Les fermes verticales, la fin des agriculteurs ?

Nous ne verrons plus, d’ici quelques années, des champs de salades, de choux , de fleurs,…

Les pseudos bien-pensants disent que l’agriculture est l’un des plus gros producteurs de CO2 , et en lieu et place de l’agriculture telle que nous la connaissons, des fermes verticales voient le jour : pas de terre et des lampes à LEDs…

 De nouvelles façons de faire de l’agriculture verticale

Un sas conçu pour empêcher les insectes d’entrer, et une scène kaléidoscopique apparaît. Une allée centrale est flanquée de deux paires de tours. Chaque tour est empilée avec une douzaine de plateaux sur lesquels poussent des fraises, du chou frisé, de la laitue rouge et de la coriandre. Et chaque plateau est baigné d’une lumière vibrante de différentes couleurs, principalement des teintes de bleu et de magenta. Douglas Elder, qui est responsable de cet Eden artificiel, tape quelques instructions dans une application de son téléphone portable et, dans un bref ronronnement de machines, un plateau de basilic vert et luxuriant glisse pour son inspection.

M. Elder est chef de produit pour Intelligent Growth Solutions (igs), une entreprise d'”agriculture verticale” basée à Invergowrie, près de Dundee, en Écosse. Chacune des tours de neuf mètres de haut de l’unité de démonstration qu’il dirige occupe à peine 40 mètres carrés. Mais en empilant les plateaux les uns sur les autres, une tour individuelle offre jusqu’à 350 mètres carrés de surface de culture. En utilisant à nouveau son téléphone, M. Elder modifie les couleurs et la luminosité des 1 000 diodes électroluminescentes ( leds ) disposées au-dessus de chaque plateau. L’application permet également de contrôler la température, l’humidité et la ventilation, ainsi que le système hydroponique qui alimente en eau et en nutriments les plantes qui poussent sur différents substrats non terreux. Armé de son fidèle téléphone, M. Elder affirme qu’il peut gérer la ferme presque tout seul.

The Economist – 31/08/2019 https://www.economist.com/science-and-technology/2019/08/31/new-ways-to-make-vertical-farming-stack-up

Jungle, la start-up qui veut déployer le concept de fermes verticales en Europe

La jeune pousse française a levé 42 millions d’euros, dont 7 millions en « equity ». Elle produit des herbes aromatiques, des salades et des fleurs dans une ferme verticale grâce à la technique de l’hydroponie.

La ferme verticale de la start-up Jungle, qui s’étale sur une surface totale de 5.500 m2 et est éclairée par des LED. Des herbes aromatiques, des salades et des fleurs y sont cultivées sur des étagères qui s’empilent les unes sur les autres.

« Avec ce système, la densité de plantes au m2 est beaucoup plus importante que dans des champs ou dans les serres », observe Gilles Dreyfus, le patron de la jeune pousse. 

https://www.lesechos.fr/industrie-services/conso-distribution/jungle-la-start-up-qui-veut-deployer-le-concept-de-fermes-verticales-en-europe-1300326

Créée en 2016 au Portugal, Jungle a signé en octobre 2020 un partenariat avec Monoprix pour approvisionner en plantes fraîches 60 des magasins de la chaîne. Elle espère ouvrir en France deux autres fermes verticales avant 2022.

4.500 mètres carrés de surface, 6.400 mètres carrés de culture, 12 mètres de hauteur et 10 millions de plantes produites chaque année: c’est le projet de Jungle, startup d’agriculture urbaine qui promet ainsi de créer la plus grande ferme verticale de France. En cours de construction à à Château-Thierry, dans l’Aisne, la ferme devrait être complétée en 2021, selon Gilles Dreyfus, co-fondateur et PDG de la startup, qui prévoit un chiffre d’affaires de plus de 10 millions d’euros annuel.

