Comment les banques centrales enfument le Monde

Comment l’idée de démocratie a-t-elle cédé le pas au chaos universel, fait de guerres économiques, de terrorisme, d’interventions militaires «préventives», de «Révolutions colorées» ?
Derrière les apparences, qui sont les réels protagonistes de la géopolitique mondiale ?
Les Gilets jaunes sont-ils une résurgence du rêve démocratique né en Occident?? 

Le règne du dollar touche à sa fin… et ce n’est pas une conséquence mais bien le but des politiques monétaires appliquées par les banques centrales.

Alors que les déclarations officielles se multiplient, la vérité reste cachée. Le président des Etats-Unis d’Amérique, Donald Trump, fait croire au monde qu’il est en train de reprendre la main politique sur sa banque centrale, la fameuse Fed.

Pendant ce temps, les déclarations politiques concernant le Brexit passent sous silence l’essentiel, c’est-à-dire qui est réellement à l’origine de cette idée de « Brexit » et surtout pourquoi. Il est important de rappeler que le Brexit est aussi, à l’origine, une initiative de la City londonienne.

Un Crime Orchestré | Le Krach Boursier qui Vient

Tout s'est accéléré en seulement quelques jours. La probabilité d'un krach boursier n'a jamais été aussi haute. Et tout ce qui est fait ne fait qu'augmenter l'ampleur de la crise à venir.▶️ Faut que l'info tourne, alors Partager C'est Sympa !

Pubblicato da Partager C'est Sympa su Domenica 29 settembre 2019


rédigé par Valérie Bugault 1 octobre 2019

Un Royaume-Uni dégagé de la Zone euro permettrait en effet à l’industrie financière britannique de gérer librement (sans contraintes juridiques ou politiques émanant de la BCE ou des instances européennes) la transformation de la monnaie mondiale, qui passerait du dollar US actuel en DTS. Pour rappel, DTS signifie « droits de tirage spéciaux » – ce terme recouvre un panier de devises institué par le Fonds monétaire international (FMI).

Le public, médusé par les médias plus ou moins coordonnés par les banquiers centraux, croit dur comme fer aux nouvelles déclarations de Mark Carney, ancien de Goldman Sachs passé ensuite gouverneur de la banque centrale du Canada et désormais nouveau patron de la Banque centrale anglaise.

Selon lui, les banques centrales devraient se coordonner pour précipiter la chute du dollar en tant que monnaie mondiale. Mark Carney met ainsi en œuvre un plan préétabli de longue date. Il ne réagit pas, comme ses déclarations le laissent entendre, à une nouvelle conjoncture qui serait soudainement apparue.

La fin du dollar, un calendrier maîtrisé

En réalité, tous ces événements (déclarations de Donald Trump et de Mark Carney), parfaitement reliés et coordonnés, suivent un calendrier global maîtrisé + JIM Globalist consistant à assurer la transition entre dollar et DTS.

Les premiers indices de cette pièce de théâtre, écrite par les banquiers centraux aux ordres des principales puissances financières siégeant notamment à la City of London, sont à rechercher en 2011, à l’époque des déboires judiciaires américains de Dominique Strauss-Kahn, alors directeur du FMI. La revalorisation de l’or dans le bilan des banques est en réalité une étape décisive de l’abaissement du rôle du dollar.

La réalité est que DSK, alors directeur du FMI, travaillait en coulisses à la création d’une monnaie panafricaine adossée à l’or libyen, le dinar-or. Cette monnaie était destinée à entrer dans le panier de monnaies (DTS) qui remplacera le dollar américain en tant que monnaie mondiale.

Nous apercevons déjà, en 2011, ce qui allait se produire huit ans plus tard, en 2019 – à savoir la revalorisation de l’or dans le bilan des banques. Cette revalorisation, décidée au sein de la Banque des règlements internationaux (BRI), est entrée en vigueur en mars 2019.

La valeur des monnaies locales qui interviendront dans le panier de monnaies des DTS sera réévaluée régulièrement sur la base de leur adossement concret à des matières précieuses tangibles. L’or servirait ainsi à nouveau, avec d’autres biens tangibles, d’étalon partiel – le temps du moins que soit installée et stabilisée la monnaie mondiale.

On remonte à la Révolution

A la vérité, cette pièce de théâtre n’est que le dernier tableau d’un triptyque historique. La première séquence se situe au XVIIIème siècle, lors des révolutions occidentales. Ces dernières ont mis en œuvre en Occident un nouvel ordre politique avec le régime parlementaire dit représentatif ; lequel représente surtout, en réalité, la force de frappe des puissances financières.

Le deuxième volet du triptyque s’est joué à Bretton Woods au sortir de la Deuxième guerre mondiale. En 1944 ont ainsi été imposées deux choses contradictoires mais complémentaires :

– un ordre financier international, par l’instauration de deux organisations financières mondiales de premier ordre : le FMI et la Banque mondiale ;

– le dollar américain comme devise de référence pour les échanges économiques mondiaux.

