FAUCIGATE …ou bientôt un BidenGATE ?

Hunter Biden a investi dans une entreprise de lutte contre la pandémie qui collabore avec EcoHealth de Daszak et le laboratoire de Wuhan.

En ce moment même, à la Maison Blanche de Joe Biden, les responsables de l’administration s’efforcent de trouver un moyen de «quitter avec élégance» , le médecin du CDC tombé en disgrâce, après que des courriels divulgués en vertu de la loi sur la liberté d’information aient montré un schéma cohérent de tromperie et de mensonge concernant les événements liés à la Plandémie et au confinement mondial qui a suivi.

Les médias d’information falsifiés tournent cette affaire de 6 façons différentes, et sur Twitter, nous ne voyons pratiquement rien d’autre que des histoires de dissimulation de la part de torchons libéraux comme le Washington Post, CNN et MSNBC. Ils essaient désespérément de dépeindre Fauci comme un «croisé du COVID» qui a passé «18 heures par jour» à répondre à des emails et à «diriger l’Amérique » à travers des temps sombres et orageux. Une chose est sûre, Fauci a passé beaucoup de temps à écrire des courriels, et aujourd’hui, ils ont été révélés.

🔥Emails de Fauci: Quand #Delfraissy avoue « J’ai une énorme pression politique pour relâcher l’#hydroxychloroquine et la donner à tout le monde, mais je résiste »
Il écrit qu’il voit un « léger signal positif #HCQ« , @raoult_didier et #Yazdan cités pg 1841 https://t.co/iAk4b1oioF pic.twitter.com/YtWV4iDg5Z

— Momotchi (@momotchiii) June 3, 2021

FAUCIGATE …ou BidenGATE ?

Rosemont Seneca Technology Partners – une société d’investissement dirigée par Hunter Biden – a été l’un des principaux bailleurs de fonds de Metabiota, une société de suivi et de réponse aux pandémies qui s’est associée à l’EcoHealth Alliance de Peter Daszak et au Wuhan Institute of Virology.

Qu’est-ce que Rosemont Seneca Yechnology Partners ?

À l’été 2009, Hunter Biden s’est associé à Chris Heinz, beau-fils de John Kerry. Ils ont créé une société internationale de capital-investissement. Elle était ancrée dans le fonds d’investissement alternatif de la famille Heinz, Rosemont Capital. La nouvelle société serait peuplée de fidèles politiques et positionnée pour conclure des accords profitables à l’étranger avec des gouvernements et des responsables étrangers avec lesquels le gouvernement américain négociait.

Le sénateur John Heinz de Pennsylvanie est mort dans un accident d’avion en 1991, alors que Chris avait 18 ans. Chris, ses frères et sa mère ont hérité d’une grande partie de la vaste fortune familiale en ketchup, y compris un réseau de fonds d’investissement et un domaine en Pennsylvanie, entre autres propriétés. En mai 1995, sa mère, Teresa, épouse le sénateur John Kerry du Massachusetts. 

Devon Archer, un ami de longue date de Heinz et Kerry, se joint à eux dans l’entreprise Rosemont.

Les trois amis ont créé une série de SARL connexes. Le tronc de l’arbre était Rosemont Capital, le fonds d’investissement alternatif du Heinz Family Office.

Selon un courriel révélé dans le cadre d’une enquête de la Securities and Exchange Commission, Rosemont se décrivait comme “une société de capital-investissement de 2,4 milliards de dollars détenue conjointement par Hunter Biden et Chris Heinz”, avec Devon Archer comme “associé directeur”.

Les partenaires ont rattaché plusieurs branches au tronc de Rosemont Capital, notamment Rosemont Seneca Partners, LLC, Rosemont Seneca Technology Partners et Rosemont Realty.

Parmi les diverses opérations dans lesquelles ces entités de Rosemont étaient impliquées, l’une des plus importantes et des plus troublantes concernait Rosemont Seneca Partners.

