Pierre Cabaré, LREM, accusé de harcèlement sexuel

Les patrons de LREM ont ignoré des accusations de violences sexuelles

Richard Ferrand l’a promis : il va renforcer la lutte contre le harcèlement sexiste et sexuel à l’Assemblée nationale qu’il préside. Une procédure visant un député de la majorité vient pourtant mettre à mal cet engagement.

Dans un courrier adressé en mai denier au président de l’Assemblée nationale, au président du groupe LREM et au secrétaire général du mouvement, 5 des ex-assistants parlementaires du député dénonçaient son comportement. Cela fait suite à la plainte de sa suppléante pour harcélement sexuel et moral.

Cliquez pour agrandir
DDM – MICHEL LABONNE- SOIREE DU DEUXIEME TOUR DES ELECTIONS LEGISLATIVES 2017 LES CANDIDATS LREM DE LA HAUTE GARONNE FETENT LEUR VICTOIRE PIERRE CABARE

Le mandat du député LREM de Toulouse Pierre Cabaré “nuit aux institutions de la République” selon ses ex-collaborateurs.

Aucune réponse

Les auteurs de ce courrier n’ont jamais reçu de réponse. Contactés mercredi 4 septembre par France 3 Occitanie, le service de presse du président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand et celui du patron de LREM Stanislas Guérini n’ont pas donné suite aux demandes des journalistes de réaction à l’annonce de l’ouverture d’une enquête préliminaire.

Si le “turn-over” des collaborateurs parmi les députés est fréquent, la situation chez Pierre Cabaré est particulière : deux salariés n’ont pas dépassé la période d’essai, un collaborateur a été mis à pied et licencié pour faute grave pour “comportement inapproprié” mais aurait en fait, selon nos informations, pris la défense de sa collègue, également suppléante, après des gestes déplacés du député à son encore. 

Elle-même a été licenciée à son tour. Enfin, durant l’été, trois autres collaborateurs ont quitté leur poste, en négociant une rupture conventionnelle.

“Je fais mon travail et je le fais bien”

Pierre Cabaré a accepté de répondre par téléphone, mardi 3 septembre, à France 3 Occitanie, au sujet des accusations portées contre lui par ses anciens collaborateurs.

“J’ai renouvellé mon équipe et je ne dirai rien de négatif au sujet de mes anciens collaborateurs. Je fais mon travail et je le fais bien”. 

Mercredi, après la publication de nos révélations sur l’enquête ouverte à son encontre, reprises par une grande partie de la presse, il a publié un communiqué sur sa page facebook : 

« En réaction aux articles de presse me concernant publiés ce jour, je souhaite apporter les rectifications suivantes…

Pubblicato da Pierre Cabaré su Mercoledì 4 settembre 2019

Il y explique notamment qu’il a lui aussi déposé plainte, pour dénonciation calomnieuse, durant l’été auprès du parquet. Une information que le parquet de Toulouse ne confirmait pas en début de semaine. 

visé par une enquête pour harcèlement sexuel

L’élu de la majorité fait l’objet d’une enquête préliminaire pour «harcèlement moral et sexuel» après une plainte déposée par une ancienne assistante parlementaire, qui était également sa suppléante.

Selon des informations de France 3 Occitanie, le député LREM de Haute-Garonne Pierre Cabaré fait l’objet d’une enquête préliminaire pour harcèlement moral et sexuel. Une ancienne assistante parlementaire, qui est également sa suppléante, a déposé plainte contre lui également pour agression sexuelle. L’inspection du travail a en outre saisi le parquet, rapporte le média.

Séance de questions au gouvernement à l’Assemblée Nationale dans l’hémicycle du Palais Bourbon à Paris le mercredi 26 Juillet 2017 *** Local Caption *** Les frais des députés bientôt contrôlés La déontologue de l’Assemblée nationale annonce un futur tirage au sort des élus à des fins de contrôle de leurs frais de mandat. 144 élus seront tirés au sort et verront leurs frais de mandat être vérifiés.

L’intersyndicale des collaborateurs veut une réunion d’urgence à l’Assemblée

Ce mercredi, l’intersyndicale CFE-CGC, CFTC, CGT, CFDT, SNCP-FO, Solidaires, Unsa, qui a déjà alerté sur la problématique du harcèlement, a réclamé une réunion d’urgence au président de l’Assemblée Richard Ferrand (LREM) ainsi qu’aux huit présidents des groupes politiques.

«Il est en effet nécessaire de tout mettre en oeuvre auprès des députés et des collaborateurs, non seulement au Palais?Bourbon mais aussi en circonscription, pour s’assurer de la réelle prise en compte des cas de harcèlement moral ou sexuel en matière de prévention et de sanctions», a écrit l’intersyndicale, dans un extrait envoyé à la presse. «Lorsque ces agissements sont avérés, ils sont en effet indignes de notre institution», ajoute-t-elle. 

Au printemps dernier, l’Assemblée nationale a donné son feu vert à la création d’un dispositif de prévention et d’accompagnement dans la lutte contre le harcèlement, qui doit encore être mis en oeuvre.

Sur le fond, l’enquête préliminaire, ouverte par le parquet de Toulouse pour harcèlement sexuel et moral, a été confiée à la police judiciaire, comme l’a révélé France 3. La plainte de l’ex-collaboratrice, mais toujours suppléante, Lucie Schmitz porte également sur des faits supposés d’agression sexuelle.

Licenciée par Pierre Cabaré, elle devrait aussi lancer une procédure devant les prud’hommes. Interrogée par Mediapart, elle n’a pas souhaité s’exprimer.

Lundi, Pierre Cabaré publiait encore un message de soutien à la ministre Marlène Schiappa, en ouverture du Grenelle contre les violences conjugales. Il a également postulé à la présidence de la délégation aux droits des femmes de l’Assemblée.

Sources : La dépêche & Mediapart.