Les plantes issues de la ferme, vendues en pots avec leurs racines, seront essentiellement destinées aux supermarchés de Monoprix. Après un test dans trois lieux de vente, le distributeur vient en effet d’annoncer un partenariat avec la startup, impliquant leur vente dans 60 magasins dès janvier, puis un déploiement à l’échelle nationale. Mais l’entreprise espère également convaincre Intermarché, avec qui elle conduit actuellement un projet pilote. Dans la vision de Jungle, qui compte aujourd’hui 19 salariés, la ferme de l’Aisne devrait ainsi voir bientôt naître deux petites soeurs: une dans l’Ouest de la France en 2021, et une dans le Sud en 2022.

Depuis janvier 2020, Jungle s’est installé dans 3 magasins Monoprix parisiens : Beaugrenelle, Vaugirard et Porte de Châtillon. Ce sont plus de 5000 plantes qui sont vendues chaque mois. La phase de test  ayant été concluante Monoprix et Jungle annoncent avoir signé un partenariat national qui débutera en région parisienne le 1er janvier 2021. Les premiers produits seront livrés dans 60 magasins sur lesquels Monoprix s’est déjà engagé. Par la suite, c’est un déploiement national sur l’ensemble du réseau qui est prévu.

L’IA, les robots et les “fermes verticales” intègrent l’agriculture pour produire 400 fois plus de rendement,En utilisant 95 % moins d’eau et 99 % moins d’espace.

Les agriculteurs exploitants de fermes horizontales ont beaucoup innové ces dernières années en utilisant de nouveaux outils pour améliorer ou faciliter l’agriculture. Cependant, les “fermes plates” ou horizontales utilisent encore beaucoup d’eau et de terre. Tandis qu’une “ferme verticale” de la société Plenty peut produire la même quantité de fruits et de légumes qu’une ferme plate de 720 acres (environ 291 hectares), mais sur seulement sur 2 acres (environ 0,8 hectare), en utilisant les robots et l’intelligence artificielle. Selon Nate Storey, cofondateur de Plenty, l’avenir des fermes est vertical. 

Les acteurs de “l’agriculture plate”, comme l’appelle Storey, utilisent des drones et des robots pour améliorer l’entretien des cultures, tandis que l’intelligence artificielle est également en hausse, avec plus de 1600 startups et des investissements totaux atteignant des dizaines de milliards de dollars. Plenty est l’une de ces startups. Pendant que les fermes plates utilisent beaucoup d’eau et de vastes superficies de terre pour produire une certaine quantité de production, une ferme verticale de Plenty peut produire la même quantité de fruits et de légumes en utilisant 95 % moins d’eau et 99 % moins d’espace.

« Un rendement 400 fois plus élevé par acre de terre n’est pas seulement une amélioration progressive, et utiliser presque deux ordres de grandeur de moins d’eau est également essentiel à une époque de stress environnemental croissant et d’incertitude climatique. Tout cela change vraiment la donne, mais ce n’est pas le seul objectif ».

La production de proximité, un autre avantage de “l’agriculture verticale”

Un autre avantage de l’agriculture verticale, énuméré par Storey, est la production locale de nourriture. Les fruits et légumes ne sont pas cultivés à plus de 1000 km d’une ville, mais dans un entrepôt proche. Cela signifie que de nombreux kilomètres de transport sont supprimés, ce qui permet de réduire les émissions de CO2 et les prix pour les consommateurs de millions de tonnes par an. Les fruits et légumes importés sont plus chers, ce qui désavantage les plus démunis de la société sur le plan nutritionnel. Pour Storey, les fermes verticales pourraient résoudre ce problème.

« Les ruptures de la chaîne d’approvisionnement résultant de la pandémie de covid-19 et les perturbations naturelles comme les incendies de forêt de cette année en Californie démontrent la nécessité d’un approvisionnement prévisible et durable de produits ne pouvant provenir que de l’agriculture verticale », a déclaré Storey.