Enfin, nous assistons à la troisième partie du triptyque, qui n’en finit pas de se terminer. Elle consiste à imposer une monnaie mondiale qui sera :

– un panier de monnaies sur le modèle du Bancor préconisé par Keynes en 1944 ;

– le premier pas vers le gouvernement mondial auquel aspirent les banquiers commerçants de la City.

Ne confondons pas cause et effets

Ainsi donc, l’actualité est riche de fausses informations selon lesquelles le dollar ne pourrait plus être une monnaie mondiale en raison des politiques américaines récemment suivies par Donald Trump.

C’est là confondre la cause et les effets !

Car précisément, la politique économique et monétaire de l’actuel président américain suit le programme déterminé de longue date par les banquiers centraux.

Il consiste à rendre au dollar sa seule place de monnaie locale et à remettre l’empire américain dans les limites d’un Etat dont la puissance ne doit pas être disproportionnée par rapport à d’autres puissances. Les différentes forces politiques ont pour rôle et pour fonction de s’autoréguler sous l’œil attentif et vigilant des banquiers régulateurs.

C’est en grande partie l’industrie financière qui a mis Donald Trump au pouvoir, par l’intermédiation de Cambridge Analytica, la société financée par Robert Mercer et dirigée, à l’époque, par Steve Bannon.

Ce sont les mêmes intervenants qui, à l’origine de la chute de l’empire américain, avaient participé à créer l’empire britannique, puis l’empire américain. La caste financière au pouvoir utilise, dans l’ombre, les Etats transformés provisoirement en empire, afin d’imposer à terme un gouvernement mondial à sa solde.

Les banquiers savaient dès 1944 qu’une monnaie locale n’était économiquement pas qualifiée pour répondre techniquement aux besoins d’une monnaie mondiale (lire à ce propos « Comment et pourquoi le dollar va laisser la place aux DTS comme monnaie mondiale », dans Les Raisons cachées du désordre mondial).

Ces mêmes banquiers ont pourtant accepté de jouer le jeu de l’empire américain, pour une bonne raison : ils ont ainsi réussi, grâce aux Américains, à imposer à la même époque – avec le FMI et ce qui est aujourd’hui connu comme la Banque mondiale – les ferments institutionnels de l’avenir monétaire et financier international.

Des « crises » bien arrangeantes

Ces mêmes banquiers savaient pertinemment que les problèmes financiers liés au dollar monnaie mondiale arriveraient tôt ou tard. Ces difficultés devraient ensuite être réglées par des « crises » qu’il conviendrait de maîtriser afin d’arriver à leurs fins : la mise en place d’une monnaie mondiale viable gérée par les institutions déjà en place.

Pour résumer, les banquiers commerçants :

– ont pris le contrôle des Etats par le biais des régimes parlementaires « représentatifs » et des partis politiques ;

– ont pris le contrôle de la gestion monétaire des Etats par le biais de la création des « banques centrales » ;

– ont pris le contrôle de la gestion financière mondiale par le biais d’organismes centralisateurs tels que la BRI (banque centrale des banques centrales), le FMI et la Banque mondiale ;

– sont en voie d’imposer une monnaie mondiale dont ils auront le contrôle exclusif.

Cette monnaie mondiale sera d’autant mieux contrôlée par les banquiers qu’ils mettront les différents Etats en concurrence pour la détention des parts de cette monnaie.

La méthode de la mise en concurrence, notamment des « partis politiques », qui a si bien réussi aux banquiers pour contrôler les Etats, reprendra du service pour le contrôle total de la monnaie, au niveau mondial cette fois. Au-delà de la détention étatique des parts de DTS, cette monnaie mondiale sera gérée, sans contrepouvoirs, par les banquiers.

Par ailleurs, ce contrôle monétaire sera total car les différentes monnaies, en particulier la monnaie mondiale, circuleront sous forme totalement dématérialisée. Ainsi, tout contestataire, que ce soit au niveau étatique ou au niveau individuel, se verra autoritairement privé de l’accès à la monnaie par les « banquiers dirigeants ».

Chacun doit comprendre que la fin de l’empire américain ne signifie certainement pas la fin de la domination financière. La disparition de l’empire américain est tout au contraire l’étape nécessaire à l’établissement d’une domination globale de l’industrie financière.

Les banquiers, qui agissent dans l’ombre, jouent avec les informations, tels des prestidigitateurs, afin de mettre en avant les pantins politiques et leur prétendues décisions autonomes pour mieux dérober et laisser dans l’ombre la réalité politique de leur prise de pouvoir.

Tous les empires occidentaux qui sont tombés sous le joug des banquiers commerçants ont connu une triste fin : il en sera de même pour l’empire américain.

