Covid 19 – Au Canada les touristes vont en prison !

La quarantaine des hôtels au Canada : Manque de nourriture, de soins médicaux, seulement 15 min de sortie par jour

Selon l’ONU, les prisonniers devraient être placés une heure par jour à l’extérieur.

CALGARY, Alberta, 11 02 2021 – Les voyageurs à destination du Canada contraints de séjourner dans des hôtels de quarantaine secrets manquent de nourriture et de soins médicaux alors qu’ils ne sont autorisés à sortir que 15 minutes par jour, ce qui est inférieur aux recommandations de l’ONU pour les prisonniers.

CBC News a rapporté mardi le cas de deux voyageurs qui ont été forcés de séjourner dans l’installation de quarantaine de l’hôtel de Calgary.

Angelo Vanegas a passé une quinzaine de jours dans l’établissement, bien qu’il ait fourni des détails sur sa quarantaine prévue de 14 jours qu’il allait passer à la maison avec sa mère et sa sœur. Vanegas, qui avait été testé négatif pour le virus avant l’arrivée de son vol à Calgary, a été forcé de passer sa quarantaine à l’hôtel car les “responsables de la santé” n’ont pas approuvé son plan proposé, en raison des problèmes médicaux sous-jacents de sa mère et de sa soeur.

Vanegas a décrit les trois repas par jour qu’il était autorisé à prendre comme “de la taille d’un enfant”. Il a présenté des photos montrant les petites portions jetées dans des boîtes en carton jetables. Aucun repas n’était servi après 18 heures, et aucune livraison de l’extérieur n’était autorisée, de sorte que les passagers devaient se contenter d’acheter des “en-cas malsains” s’ils avaient faim.

Vanegas a également expliqué qu’il avait dû “mendier” un traitement médical pour un ongle d’orteil incarné qui était infecté. Après avoir initialement reçu des sels d’epsom, ce n’est que lorsque Vanegas a menacé d’appeler les services d’urgence que ses besoins ont été pris au sérieux. “Je leur ai dit, écoutez, vous m’emmenez à l’hôpital, ou je vais devoir appeler le 911 parce que je souffre tellement”, a-t-il déclaré à la CBC .(modifié)

En conséquence, il a été emmené à l’hôpital pour y recevoir des antibiotiques, puis à nouveau, deux jours plus tard, pour se faire enlever l’ongle d’orteil.

Mais Vanegas a également décrit la sévérité de l’isolement que les passagers ont dû subir : Des gardes étaient placés dans les couloirs “pour s’assurer que personne ne parte”, et les détenus étaient autorisés à sortir de leur chambre pour seulement “15 minutes” par jour. Ces 15 minutes pouvaient être passées dans la cour de l’hôtel, où d’autres ont droit à une pause cigarette.

“Je me sens comme un prisonnier ici, vous savez”, a déclaré M. Vanegas, qui a été libéré le 30 janvier après 14 jours de détention.

Le peu de temps autorisé à l’extérieur est en fait inférieur à ce que l’ONU demande pour le traitement des prisonniers. Présentant les “règles minimales standard pour le traitement des prisonniers”, le document des Nations unies sur les droits de l’homme stipule que “tout prisonnier qui n’est pas employé à un travail en plein air doit avoir au moins une heure d’exercice approprié en plein air chaque jour si le temps le permet”.

Toutefois, Vanegas n’était pas le seul à dénoncer les installations du COVID au Canada. Mitch Beaulieu est arrivé à Calgary en provenance de Floride le 25 janvier et a montré la preuve de son test COVID-19 négatif avant le vol. Le test n’a pas été approuvé par les autorités sanitaires canadiennes. “La police et les agents de sécurité l’ont escorté de l’aéroport de Calgary jusqu’à une camionnette aux vitres noircies et l’ont emmené dans un hôtel dont les couloirs étaient bordés de plastique. Là, il a été accueilli par des personnes portant des combinaisons de protection contre les matières dangereuses, des gants et des masques”.

Beaulieu a décrit la situation comme “incroyable”, ajoutant : “J’avais littéralement l’impression d’être dans un pays du tiers-monde”.

Il a noté qu’il n’a pas été informé de l’endroit où il était emmené, et quand il a demandé à plusieurs reprises pourquoi ou combien de temps il était là, on lui a simplement dit : “Désolé, monsieur. Nous ne pouvons pas vous le dire”.