Il est possible de retracer certaines de leurs transactions en enquêtant sur les marchés financiers mondiaux. Un schéma troublant se dégage de cette recherche, montrant comment des accords profitables ont été conclus avec des gouvernements étrangers dans la foulée de missions diplomatiques cruciales menées par leurs puissants pères (Joe Biden et John Kerry). Souvent, ces entités étrangères ont obtenu des mesures politiques favorables de la part du gouvernement des États-Unis au moment même où les fils obtenaient des accords financiers favorables de ces mêmes entités.

Rosemont Seneca a uni ses forces pour faire des affaires en Chine avec un autre cabinet de conseil politiquement connecté appelé le Thornton Group. Cette société basée dans le Massachusetts est dirigée par James Bulger, le neveu du célèbre tueur à gages de la mafia James “Whitey” Bulger. Whitey était le chef du Winter Hill Gang, qui faisait partie de la mafia de South Boston. 

Le père de James Bulger, le frère cadet de Whitey, Billy Bulger, siège au conseil d’administration du Thornton Group. Il a longtemps été le chef du Sénat de l’État du Massachusetts et, du fait de leur long chevauchement par État et par parti, un allié politique du sénateur du Massachusetts John Kerry.

Moins d’un an après avoir ouvert les portes de Rosemont Seneca, Hunter Biden et Devon Archer étaient en Chine, ayant obtenu un accès aux plus hauts niveaux. Le compte-rendu de la rencontre par le groupe Thornton sur son site Internet en langue chinoise est éloquent : Les dirigeants chinois ont “réservé un accueil chaleureux” au “Thornton Group, avec son partenaire américain Hunter Biden, président de Rosemont Seneca (deuxième fils de l’actuel vice-président Joe Biden)”.

De plus, selon le Thornton Group, les trois Américains ont rencontré les dirigeants des fonds gouvernementaux les plus importants et les plus puissants de Chine – même si Rosemont était à la fois nouveau et petit.

Le moment de cette rencontre est également curieux. Elle a eu lieu quelques heures seulement avant que le père de Hunter Biden, le vice-président, ne rencontre le président chinois Hu à Washington dans le cadre du sommet sur la sécurité nucléaire.

Une deuxième rencontre connue avec plusieurs des mêmes titans de la finance chinoise a eu lieu à Taïwan en mai 2011. Pour une petite entreprise comme Rosemont Seneca, sans antécédents, c’était un niveau impressionnant d’accès aux plus grands acteurs financiers de la Chine. Et c’était juste deux semaines après que Joe Biden ait ouvert le dialogue stratégique entre les États-Unis et la Chine avec des responsables chinois à Washington.

L’un des premiers jours de décembre 2013, Hunter Biden traversait l’océan Pacifique à bord d’Air Force Two avec son père et sa fille Finnegan. Le vice-président se rendait en Asie pour un voyage officiel prolongé. 

La délégation américaine s’est rendue au Japon, en Chine et en Corée du Sud. Mais c’est la visite en Chine qui était la plus susceptible de générer des conflits et des controverses. L’administration Obama avait institué le “pivot vers l’Asie” dans sa stratégie internationale, en détournant l’attention de l’Europe vers l’Asie, où la Chine faisait jouer ses muscles.

Pour Hunter Biden, le voyage coïncidait avec un accord majeur que Rosemont Seneca était en train de conclure avec la Banque de Chine, une entreprise publique. De son point de vue, le moment n’aurait pas pu être mieux choisi.

Le vice-président Biden, Hunter Biden et Finnegan sont arrivés devant un tapis rouge et une délégation d’officiels chinois. Accueillis par des enfants chinois portant des fleurs, la délégation a ensuite été conduite à une réunion avec le vice-président Li Yuanchao et à des entretiens avec le président Xi Jinping.

Hunter et Finnegan Biden ont rejoint le vice-président pour prendre le thé avec l’ambassadeur américain Gary Locke au salon de thé Liu Xian Guan dans le district de Dongcheng à Pékin. Le reste du temps passé par Hunter Biden lors de ce voyage reste un mystère. Il y a en fait plus de rapports sur les activités de sa fille Finnegan que sur les siennes.

