Flics, mais Lanceurs d’alerte

«Depuis l’affaire Benalla, il y a toujours une suspicion qu’il y a des gens qui peuvent se balader avec un brassard «police» sans être policier».
Alexandre Langlois

L’article 40 du CPP impose à tout officier public, tout fonctionnaire de dénoncer des faits délictueux dont il a eu connaissance (délits correctionnels voire crimes) est sans ambiguïté. Ne pas dénoncer ces faits au procureur, se dérober à ce devoir, c’est entrer dans l’illégalité.

Plusieurs policiers ont, ces dernières années, été mis en cause pour manquement au “devoir de réserve”, la hiérarchie ne supportant pas la moindre remarque, fut-elle justifiée.

VIGI a une vision d’ensemble des professions des personnels du Ministère de l’Intérieur et de la Police Nationale, tous corps confondus et se refuse à faire le jeu de l’administration qui « divise pour mieux régner », en opposant les personnels entre eux. C’est pour cela que nous syndiquons au sein de VIGI tous les corps de personnels, quelques soient leurs grades ou échelons.

Noam Anouar, flic et fliqué


Photo Frédéric Stucin

Ce policier lanceur d’alerte dénonce le racisme de son institution et les années d’aveuglement de la France face à la montée du jihadisme.

Par Emmanuel Hansten –  21 novembre 2019 

Comme si le temps s’était figé ici, Noam Anouar donne rendez-vous en face du Stade de France. Tous les cafés étant fermés ce dimanche matin, il nous attend au McDonald’s, tristement célèbre depuis qu’un kamikaze du 13 Novembre s’est fait exploser devant. «Je venais d’arriver dans le secteur, se souvient le policier de 44 ans, cheveux ras et barbe de trois jours. Le pire scénario que nous redoutions était en train de se produire sous nos yeux.» Les quatre années écoulées n’ont estompé aucune image de cette nuit apocalyptique, depuis que son téléphone s’est mis à crépiter pour l’informer d’une inquiétante déflagration aux abords du Stade de France, peu après 21 h 30. Le policier enfourche aussitôt sa moto pour rejoindre l’enceinte sportive, à dix minutes seulement de chez lui. Ce lieu lui est familier depuis que son père, ouvrier en bâtiment, a travaillé sur le chantier. Alors qu’il vient de se garer à proximité du parvis, Anouar, gilet pare-balles et arme à la ceinture, croise le préfet… (Suite réservée aux abonnées)

Soutien au lanceur d’alerte Noam ANOUAR de VIGI https://www.mesopinions.com/petition/justice/soutien-lanceur-alerte-noam-anouar-vigi/60044

Moi, Noam ANOUAR

“Je suis né dans une banlieue difficile du Val-d’Oise. Policier formé dans les rangs de la Sécurité publique, l’ai ensuite été recruté dans le renseignement où ai travaillé sur de nombreux dossiers sensibles.
J’ai assisté à la genèse de l’État islamique et de ses réseaux en France. J’ai surveillé des membres de cellules d’Al-Qaïda, alors implantées sur le territoire national, lancées à la conquête d’une jeunesse désœuvrée et des banlieues, et suivi les premiers départs vers l’Irak et la Syrie. Écoutes téléphoniques, filatures et surveillances : j’ai infiltré des lieux où prospéraient l’islam radical et la mouvance salafiste, notamment en Seine-Saint-Denis, le département qui compta le plus grand nombre de fichés S de France.
Moi qui ai notre pays dans la peau, je veux aussi raconter la gestion piteuse de l’islam tricolore, abandonné à des responsables fantoches.”

Un récit passionnant, limpide et inédit. Loin des fantasmes et des angélismes.

#IDI – «Depuis l’affaire Benalla, il y a toujours une suspicion qu’il y a des gens qui peuvent se balader avec un brassard «police» sans être policier»

Interdit d'Interdire ⛔️ «Depuis l’affaire Benalla, il y a toujours une suspicion qu’il y a des gens qui peuvent se balader avec un brassard «police» sans être policier»(Re)voir l’émission ⏯ https://francais.rt.com/magazines/interdit-d-interdire/68810-cest-reparti-comme-en-1995 🔎 Alexandre Langlois, secrétaire général du syndicat de police VIGI, était l’invité de Frédéric Taddeï dans le IDI du lundi 9 décembre «C'est reparti comme en 95 ?»IDI, du lundi au jeudi à 19h sur RT France

Pubblicato da RT France su Mercoledì 11 dicembre 2019

Alexandre Langlois

“Depuis Valls, le code de déontologie reprend les dispositions du code de la fonction publique de Vichy…”

Un policier morbihannais écrit un livre choc sur les coulisses de la police

Secrétaire général du syndicat de police Vigi, et habitant de Malansac (Morbihan), Alexandre Langlois publie un livre choc, documenté, qui offre un éclairage particulier sur la police.

