer pour un modèle en matière de sauvegarde de mineurs victimes d’abus ce qui était en réalité un business illicite au détriment d’enfants», selon le quotidien La Repubblica.

«Selon le parquet, l’objectif du groupe de personnes poursuivies était de soustraire des enfants à des familles dans des situations sociales difficiles et de les confier, moyennant rétribution, à d’autres parents», selon le journal Il Corriere della Sera.

Parmi les stratagèmes utilisés figurent des dessins d’enfants falsifiés auxquels étaient ajoutés des connotations sexuelles, des thérapeutes déguisés en «méchants» personnages de contes de fées et se faisant passer pour des parents malveillants ainsi que de faux souvenirs d’abus sexuels générés via des stimulations électriques.

Des cas d’agressions sexuelles auraient été signalés au sein des familles d’accueil, parmi lesquelles figurent les gérants d’un sex-shop ainsi des personnes présentant des troubles psychologiques, selon La Repubblica.

Les faits ont été jugés suffisamment graves pour que le chef du gouvernement Giuseppe Conte, exprime sa stupéfaction lors de son déplacement au Japon pour le G20, : «Si elles étaient confirmées, ces accusations seraient effrayantes et bouleversantes», a-t-il réagi jeudi 27 juin 2019 depuis Osaka.

Le ministre de l’Intérieur Matteo Salvini a quant à lui aussitôt réclamé l’ouverture d’une commission d’enquête sur le dispositif des maisons d’accueil en Italie, tout en rappelant que celle-ci était un des premiers points du projet de loi qu’il avait présenté en avril dernier, auquel le Mouvement cinq étoiles n’avait pas donné suite.

“Anges et Démons” ou l’affaire Bibbiano

Beaucoup se sont plaints de l’absence de couverture médiatique de l’affaire, comme s’il y avait une volonté de couvrir l’histoire. En fait, si vous regardez les journaux et les émissions de télévision, l’affaire Bibbiano a fait couler beaucoup d’encre, enquêtant sur des accusations, des interceptions, formulant des analogies avec des histoires similaires et alimentant la controverse et la spéculation politique. L‘histoire – dans laquelle un couple d’accueil homosexuel est impliqué, enquêté pour mauvais traitements et pour avoir participé aux manipulations – a servi d’excuse à des attaques générales contre des familles arc-en-ciel et pour tenter de bloquer la loi sur l’homophobie en Emilie Romagne, ainsi que pour reprendre la discussion sur la “menace du genre”. L’affaire est devenue une arme politique pour toutes les saisons : Le journal en a parlé et a même trouvé un lien avec la question de Sea-Watch et de Carola Rackete.

23 juillet 2019 : Suatre des sept enfants impliqués dans l’enquête étaient déjà rentrés dans leur famille avant le 27 juin, après la décision du tribunal pour enfants de Bologne.

19 juillet 2019 : Assignation à résidence de Claudio Foti, psychothérapeute et directeur de Onlusi Hansel et Gretel.

L’enquête et son traitement médiatique !

Parler de cette affaire, cependant, présente une double limite, qui pose des questions pertinentes d’un point de vue éthique et journalistique. Tout d’abord, il s’agit d’une question extrêmement délicate, concernant la garde familiale et les abus possibles, en présence de plusieurs enfants. Le sensationnalisme doit céder la place à la prudence. Dans un premier temps, cependant, certains éléments de l’enquête ont été rapportés de manière incorrecte par les médias.

Deuxièmement, l’affaire Bibbiano est un procès toujours en cours : l’enquête n’est pas close et, puisque nous sommes dans l’état de droit, c’est dans les salles d’audience que les preuves seront évaluées et que les coupables seront identifiés et éventuellement condamnés. Ni sur les réseaux sociaux, ni dans les studios de télévision, ni sur aucune autre place publique.

Les crimes visés par l’enquête, comme l’explique le journal local Reggio Sera, sont divisés en deux groupes : “d’une part, il y a l’attribution de tâches de psychothérapie, de conférences, de cours de formation et donc l’utilisation des fonds publics disponibles” et, d’autre part, “la question des enfants et les méthodes utilisées pour déterminer les abus”.

Le Centre d’étude Hansel et Gretel

Pablo Trincia, auteur de l’enquête journalistique Poison sur l’affaire des “diables de la région de Modène inférieure” dans les années 1990, qui a conduit au retrait de 16 enfants de leur famille pour des abus allégués et des rites sataniques – pour laquelle le procès a récemment repris souligne que le centre de Turin est en fait le même d’où les psychologues accusés d’avoir manipulé les enfants des municipalités de la Basse-Modène sont venus.