Ce qui n’a pas été rapporté, c’est l’accord que Hunter sécurisait. Rosemont Seneca Partners avait négocié un accord exclusif (accord de capital-investissement d’un milliard de dollars , qui a ensuite été étendu à 1,5 milliard de dollars ) avec des responsables chinois, qu’ils ont signé environ 10 jours après que Hunter se soit rendu en Chine avec son père. L’institution financière la plus puissante de Chine, la Banque de Chine du gouvernement, créait une coentreprise avec Rosemont Seneca.

La Banque de Chine appartient au gouvernement, ce qui signifie que son rôle de banque se confond avec son rôle d’outil du gouvernement. La Banque de Chine fournit des capitaux pour “l’habileté économique de la Chine”, comme le dit l’universitaire James Reilly. Les prêts et les transactions bancaires s’inscrivent souvent dans le contexte d’un objectif gouvernemental.

Rosemont Seneca et la Banque de Chine ont créé un fonds d’investissement d’un milliard de dollars appelé Bohai Harvest RST (BHR), un nom qui reflète les personnes impliquées. Bohai (ou Bo Hai), le golfe le plus profond de la mer Jaune, était une référence à la participation chinoise dans la société. Le “RS” faisait référence à Rosemont Seneca. Le “T” était Thornton.

Le fonds jouissait d’un statut inhabituel et spécial en Chine. BHR vantait sa “structure unique d’actionnariat sino-américain” ainsi que “les ressources et le réseau mondial” qui lui permettaient d’obtenir des “opportunités” d’investissement. Les fonds étaient soutenus par le gouvernement chinois.

En bref, le gouvernement chinois finançait littéralement une entreprise dont il était copropriétaire avec les fils de deux des décideurs les plus puissants d’Amérique. 

Devon Archer est devenu le vice-président de Bohai Harvest, aidant à superviser certains des investissements du fonds.

Le partenariat entre les princes américains et le gouvernement chinois n’était qu’un début. Les opérations d’investissement réalisées par ce partenariat étaient encore plus problématiques. Nombre d’entre eux auraient eu de graves répercussions sur la sécurité nationale des États-Unis.

En décembre 2014, BHR est devenu un “investisseur d’ancrage” dans l’introduction en bourse de China General Nuclear Power Corp. (CGN), une entreprise publique du secteur de l’énergie spécialisée dans la construction de réacteurs nucléaires. En avril 2016, le ministère américain de la Justice accuserait CGN d’avoir volé des secrets nucléaires aux États-Unis – des actions qui, selon les procureurs, pourraient causer “des dommages importants à notre sécurité nationale.”

La CGN était particulièrement intéressée par des composants sensibles, de fabrication américaine, qui, selon les experts, ressemblaient aux composants utilisés par les États-Unis sur leurs sous-marins nucléaires.

Toujours en décembre 2014, un conglomérat soutenu par l’État chinois appelé Gemini Investments Limited négociait et scellait des accords avec Rosemont de Hunter Biden sur plusieurs fronts. Ce mois-là, il a fait un investissement de 34 millions de dollars dans un fonds géré par Rosemont.

Au mois d’août suivant, Rosemont Realty, une autre société sœur de Rosemont Seneca, a annoncé que Gemini Investments achetait une participation de 75 % dans la société. Les termes de l’accord comprenaient un engagement de 3 milliards de dollars de la part des Chinois, qui étaient désireux d’acheter de nouvelles propriétés aux États-Unis. Peu après la vente, Rosemont Realty a été rebaptisée Gemini Rosemont.

“Rosemont, avec sa plateforme immobilière complète et son historique de performances supérieures, était précisément l’opportunité d’investissement que Gemini Investments recherchait pour investir sur le marché immobilier américain”, a déclaré Li Ming, Sino-Ocean Land Holdings Limited et président de Gemini Investments. “Nous sommes impatients d’établir un partenariat solide et fructueux”.