Ouest-France Publié le 25/12/2019

C’est avec la volonté de révéler au grand jour « les dérives et dysfonctionnements de la Police nationale », qu’Alexandre Langlois publie, aux éditions Talmat : L’ennemi de l’intérieur, un livre choc qui revient sur de nombreux faits marquants de ces dernières années et leur traitement, comme les Gilets jaunes ou l’affaire Benalla.

Ces positions lui vaudront, en tant que secrétaire général du syndicat de policiers Vigi, une mise à pied d’un an avec sursis. Un engagement qui naît cependant d’un long parcours et de désillusions.

C’est en 2005 qu’Alexandre Langlois rentre à l’école de police avec deux valeurs en tête : « Protéger les plus faibles et permettre aux gens de vivre avec le plus de liberté possible sans nuire à leurs voisins. » Sa première affectation le mène à la police des frontières à Roissy, puis il en intègre le service de renseignements jusqu’en septembre 2009.

« La politique du chiffre »

Au fil des mois, le jeune policier constate « des dysfonctionnements » qui le choquent, mais « l’esprit solidaire du terrain reste fort. » Parmi les constats marquants : « une bureaucratisation » de la police qui entraîne des dérives. « On est rentré dans la politique du chiffre. Avant quand on inscrivait RAS sur la main courante on avait des félicitations. Aujourd’hui, on nous dit que l’on ne travaille pas. »

Pour le jeune policier qui rejoint, en 2009, le service de l’information générale « ex-renseignements généraux », une affectation où il est toujours en poste, « on est passé d’une police de prévention à une police de répression ». Par ailleurs, il constate une dégradation des conditions de travail et l’absence de moyens. « Nous n’avions pas de téléphone portable, de cartes de visite, une connexion Internet d’un autre âge… » Des conditions qui pour lui « se généralisent sur tous les services, en dehors des directions ».

Le caillou dans la chaussure de Castaner

En 2010, Alexandre découvre le syndicat CGT police. Celui-ci devient, en 2014, CGT Vigi, puis, en 2018, le syndicat Vigi après une scission avec la CGT. Depuis 2015, Alexandre Langlois en est le secrétaire général. « Vigi intervient pour changer le regard et dénoncer les dysfonctionnements », souligne Alexandre. Dès lors, les Gilets jaunes, l’affaire Benalla seront dénoncés par le syndicat et son secrétaire général. « On est le caillou dans la chaussure de Castaner », avance l’homme avec humour. Mais après un tract contesté, son implication lui vaudra en février 2019, de passer en conseil de discipline.

La sanction ? « Une exclusion de mes fonctions policières pour un an dont six mois avec sursis. » Autrement dit, une mise à pied et une période que l’homme, qui reste impliqué syndicalement, met à profit pour écrire son livre. Un ouvrage qui reprend l’ensemble des faits marquants avec une remarquable précision et en s’appuyant sur des documents officiels pour « dénoncer ce qui se passe et lancer une réflexion sur une vraie réforme de la police ». Car pour le policier syndicaliste, toujours empreint des valeurs qui l’on conduit à ce métier, « aujourd’hui, on fabrique des ennemis de l’intérieur qui permettent de justifier des lois qui sont une atteinte aux libertés individuelles. »

L’ennemi de l’intérieur, aux éditions Talma. 265 pages. 18 €, en librairie.

Alexandre Langlois est policier. Menacé par sa hiérarchie pour “déloyauté”, il dénonce la gestion du maintien de l’ordre par le gouvernement dans le cadre du mouvement des gilets jaunes, l’instrumentalisation des forces de l’ordre par le pouvoir, et les conditions de travail difficiles dans un contexte de hausse des cas de suicides chez les policiers.

Poursuivi pour diffamation, le patron du syndicat Vigi est relaxé

 le 02/12/2019 

«Ils veulent m’asphyxier financièrement»

Juillet – 2019 – Alexandre Langlois a-t-il trop tiré sur la corde ? Pour avoir dénoncé avec véhémence les travers de la police, il a été suspendu sans paie pour 12 mois, dont six avec sursis : «Ils pensent me faire fermer ma bouche mais c’est hors de question.»

