Dupond-Moretti, haït les Lanceurs d’alerte

” on ne les appelle plus «des balances» mais des «lanceurs d’alertes». “

On a cru à un Fake, une grosse blague !!! Juan Branco, avocat et Gilet Jaune, annonce dans la nuit du 30 janvier qu’ Éric Dupond-Moretti s’occupera de la défense (française) de Julian Assange pour son procès qui démarra le 24 février, en vue d’une éventuelle extradition aux USA.
Autant dire que cette nouvelle est loin d’être une bonne nouvelle pour les défenseurs de la liberté d’expression que nous sommes.

De Londres

Pubblicato da Juan Branco su Giovedì 30 gennaio 2020

“Je ne terrorise personne, sauf les cons !”

par Daphné Roulier 30 janvier 2019

L’affaire Merah, #MeToo, les Balkany, son attrait pour les causes difficiles : quand l’avocat décide de se confier, ce n’est pas à moitié. Daphné Roulier l’a rencontré pour réaliser son “grand entretien”.

EXTRAITS

Vous sortez d’audience. Combien de magistrats ou de témoins avez-vous terrorisé avant l’apéro ?

Je ne terrorise personne, sauf les cons ! Ce matin, je me suis fâché avec un policier de la brigade criminelle qui était partial et exclusivement à charge. Je le lui ai fait remarquer, il a pris la mouche. « Je suis policier, pas commerçant, moi » sous-entendu pas comme vous autres les avocats, ces mercenaires grassement payés pour faire triompher le crime ! Je me suis fâché, oui.

Cette réputation d’ogre des prétoires vous fait marrer comme Jacques Vergès ? C’est une arme de dissuasion massive ? Vous en jouez ?

On compose avec ce que l’on est, et si ça me fait marrer, il faut s’en méfier. Il y a des présidents de Cour d’Assises qui enjoignent leurs confrères à ne pas se laisser terroriser par moi. Forcément, ça fausse un peu les dés.


La morale est l’ennemi du droit ?

Elle n’est pas son alliée en tout cas. La morale ne peut se substituer au droit. Sinon, ça donne Dominique Strauss Khan, crevé médiatiquement et finalement relaxé.


Vous fustigez régulièrement « les balances dont on fait des lanceurs d’alerte ». Mais sans enquête ni « gorge profonde », pas de Watergate, de scandales Eron, Elf, Crédit Lyonnais, Kerviel, Madoff, etc… Sans Wikileaks, et sans journalistes, pas d’information, juste du publireportage…

On sait bien que la police n’attire pas les mouches avec du vinaigre. Pour autant est-ce utile de leur donner des lettres de noblesse ? Les balances restent des balances. Et c’est sûr, le fisc n’existerait pas si vous n’aviez pas un ami qui vous veut du bien mais qui oublie de signer sa lettre.

Les gens nous renseignent, oui …

En 1942, aussi …

Quel rapport ?

Pourquoi faites-vous le distinguo ? À l’époque où être juif était un crime, il n’y avait pas que des mecs zélés qui pensaient bien faire, vous savez. Ce qui m’énerve, c’est qu’on les anoblit, on ne les appelle plus «des balances» mais des «lanceurs d’alertes». L’employé dans une banque en Suisse qui décide un beau jour de vendre ses listings de fraudeurs fiscaux sans y parvenir, qu’est ce qu’il fait ? Il les refile à la justice et est considéré comme un héros national… Moi, ça me dérange.

L’intéressé n’a toujours pas confirmé cette annonce.


Vous continuez à vous battre pour les « sans-grades » ou vous êtes aujourd’hui moins sweat à capuche que complet veston ?

J’ai une clientèle très éclectique. Il y a des gens très riches, très puissants et d’autres qui sont dans une merde noire. Je défends toujours les gitanos, les petits voyous, le gamin qui a tué sa petite amie mais dont personne ne parle. Une journaliste du Monde s’est permise d’écrire que j’étais rassasié des Assises. J’ai failli en chialer. J’ai trouvé cela dégueulasse et gratuit. J’ai plaidé depuis sept fois aux Assises. Mais sans doute, était-il temps de « pisser sur le monument » après l’avoir encensé. Le « bashing », ça fait du buzz.


Vous avez encore un peu de marge. Comment choisissez-vous vos dossiers ?

A l’intérêt que je porte à l’affaire et au temps dont je dispose. J’ai un agenda chargé.

L’argent est une donnée ?

Oui évidemment, je profite du fruit de mon travail. Par ailleurs, comme pour tous les chefs d’entreprise, j’ai une boîte à faire tourner. Un cabinet d’avocats, c’est plus de 70% de frais généraux, c’est donc un facteur important.

Vous fixez vos honoraires à la tête du client ?

Pas à la tête, au portefeuille. Comme les médecins à l’ancienne.

Il vous arrive encore de plaider gratis ?

Bien sûr, il n’y a pas un avocat digne de ce nom qui ne le ferait pas !


Vous êtes devenu l’avocat de l’acquittement. Pour beaucoup, le dernier recours, le sauveur. Désormais, vous êtes non seulement condamné à plaider mais soumis à une obligation de résultat…

Oui, et ça me gêne beaucoup. Il n’y a pas d’obligation de résultats mais une obligation de moyens. Je fais ce que je peux. Il n’y a pas de magie. Je dis souvent à ceux qui me sollicitent que j’ai perdu des procès imperdables et gagné des procès ingagnables. On appelle ça l’aléa judiciaire.