Le plan consiste à utiliser l’argent chinois pour acquérir davantage de propriétés aux États-Unis. “Nous voyons de grandes opportunités pour continuer à acquérir des biens immobiliers de haute qualité sur le marché américain”, a déclaré un cadre de l’entreprise. “Les possibilités de cette entreprise sont énormes”.

En 2015, BHR s’est associé à la filiale automobile de l’entrepreneur public chinois de l’aviation militaire Aviation Industry Corporation of China (AVIC) pour acheter le fabricant américain de pièces à “double usage” Henniges.

AVIC est un important entrepreneur militaire en Chine. Elle opère “sous le contrôle direct du Conseil d’État” et produit un large éventail de chasseurs, de bombardiers, d’avions de transport et de drones, principalement conçus pour concurrencer les États-Unis.

La société a également une longue histoire de vol de technologies occidentales et de leur application à des systèmes militaires. Un an avant que BHR ne s’associe à AVIC, le Wall Street Journal a rapporté que la société d’aviation avait volé des technologies liées au chasseur furtif américain F-35 et les avait incorporées dans son propre chasseur furtif, le J-31. AVIC a également été accusée de voler des systèmes de drones américains et de les utiliser pour produire les siens.

En septembre 2015, lorsqu’AVIC a acheté 51 % du fabricant américain de pièces de précision Henniges, les 49 % restants ont été achetés par la société BHR, liée à Biden et Kerry.

Henniges est reconnu comme un leader mondial des technologies anti-vibration dans l’industrie automobile et pour ses capacités de fabrication précises et à la pointe de la technologie. Les technologies antivibratoires sont considérées comme “à double usage” car elles peuvent avoir une application militaire, selon le département d’État et le département du commerce.

Cette technologie figure également sur la liste restreinte de contrôle du commerce utilisée par le gouvernement fédéral pour limiter les exportations de certaines technologies. Pour cette raison, l’accord avec Henniges devrait être approuvé par le Comité des investissements étrangers aux États-Unis (CFIUS), qui examine les transactions commerciales sensibles susceptibles d’avoir une incidence sur la sécurité nationale.

Selon des documents internes de BHR, la transaction Henniges a donné lieu à des “négociations ardues et souvent difficiles.” L’examen du CFIUS en 2015 comprenait des représentants de nombreuses agences gouvernementales, dont le département d’État de John Kerry.

La transaction a été approuvée en 2015.

Après la présentation des liens existants pouvant conduire à un BIDENGATE, revenons à Rosemont Seneca Technology Partners, un des principaux bailleurs de fonds de Metabiota, une société de suivi et de réponse aux pandémies qui s’est associée à l’EcoHealth Alliance de Peter Daszak et au Wuhan Institute of Virology.

Rosemont Seneca Technology Partners (RSTP) était une émanation de Rosemont Capital, un fonds d’investissement fondé par Biden et le beau-fils de John Kerry en 2009, dont Hunter Biden était l’un des directeurs généraux.

Parmi les entreprises figurant sur les versions archivées du portefeuille de la société figure Metabiota, une entreprise basée à San Francisco qui prétend détecter, suivre et analyser les maladies infectieuses émergentes, comme le révèle The National Pulse.

Les rapports financiers révèlent que RSTP a dirigé le premier tour de financement de la société, qui s’est élevé à 30 millions de dollars. L’ancien directeur général et cofondateur de RSTP, Neil Callahan – un nom qui apparaît plusieurs fois sur le disque dur de Hunter Biden – fait également partie du conseil consultatif de Metabiota.

Depuis 2014, Metabiota est un partenaire d’EcoHealth Alliance dans le cadre du projet “PREDICT” .

PREDICT , projet du programme Emerging Pandemic Threats (EPT) de l’USAID, s’efforce de réaliser cette vision en utilisant l’approche One Health et en formant une main-d’œuvre mieux préparée et habilitée à faire de la prévention des pandémies une réalité.