A chaque fois qu’ils s’opposent à moi, c’est corrélé à nos actions.Quand je faisais beaucoup de plateaux de télévision en février 2019, j’ai été convoqué à un conseil de discipline… Puis le 20 juin, je suis passé dans une émission d’Envoyé Spécial où j’ai évoqué l’affaire Benalla, dès le lendemain, le ministère a décidé cette sanction !

Article complet – RT France : VOIR ARTICLE – 4 juil. 2019

Alexandre Langlois: “Lallement doit être sanctionné ! Un policier en service aurait été suspendu”

8 déc. 2019 – Alexandre Langlois, auteur de “L’ ennemi de l’intérieur” et syndicaliste policier suspendu pour ses critiques contre l’institution, était l’invité d’Eric Morillot, accompagné de Philippe Pascot et Nicolas Vidal.

Code de déontologie de la police nationale et de la gendarmerie nationale : ouvrir le fichier pdf sur https://www.police-nationale.interieur.gouv.fr/Presentation-generale/Deontologie-et-controle

VIGI. avait fait une liste au Père Noël pour la Police Nationale :

  • Redonner un sens au métier de policier pour nous permettre de garder la paix et non de produire des statistiques sous le diktat d’une politique du chiffre, en demandant un rendement qualitatif et non quantitatif.
  • Donner une plus grande importance à la prise en charge des victimes, qu’à celle des délinquants et criminels.
  • Nous donner des conditions de travail digne pour accomplir nos missions efficacement.
  • D’étendre le nouveau cycle horaire, permettant d’avoir un week-end sur deux à tous les collègues, en renforçant les services en conséquence. Ce cycle permet de plus une meilleure formation.
  • Mettre fin à l’accumulation des heures supplémentaires, nous avons besoin de repos et payer les anciennes a minima majorées de 25% et 50% comme prévu par le Code du Travail.
  • Que le Ministère de l’Intérieur, notre employeur, prenne en charge comme il est obligé légalement, tout ou une partie de notre mutuelle, comme cela est appliqué dans le reste de la fonction publique.
  • Privilégier les mutations à caractère social par rapport aux mutations « ponctuelles » des syndicats dits représentatifs.
  • Qu’on puisse bénéficier du 75% SNCF, comme nos collègues militaires, pour que ceux qui sont éloignés géographiquement de leur famille.
  • Proposer des crèches pour nos enfants en adéquation avec nos horaires, même si nous devons faire des heures supplémentaires, y compris la nuit ou le week-end, etc.
  • Avoir un système de mutations et d’avancements transparents, prenant en considération des critères objectifs et que chacun ait connaissance du motif de refus.
  • Mettre fin au détournement de la procédure disciplinaire, qui pour le moment relève de la « lettre de cachet » de l’Ancien Régime. Que les collègues puissent avoir un ordre d’idées des faits sanctionnables et à quelle hauteur, par la publication d’une « jurisprudence disciplinaire » Police Nationale.
  • Supprimer la médecine statutaire, pour une médecine de prévention indépendante.
  • Que ce ne soit pas la Police Nationale qui enquête sur elle-même uniquement, mais qu’il y ait aussi des services indépendants.
  • Supprimer le Code de Déontologie de la Police Nationale, pour le réécrire conformément au Code Européen d’Ethique de la Police, signé par la France en 2001.
  • Une retraite par répartition plus juste pour TOUS et non une retraite par capitalisation renforçant les inégalités.
    Notre divin Jupiter nous as entendu, nous pauvres mortels qui ne sommes rien, à défaut de nous exaucer :
    « Je ne suis pas le Père Noël car [les policiers] ne sont pas de grands enfants » Emmanuel MACRON Président de la République

VIGI. aurait aimé souhaité un joyeux Noël et une bonne année 2019 à tous les personnels de la Police Nationale. Mais cela serait hypocrite et un manque de loyauté envers le Président de la République, qui n’est pas le Père Noël. Car notre Super Président, pour récompenser l’investissement sans faille de tous les collègues à la sûreté de la population a choisi nous « fouetter » avec :

  • La remise en place d’un jour de carence pour punir les fonctionnaires malades ;
  • Le gel du point d’indice ;
  • Maintien des heures de nuit à 0,97€ ;
  • La fiscalisation de l’IJAT ;
  • La suppression de l’indemnité de résidence ;
  • La modification des règles liées à la majoration des indemnités des fonctionnaires en postes Outre-Mer ;
  • La suppression du supplément familial de traitement ;
  • L’augmentation de la CSG ;
  • Le calcul de la retraite sur 20 dernières années au lieu de 6 mois ;
  • Les heures supplémentaires payées moins chères que l’heure normale ;
  • La suppression de l’Avantage Spécifique d’Ancienneté (ASA) pour les services départementaux ;
  • Aucune mesure sérieuse pour endiguer les + 100 suicides de nos collègues depuis que 2017 ;
  • La défense des agresseurs sexuels de la hiérarchie policière contre nos collègues victimes.