La justice est une loterie ?

Le B.A.B.A, c’est quand même d’aimer les gens pour les juger, non ? Vous avez des présidents qui non seulement n’acquittent jamais mais s’en vantent ! Il y a des salopards aussi, des juges qui détestent l’humanité toute entière, ils sont du reste très identifiés. 


Vous êtes Hara-Kiri ?

Hara-Kiri mais pas Charlie Hebdo, je n’aime pas le blasphème. Sœur Emmanuelle qui se fait sodomiser par l’adjudant Kronenbourg, ça me désole.

Le droit de blasphémer est pourtant l’un des principes de la liberté d’expression…

Que je défends totalement par ailleurs, même si j’ai aussi le droit de ne pas acheter Charlie. Mais quand j’entends des jeunes dire que « Charlie, ils l’ont un peu mérité », je me dis qu’on a encore reculé sur cette liberté là …


Défenseur de fraudeurs aux cotisations sociales

En 2008 – L’affaire avait défrayé la chronique. La société immobilière des Caraïbes (Carimo) sur l’ile de Saint Martin, défendu par Eric Dupond-Moretti,  était poursuivie pour avoir embauché durant près de vingt ans des personnes sans les déclarer et parmi lesquelles des personnes sans titre de séjour en France.

Parmis ces villas celles des Balkany

La PAF a ensuite communiqué le dossier à la Caisse générale de Sécurité sociale de Guadeloupe (CGSS) qui a alors procédé à un contrôle sur la période allant du 1er janvier 2004 au 30 septembre 2008 ; années non prescrites. 

Le montant du rappel des cotisations et des contributions est estimé à 1,31 million d’euros par la CGSS.

http://www.lepelican-journal.com/saint-martin/archives/Affaire-Carimo-fin-de-l-histoire-apres-6-ans-de-procedure-judiciaire-6114.html

Dupond-Moretti n’en peut plus des Gilets jaunes

www.lepoint.fr -23/02/2019

Déjà très critique dès les premières manifestations en novembre 2018, il en a remis une couche sur le plateau des Terriens en février 2019 , dont il était l’invité.

Invité pour évoquer sa pièce À la barre, dans laquelle il raconte ses trente années de carrière sur la scène du théâtre de la Madeleine, l’avocat a été interrogé par Thierry Ardisson sur les Gilets jaunes. «C’est quoi les Gilets jaunes ? Des mecs qui disent sale juif à Finkielkraut ? C’est qui, c’est quoi ?» s’énerve d’emblée Éric Dupond-Moretti, qui avoue avoir été dubitatif très rapidement face à ce mouvement.

« Qui sont les fédérateurs, les organisateurs, on assiste à quoi ? »

« J’entends des gens dire qu’ils sont dans la difficulté, et qui revendiquent un mieux-être. Et on s’incline. On se rend compte qu’il n’y a pas d’interlocuteur. Et pour discuter avec le pouvoir, il faut un interlocuteur. On en vient à regretter le moustachu de la CGT [Philippe Martinez, NDLR]. Qui sont les fédérateurs, les organisateurs, on assiste à quoi ? C’est ça la difficulté », se justifie le conseil, qui reconnaît toutefois, face aux relances de Thierry Ardisson, comprendre dans un sens la colère des manifestants face aux abus.

« Quand j’entends un haut fonctionnaire expliquer qu’il est en arrêt maladie depuis cinq ans, c’est peut-être légitime, je ne discute pas de ça. Mais le mec touche 2 500 euros par mois et dit : On paye trop d’impôts dans le pays. C’est grâce aux impôts qu’il est payé », ajoute Éric Dupond-Moretti, consterné par le discours tenu par certains Gilets jaunes. « Je vois trois autres types. Le premier dit : Macron doit démissionner. Le deuxième dit : Non, il faut que l’Assemblée nationale soit dissoute, rien que ça. Le troisième dit : Macron est un arabe. Quand on est à ce niveau de discussion, ça pose problème. »

Pour l’avocat, les manifestations des Gilets jaunes doivent prendre fin : “Un moment, il faut que ça s’arrête”. Surtout face aux difficultés rencontrées par « les petits commerçants, les ouvriers et les salariés » impactés par le mouvement. « Comment ils font ces gens-là pour vivre ? » s’interroge-t-il. Difficile donc d’imaginer le ténor du barreau défiler un samedi, un gilet jaune sur le dos, face à ces propos…

#FreeASSANGEnow ⚠️ Éric Dupond-Moretti condamne Assange (?)Juan Branco annonce la nuit dernière qu' Éric Dupond-Moretti…

Pubblicato da Lanceur d'alerte. su Venerdì 31 gennaio 2020

REJOIGNEZ LES SOUTIENS DE JULIAN ASSANGE :
sur Discord : FrenchFREEspeech
https://discord.gg/2pTfpyE

Sur FB : Toute la 🇫🇷 avec Assange ! French Action 4 Assange
https://www.facebook.com/groups/1662956313803099/?ref=group_header