Dans le cadre de cet effort, des chercheurs de Metabiota, d’EcoHealth Alliance et de l’Institut de virologie de Wuhan ont collaboré à une étude portant sur les maladies infectieuses des chauves-souris en Chine. “Des tests RT-PCR sensibles et largement réactifs ont été réalisés à l’Institut de virologie de Wuhan, Académie chinoise des sciences”, indique le document. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4036550/ 

Parmi les chercheurs figurant sur l’étude 2014 susmentionné, on trouve la “Batwoman” Shi Zhengli, directrice du Centre des maladies infectieuses émergentes du laboratoire du Parti communiste chinois de Wuhan. Le disgracié Peter Daszak – récemment récusé de la commission COVID-19 du Lancet en raison de plusieurs conflits d’intérêts en tant que “collaborateur de longue date” de l’Institut de virologie de Wuhan – figure également parmi les auteurs.

Daszak est également une figure centrale dans les origines potentielles de COVID-19. Sa société EcoHealth Alliance a reçu des fonds publics de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID) d’Anthony Fauci pour collaborer à la recherche sur le coronavirus de la chauve-souris à Wuhan.

Les chercheurs d’EcoHealth Alliance et de Metabiota ont également collaboré à des présentations sur la manière de “vivre en sécurité avec les chauves-souris” et à des études établissant un lien entre les épidémies de maladies infectieuses émergentes et les installations de commerce d’animaux sauvages, notamment les “marchés humides”.

“Le commerce des espèces sauvages peut faciliter la transmission de maladies zoonotiques et représente une menace pour la santé humaine et les économies en Asie, mise en évidence par l’épidémie de coronavirus du SRAS en 2003, où un marché d’espèces sauvages chinois a facilité la transmission de l’agent pathogène”, note le document de 2016.

Des chercheurs de Metabiota ont également été cités aux côtés du personnel d’EcoHealth Alliance pour une étude de 2014 sur le débordement du henipavirus, une étude de 2014 sur la surveillance d’Ebola, une étude de 2015 axée sur l’herpès et une étude de 2015 sur la diversité virale.

Au-delà des liens avec EcoHealth Alliance, Metabiota a également été mêlée à une controverse pour avoir “bousillé” la réponse de l’Amérique à Ebola.

“Une entreprise américaine qui se présente comme une pionnière dans le suivi des épidémies émergentes a commis une série d’erreurs coûteuses pendant l’épidémie d’Ebola de 2014 qui a balayé l’Afrique de l’Ouest : des employés se sont disputés avec d’autres intervenants, ont contribué à des diagnostics erronés de cas d’Ebola et ont mal interprété à plusieurs reprises la trajectoire du virus”, selon une enquête de l’Associated Press (AP) sur l’entreprise.

L’entreprise aurait aggravé la “situation déjà chaotique”, ce qui a poussé les responsables de l’Organisation mondiale de la santé à critiquer l’entreprise:

Les courriels obtenus par AP et les entretiens avec les travailleurs humanitaires sur le terrain montrent que certaines des actions de l’entreprise ont aggravé une situation déjà chaotique.

Le Dr Eric Bertherat, expert de l’OMS en matière d’épidémies, a écrit à ses collègues dans un courriel du 17 juillet 2014 au sujet de diagnostics erronés et d’une “confusion totale” au laboratoire gouvernemental de la Sierra Leone que Metabiota partage avec l’Université de Tulane dans la ville de Kenema. Il a déclaré qu’il n’y avait “aucun suivi des échantillons” et “absolument aucun contrôle sur ce qui est fait.”

“C’est une situation que l’OMS ne peut plus cautionner”, a-t-il écrit.

En avril 2021, l’USAID de Joe Biden a annoncé une nouvelle initiative menée par EcoHealth Alliance pour traquer les maladies infectieuses émergentes à potentiel pandémique. Metabiota collabore également à cette initiative financée par les contribuables, et ses chercheurs figurent parmi les auteurs d’articles publiés en juin 2021 sur la surveillance des coronavirus en Afrique.