Arrivé à l’hôtel sans ses bagages, Beaulieu n’avait que son téléphone et les vêtements qu’il portait. Il a soumis à la CBC une photo montrant qu’il était interdit aux détenus de partager l’emplacement de l’hôtel : “[T]out simplement être laissé dans le noir et jeté dans une chambre et n’avoir aucune communication avec qui que ce soit, c’est inacceptable.”

Beaulieu a finalement été libéré le 28 janvier après avoir été testé négatif à l’aide d’un test approuvé par le gouvernement.

Santé Canada n’a pas révélé l’emplacement des installations, faisant référence à “la vie privée et la sécurité des voyageurs”. Néanmoins, un site web a été créé, commençant à détailler les emplacements des sites afin de fournir aux proches des personnes qui y sont internées quelques informations sur le lieu où se trouvent leurs proches.

Interrogé sur le traitement des deux hommes, le Premier ministre Justin Trudeau s’est défendu en disant “qu’il ne s’agit pas de détentions, mais d’isolements fondés sur des raisons médicales”.

“Nous ne détenons pas les gens”, a poursuivi Trudeau. “Il s’agit de mesures de santé publique qui sont nécessaires pour assurer la sécurité des Canadiens, en particulier compte tenu de l’arrivée.”

Le gouvernement du Canada a récemment annoncé que “tous les voyageurs aériens … avec des exceptions très limitées” seraient soumis à une quarantaine obligatoire à l’hôtel pendant au moins trois nuits, en attendant les résultats du test obligatoire effectué à l’arrivée, qui s’ajoute au test pré-vol. Le séjour à l’hôtel sera payé par les passagers eux-mêmes et devrait s’élever à plus de 2 000 dollars. Tous les vols sont exclusivement dirigés vers Vancouver, Calgary, Toronto et Montréal.

Si les passagers sont testés négatifs après trois jours, ils seront libérés de l’installation et “pourront alors être mis en quarantaine chez eux sous une surveillance et une application considérablement accrues”, a annoncé le Premier ministre Justin Trudeau.

L’incertitude règne quant au moment où les mesures récemment annoncées entreront pleinement en vigueur, car le gouvernement a été confronté à des contrecoups importants après avoir révélé ces plans. S’exprimant le 2 février, M. Trudeau a laissé entendre qu’il prévoyait que le système serait opérationnel avant le mois de mars.

Plus de 5 000 personnes ont déjà été détenues dans les installations de quarantaine forcée. Dans une longue déclaration à LifeSiteNews, Santé Canada a défendu les installations de quarantaine, mais a évité les questions spécifiques posées sur le traitement de Vanegas et Beaulieu : “Pour protéger la vie privée et la sécurité des voyageurs, les informations sur les voyageurs et les lieux/noms des DQF [installations de quarantaine désignées] ne sont pas divulgués au public. Cependant, tout voyageur qui est dirigé vers un DQF ou qui y séjourne actuellement peut partager des informations, y compris l’emplacement de l’installation, avec sa famille ou ses proches”.

“Toutes les chambres du DQF sont équipées de téléphones pour les appels sortants, que les voyageurs peuvent utiliser sans restriction”, poursuit la déclaration. “Les voyageurs, qui disposent de téléphones portables ou d’autres appareils, sont également invités à les utiliser pour communiquer avec leur famille ou leurs amis s’ils le souhaitent”.

“Dans certains cas, les voyageurs voient leur famille à la sortie de l’aéroport et peuvent fournir des informations pour leur report inattendu en personne avant leur transfert au DQF … Dans tous les cas, ils peuvent partager librement des informations avec leur famille ou leurs proches”, a poursuivi Santé Canada.

Malgré la déclaration de Santé Canada affirmant que les voyageurs peuvent voir leur famille ou partager des informations avec elle, les preuves de Beaulieu semblent contester cela.

Tout récemment, Nikki Mathis a également été mise en quarantaine à Calgary, malgré un test COVID négatif qui lui a permis d’entrer dans le pays. Mathis a été informée qu’elle serait arrêtée si elle résistait, et lorsque son mari a parlé au téléphone aux agents, ceux-ci ont refusé de lui dire où se trouvait l’installation où elle serait emmenée. Le Centre de justice pour les libertés constitutionnelles du Canada (JCCF) prévoit d’intenter un procès au sujet des nouvelles règles de quarantaine, qui, selon le groupe, “s’alignent sur les pratiques des régimes répressifs et antidémocratiques”.

Traduit de l’anglais – Source https://www.lifesitenews.com

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.