Un autre épisode dans lequel apparaît un psychologue du centre d’étude Hansel et Gretel a eu lieu à Salerne en 2007, et la journaliste Rosaria Capacchione en a parlé sur fanpage.it : dans ce cas, sept Sataniques avaient été dénoncés dans la province de Campanie, sur la base des déclarations de trois enfants, qui ont ensuite été enlevés à leurs familles. Les enquêtes n’ont cependant rien trouvé. En 1996, dans la région de Biella, quatre adultes – père, mère et deux enfants – se sont suicidés à la suite d’accusations d’abus sexuels graves contre deux enfants, des enfants et des petits-enfants. Selvaggia Lucarelli, du Daily Fact, se souvient de l’histoire en soulignant que les deux enfants avaient une fois de plus été psychologues de Hansel et Gretel.

Les interceptions environnementales de l’affaire Bibbiano ont révélé qu’au cours des sessions – qui se sont également déroulées parallèlement aux audiences des mineurs devant le Tribunal pour Mineurs ou aux audiences protégées par le procureur ou le VIP – il y a eu ” des inductions, des suggestions, une contamination et, dans certains cas, une véritable activité préparatoire en vue d'” écoute ” au tribunal qui interfèrent donc avec les diverses activités judiciaires et d’enquête et qui risquent fortement de contribuer à la construction des faux souvenirs.

Les juges du tribunal pour enfants de Bologne se plaignent d’avoir été trompés. Le Président Giuseppe Spadaro a déclaré à la Républica qu’il était ” une partie offensée, déportée et escroquée, avec les mineurs “, et a ordonné la révision de tous les procès dans lesquels les suspects étaient présents.

ELECTROCHOCS

L’ordonnance souligne le risque pour les enfants de “voir leur capacité à distinguer la source des souvenirs sapée”, “que leur esprit puisse être manipulé de l’extérieur” mais aussi les risques “liés à l’induction d’humeurs, à l’étiquetage négatif du contexte familial d’origine” ou même “le risque de se considérer comme de futurs abuseurs”.

Le cas “pilote” de ce “scénario” concerne l’accueil d’un enfant, enlevé à sa famille d’origine pour violences sexuelles présumées. En l’espèce, écrit en fait le gip, il a été “établi que dans un rapport relatif aux violences sexuelles présumées subies avait été formé un acte public idéologiquement faux”. Un dessin de la jeune fille, dans lequel elle se représente à côté de l’ancien partenaire de sa mère, est en fait une contrefaçon, avec l’ajout de mains qui, à partir du corps de l’homme, atteignent la zone génitale de l’enfant. Le graphologue n’a aucun doute que c’est faux. Pour le gip, cette modification a été faite par le psychologue de l’Asl qui suivait l’enfant, pour confirmer l’existence d’un abus sexuel de la part de l’ex-conjoint de la mère. L’opératrice a également signalé que l’enfant elle-même s’était confiée à elle au sujet de cette violence.

Dans les premières reconstitutions journalistiques de l’affaire, il a été question d’enfants subissant des électrochocs pendant les sessions, sur la base de ce qui a été écrit dans le communiqué publié par les Carabiniers. Plusieurs politiciens ont également repris l’histoire.

En réalité, comme on l’a précisé plus tard, l’enquête ne parle jamais d’électrochocs, et lors d’une conférence de presse, le procureur Marco Mescolini a précisé qu'”il ne s’agit pas du tout de cela”. Dans l’ordonnance du gip, nous lisons une “machine à mémoire”, utilisée “sans l’accord de la famille” par la psychothérapeute Bolognini de l’association Hansel and Gretel et décrite par elle comme une “chose magique” qui servait “à écouter des histoires sur les mauvaises choses souffertes quand on était enfant.”

Il s’agit d’un dispositif Neurotek, “un dispositif utilisé dans le domaine de la psychothérapie EMDR”, une technique utilisée par la communauté scientifique – même si son utilisation fait l’objet de débats – “qui permet d’envoyer des stimuli acoustiques et tactiles aux patients”. Isabel Fernandez, présidente de l’Association EMDR Italie, a expliqué à Repubblica qu’il s’agit d’une thérapie “créée pour traiter le syndrome de stress post-traumatique des vétérans du Vietnam, maintenant utilisé avec ceux qui survivent à un séisme, avec ceux du pont Morandi. Il est basé sur les mouvements de l’œil gauche-droit, les mêmes que ceux de la phase Rem du sommeil. Le souvenir perd sa charge émotionnelle négative, il s’estompe”. Le traitement, cependant, a ajouté Fernandez, certainement “ne met pas en lumière les souvenirs de situations traumatisantes qui n’ont pas eu lieu. S’il n’y avait pas d’abus ou de mauvais traitements avérés, il n’y avait rien à traiter. Autrement dit, on ne peut pas faire en sorte que les patients se souviennent de choses qu’ils n’ont pas vécues ” Pour Fernandez, cependant, ce n’est pas un dispositif nuisible, mais inutile” s’il n’y a pas de souvenirs traumatisants.