Articles source :

https://nypost.com/2018/03/15/inside-the-shady-private-equity-firm-run-by-kerry-and-bidens-kids/

https://nypost.com/2019/05/11/the-troubling-reason-why-biden-is-so-soft-on-china/


Equipe du Consortium mondial du Projet PREDICT

On y retrouve les membres de EcoHealth Alliance et de Metabiota

https://p2.predict.global/team

Dans une nouvelle vidéo, Sky News Australia fournit de nouvelles informations sur l’origine du virus, brisant les mensonges jusqu’alors proférés par les principaux acteurs concernés par cette question : 

– Le laboratoire de Wuhan était à l’origine un centre de coopération internationale mais les français ont rapidement été mis à la porte, une fois la construction du laboratoire achevée. Les Chinois ont donc mené leur recherche à l’abris des regards du gouvernement et des services de renseignements français.  

– Le manque de sécurité du laboratoire était connu. Le directeur adjoint du laboratoire, Song Donglin, a d’ailleurs admis n’avoir aucune expérience dans le domaine de la biosécurité. 

– Il y avait effectivement des chauves-souris vivantes dans le laboratoire, comme le montrent les images dans la vidéo. Pourtant, Peter Daszak, zoologiste britannique qui faisait partie du groupe des dix experts, a nié ces faits : « C’est une théorie du complot largement répandue. […] Il n’y a pas de chauves-souris vivantes ou mortes à l’intérieur. Il n’y a aucune preuve nulle part que cela soit arrivé. C’est une erreur qui, je l’espère, sera corrigée. » 

– Des expériences, appelées « gain de fonction », étaient menées dans le laboratoire pour rendre les virus plus infectieux et plus virulents. Celles-ci avaient pour objecitf de prévoir lesquels pourraient causer une pandémie. 

– L’implication de Daszak dans l’enquête de l’OMS pour connaître l’origine du virus est un conflit d’intérêt puisqu’il a organisé, rédigé et signé la lettre du Lancet affirmant que l’idée d’une fuite du laboratoire était une théorie conspirationniste. L’OMS est donc à l’origine de la désinformation sur la fuite du laboratoire.

Pour en savoir plus, regardez la vidéo de Sky News Australia, traduite en français : https://www.francesoir.fr/societe-sante/fauci-daszak-zhengli-la-television-australienne-creve-labces

Jim Jordan : Les e-mails de Fauci montrent qu’il a financé le laboratoire de Wuhan et couvert les origines du COVID-19.

Vidéo : https://rumble.com/vj88jl-jim-jordan-fauci-emails-show-he-funded-wuhan-lab-and-covered-up-covid-19-or.html

Le Pentagone a distribué des millions de dollars à la même organisation à but non lucratif qui a acheminé des subventions fédérales à l’Institut de virologie de Wuhan

EcoHealth Alliance, basée à New York, a déjà fait l’objet d’un examen minutieux pour avoir redirigé des fonds des National Institutes of Health (NIH) vers le laboratoire chinois, d’où beaucoup pensent que COVID-19 a fui pour déclencher la pire pandémie depuis un siècle.

https://nypost.com/2021/07/01/pentagon-gave-millions-to-ecohealth-alliance-for-wuhan-lab(modifié)


Un chercheur du laboratoire de Wuhan est lié à des scientifiques militaires, selon NBC News.

En janvier, une fiche d’information de l’administration Trump accusait la Chine d'”activité militaire secrète” dans un laboratoire de Wuhan. Le Dr Shi Zhengli, l’un des principaux chercheurs de l’Institut de virologie de Wuhan, affirme qu’il s’agit d’une institution civile, mais NBC News a trouvé des preuves de ses liens avec des scientifiques militaires. https://www.nbcnews.com/news/amp-video/mmvo115706437674

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.