Plenty est une startup d’AgTech de San Francisco, cofondée par Nate Storey, qui réinvente les fermes et l’agriculture. Dans une interview accordée au journaliste John Koetsier, Storey, qui est également le directeur scientifique de l’entreprise, affirme que l’avenir des fermes est vertical et intérieur de sorte que les aliments peuvent pousser partout dans le monde, tout au long de l’année. La vision de l’avenir des fermes selon Plenty utilise également la robotique et l’IA pour améliorer continuellement la qualité de la croissance des fruits, des légumes et d’autres herbes. 

« La réalité est qu’il y a cinq endroits dans le monde où l’on peut cultiver des fruits et légumes frais de manière vraiment économique, et toutes ces terres sont déjà utilisées », a expliqué Storey. « L’agriculture verticale existe parce que nous voulons augmenter la capacité mondiale de fruits et légumes frais, et nous savons que c’est nécessaire », a-t-il dit. « L’objectif de toute technologie devrait vraiment être de permettre la joie humaine, n’est-ce pas ? » a demandé Storey lors de l’interview.

Selon Storey, les Américains ne mangent que la moitié des fruits et légumes frais qu’ils devraient consommer, et au niveau mondial, c’est encore pire : 30 % en moyenne. Dans les pays riches, l’absence d’un régime alimentaire sain se traduit par une augmentation des taux d’obésité, de diabète et d’autres problèmes de santé ; dans les pays pauvres, il se peut qu’il n’y ait pas assez de nourriture, quelle qu’elle soit, pour tout le monde.

En outre, certains pays dont les terres cultivables sont limitées ou dont les conditions de culture sont mauvaises, comme les déserts, sont confrontés à des risques existentiels lorsqu’ils ne peuvent pas contrôler leur propre approvisionnement alimentaire.

« Si vous êtes une nation dans ce monde qui a une sécurité alimentaire limitée, vous devez tout importer, la valeur de votre nourriture est très différente de ce qu’elle est ici aux États-Unis », dit Storey. « Ce qui signifie que ce que vous êtes prêt à payer pour cela est très différent. Et ce que vous êtes prêt à payer pour cette indépendance et ce contrôle est tout à fait différent ».

La ferme intérieure au climat contrôlé de Plenty comporte des rangées de plantes poussant à la verticale, suspendues au plafond. Des lumières LED qui imitent le soleil les éclairent, des robots les déplacent et l’intelligence artificielle (IA) gère toutes les variables de l’eau, de la température et de la lumière, et apprend et optimise en permanence comment faire pousser des cultures plus importantes, plus rapidement et de meilleure qualité. Ces caractéristiques futuristes garantissent une croissance parfaite de chaque plante tout au long de l’année, selon Storey. Les conditions sont si bonnes que la ferme produit 400 fois plus de nourriture par hectare qu’une ferme plate en plein air.

Il faut noter que Plenty a aussi beaucoup de concurrence, et pas seulement de la part des fermes de l’Iowa, du Nebraska et de la Californie. AeroFarms et BrightFarms sont deux concurrents américains dans le domaine de l’agriculture intérieure, tandis qu’InFarm et Agricool font partie des concurrents européens. D’autres, comme FreightFarms, se concentrent sur la culture de denrées alimentaires dans des conteneurs maritimes. L’idéal serait que Plenty diversifie ses cultures, et ouvre des fermes verticales partout aux États-Unis et au-delà. 

Selon un commentateur, bien que la culture verticale soit une solution de production locale, elle n’est pas une solution à la pénurie alimentaire. « Jusqu’à présent, tous ceux qui cultivent à la verticale font des cultures qui sont presque entièrement composées d’eau, car ce sont les seules qui poussent assez vite pour être rentables. Ils les vendent ensuite aux riches qui paient 5 fois plus pour le goût et le sentiment de manger local. Il s’agit d’un produit de qualité différenciée, et non d’une solution à la pénurie ou à la sécurité alimentaire », a-t-il écrit. « Tant que quelqu’un ne pourra pas faire de cultures de rente, l’agriculture verticale ne fera pas de différence », a-t-il ajouté. Et vous, qu’en pensez-vous ?

Source : Vidéo de l’interview de Nate Storey – https://intelligence-artificielle.developpez.com

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.