La question des fonds publics

L’enquête comprend également la prestation de services de psychothérapie. C’est dans cette partie de l’enquête que les accusations portées contre le maire de Bibbiano, Andrea Carletti, du Parti démocrate, figurent parmi les bénéficiaires de la mesure de précaution de l’assignation à résidence et sont maintenant suspendues de ses fonctions par ordre du préfet.

le chef du ministère public de Reggio Emilia, Mescolini, a précisé que le maire “est uniquement responsable pour abus et falsification. Il est accusé d’avoir violé les règles relatives à la garde des lieux où les séances thérapeutiques ont eu lieu, mais il n’est pas impliqué dans des crimes contre les enfants.

Carletti, qui a la délégation des politiques sociales, fait l’objet d’une enquête pour complicité d’abus de pouvoir avec le chef du service social Anghinolfi et d’autres, dont des représentants de Hansel et Gretel. Selon l’ordonnance, ils “n’ont pas mené à bien une procédure publique de mandatement du service de psychothérapie d’une valeur supérieure à 40.000 euros” et ont “intentionnellement” donné “un avantage financier injuste au centre d’études Hansel et Gretel”, dont les membres ont “exercé systématiquement”, en aucun cas, l’activité de psychothérapie auprès d’enfants prétendument victimes d’abus sexuels ou de mauvais traitements, leur permettant d’utiliser gratuitement les locaux de la structure publique ” La Cura ” de Bibbiano mis à leur disposition par l’Union Commune de Val d’Enza.

Ainsi, les psychothérapeutes de Hansel et Gretel auraient gagné “le profit injuste de 135 euros par heure pour chaque enfant (par rapport au prix moyen du marché de la même thérapie de 60 à 70 euros par heure), malgré le fait que l’Asl de Reggio pouvait prendre en charge par ses professionnels et gratuitement ce service public.

Les dommages à l’administration publique – c’est-à-dire, à l’Union des municipalités de Val d’Enza et Asl Reggio Emilia, qui a partagé 50% des coûts – est selon le gip “maintenant estimé à 200 000 euros.”

Le maire Carletti est accusé dans l’ordre d’avoir agi “en relation constante” avec le chef du service social et “pleinement conscient de la totale illégalité du système décrit ci-dessus et de l’absence de toute forme de procédure publique. ” Enfin, l’instructeur administratif du service social intégré des communes de Val d’Enza “s’est occupé de la gestion illégale des paiements d’un point de vue technique et opérationnel, notamment en ce qui concerne le double transfert d’argent de l’Union aux parents adoptifs et de ces derniers à Hansel et Gretel”.

Malgré l’implication du maire, le procureur Mescolini a déclaré qu’il ne croyait pas qu’il y avait une politique de ” couverture “. “Sous l’enquête, il n’y a pas de système de services : sous l’enquête, il y a des gens “, a-t-il ajouté, invitant à ne pas généraliser et précisant que ” ce qui fait l’objet de cette enquête, ce sont les faits, ne sont pas critiques des méthodologies professionnelles “. La modification des dessins, par exemple, a été prouvée par deux consultations spécialisées”.

Il faudra attendre la clôture de l’enquête et du processus pour parvenir à des conclusions sur la question des mandats illégaux. Quant aux abus allégués, le juge écrit dans l’ordonnance que ” l’effet paradoxal “ de la conduite des suspects, étant donné l’intention ” de rechercher à tout prix la démonstration d’abus sexuels “, est ” de rendre aujourd’hui complètement ou presque impossible, une fois découvertes les falsifications et fraudes, la réalisation d’une vérité de procédure réglée ” sur les cas d’abus des enfants impliqués.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Bibbiano

Le principal protagoniste de cette affaire est Claudio Foti, 68 ans. 

Ce personnage haut en couleur qui se déclare psychothérapeute, a fondé en janvier 1989 une association dite Centre d’Études Hansel et Gretel, qu’il dirige encore aujourd’hui. Il prospère sur une théorie dont l’on peut tirer le pire comme le meilleur, à savoir celle de l’intelligence émotionnelle. Son utilisation permettrait de gérer ses émotions mais aussi celle des autres. Plus précisément cette théorie agirait en influençant et en contrôlant les émotions de ses interlocuteurs. SOURCE

ARTICLE TRÈS COMPLET à LIRE

https://lesobservateurs.ch/2019/07/27/italie-le-scandale-anges-et-demons-enterre-par-les-medias/