La Chine et la Russie semblent pourvues de forces internes de résistance. Cependant, auront-elles des dirigeants suffisamment avisés et suffisamment solides – c’est-à-dire étayés par des forces internes organisées, dotés d’une structure intellectuelle et idéologique alternative viable –, pour ne pas tomber, par le moyen des DTS, sous l’entier contrôle des banquiers commerçants messianistes ? C’est précisément dans ces termes que la question doit être posée…

L’AUTEUR : Valérie Bugault est docteur en droit de l’université Paris-I-Panthéon-Sorbonne. A l’occasion de sa thèse portant sur le droit de l’entreprise, elle a élaboré une théorie juridique unifiée, qualifiée « d’iconoclaste », de l’entreprise. Elle a travaillé comme avocate fiscaliste dans le domaine des prix de transfert ainsi qu’en droit fiscal interne avant de cesser sa carrière d’avocate pour se consacrer à l’analyse des problématiques de géopolitique économique.Elle a co-écrit un livre, Du nouvel esprit des lois et de la monnaie. Elle est également l’auteur des ouvrages La Nouvelle Entreprise et Les Raisons cachées du désordre mondial. Valérie Bugault table sur un assainissement financier et économique de la planète en croyant qu’il est grand temps de sortir de l’état actuel des choses qui favorise les paradis fiscaux.

Voilà les raisons du chaos universel !

Valérie Bugault publie un ouvrage détonnant :“Les raisons cachées du désordre mondial” chez Sigest. Elle explique comment depuis l’époque des grandes découvertes, les Etats sont peu à peu devenus des coquilles vidées de toute légitimité politique. Car en effet, les démocraties actuelles ne représentent plus les intérêts des peuples mais ceux des grands détenteurs de capitaux basés à la City de Londres et organisés comme des mafias. Mais Valérie Bugaut propose des échappatoires au sombre destin promis par les banquiers. Passionnant !


22 mai 2019


Déconstruire le système financier anglo-saxon!” par Valérie Bugault
9 sept. 2016


Paru le 25 mars 2019 – Etude (broché) – 328 pages

L’analyse juridique, institutionnelle, économique et monétaire faite dans le présent ouvrage, qui considère les évolutions historiques nationales et internationales, permet de saisir la réalité cachée du pouvoir actuel. Derrière le pouvoir politique apparent se profile, dans un jeu d’ombres et de lumières, le véritable pouvoir mondial. Les États sont majoritairement devenus des coquilles vides, dénués de toute légitimité politique, d’autonomie et de souveraineté. 
Depuis l’époque des grandes découvertes et de la fusion, par Oliver Cromwell, des puissances militaire et financière, le «?fait politique?» a progressivement, partout dans le monde, cédé la place au «?fait économique?». Les actuelles «?démocraties?» ne représentent pas les intérêts des populations mais les intérêts de ceux qui financent les campagnes électorales et les «?partis?». Ces donneurs d’ordre se cachent derrière les pantins politiques et l’anonymat des capitaux pour échapper à toute responsabilité. 
Les grands détenteurs de capitaux opèrent à partir de leur quartier général de la City et répartissent leurs forces dans les paradis fiscaux qui ont fleuri aux quatre coins du monde. Les allégeances actuelles fonctionnent sur le modèle de l’hommage-lige féodal, à la réserve près que ces liens de subordination sont occultes. Dans les coulisses, le véritable modèle de nos démocraties modernes est le fonctionnement des mafias.  
Les «?banquiers-commerçants?» ont construit leur puissance, au fil des siècles, par le contrôle des monnaies et des «?lois?». D’origine anglo-saxonne, ce système a, sous couvert de «?liberté?», remplacé le modèle de droit continental traditionnel. Les banquiers ont élaboré un archétype mondial de société sans ordre moral via le droit des affaires. Ce «?modèle affairiste?» a phagocyté toutes les branches du droit — y compris les normes comptables —, les «?sciences économiques?», les systèmes monétaires, financiers et institutionnels, nationaux et internationaux. Ce vaste mouvement de prédation, commencé au XVIIIème siècle, a subi plusieurs accélérations sensibles pour finalement s’imposer dans le courant du XXème siècle. Peu à peu, le modèle impérial anglo-saxon génère, partout dans le monde, un glissement vers l’esclavagisme légal. Il ne reste plus aux banquiers-commerçants qu’à parfaire leur œuvre en instituant officiellement un gouvernement mondial, que leurs partisans appellent d’ores et déjà «?nouvel ordre mondial?». 
Toutefois, il existe des échappatoires au sombre destin promis par les banquiers. Outre ses analyses, le présent ouvrage propose des solutions juridiques, institutionnelles et monétaires permettant de sortir de la nasse civilisationnelle dans laquelle nous nous sommes collectivement enferrés.


Faits & Documents : l’émission #2 Invitée : Valérie Bugault
2 mai 2019

Valérie Bugault : Conférence Newhorizon au Liban


Présentation du livre « les raisons cachées du désordre mondial »


Par Valérie Bugault − 20 au 28 septembre 2019

VOIR ARTICLE

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.