TENTATIVE DE CENSURE DE NOTRE LOGO PAR LE MINISTÈRE DE L’INTÉRIEUR VIGI. 1 – MINISTÈRE DE L’INTÉRIEUR 0

19 mars 2018

Finalement, grâce à notre avocat, le Ministère de l’Intérieur ne pourra pas censurer notre logo au motif que pour lui il est « de nature à tromper le public, notamment sur la nature, la qualité ou la provenance géographique du produit ou du service », VIGI. étant le diminutif du terme VIGILANCE. Notre Ministre de l’Intérieur avait peur que le public puisse confondre ces logos :

Du coup on est rassuré, le Ministère de l’Intérieur n’a pas le pouvoir, pour le moment, de se réserver des mots en les excluant du langage courant.

De même, le Ministère de l’Intérieur estimait que notre logo est « contraire à l’ordre public ou aux bonnes mœurs », car pour lui, il y a un risque de confusion entre le logo de notre syndicat et les logos du Ministère de l’Intérieur ou de la Police Nationale.  Comme les logos sont proches, nous vous proposons d’essayer de battre le Ministre de l’Intérieur au jeu des 7 différences :

Précisons que nous avons choisi notre logo en y associant le nom de notre employeur, comme le font de nombreux syndicats, y compris au sein de notre institution. Curieusement le Ministère de l’Intérieur n’a jamais été dérangé par Alliance POLICE NATIONALE ou par la Fédération des Syndicats du MINISTERE DE L’INTERIEUR, qui ne sont que deux exemples parmi tant d’autres.

VIGI. ne peut que déplorer que ce gouvernement préfère s’entourer de « courtisans » et veuille faire taire, ici par la censure, les organisations voulant remonter les expériences vécues sur le terrain pour améliorer à la fois la sécurité de la population et les conditions de travail des personnels de la Police Nationale.

« On ne saurait stigmatiser par trop d’expressions le vice de ces hommes souples et trompeurs toujours prêts à parler comme vous le voulez, non comme la vérité l’exige ». Cicéron

«La Police en Marche»… vers les clashs, polémique autour du nouveau syndicat policier

Axel Ronde, ex-secrétaire général du syndicat Vigi Police Île-de-France, a créé sa propre organisation, dénommée «La Police en Marche». Il souhaite «rassembler» ses collègues au-delà des clivages politiques. Alexandre Langlois, à la tête de Vigi, dénonce une «trahison». Sputnik France a interrogé les deux policiers afin de faire le point.

«Je ne pouvais plus rester à Vigi, ce n’était plus possible. Nous sommes plusieurs collègues avoir quitté le syndicat. On nous demandait d’adhérer à la ligne politique de la France insoumise.»

Axel Ronde, désormais ex-secrétaire général du syndicat Vigi Police Île-de-France, justifie la création de sa nouvelle formation, La Police en Marche. Le 21 septembre, il était l’invité de BFM TV afin de commenter le retour en force des Gilets jaunes.

Les spectateurs ont pu découvrir la création d’un nouveau syndicat policier au nom très évocateur. Un soutien à la politique d’Emmanuel Macron? «Pas du tout», répond le principal intéressé, qui assure que son syndicat est «apolitique»:

«Nous avons décidé de créer le syndicat La police en Marche, tout simplement, car nous souhaitons prendre exemple sur le tremblement de terre politique créé par En Marche, une formation partie de rien qui a réussi à fédérer. Nous souhaitons également fédérer. Vous avez des associations de policiers en colère qui ne peuvent pas légalement faire du syndicalisme. Nous voulons leur donner la possibilité de prendre leur destin en main. Le but de notre syndicat est d’être libre, ouvert et sans idéologie. Nous souhaitons rassembler un maximum de personnes d’horizons différents.»

Malgré cette déclaration pleine de bonhomie, Axel Ronde se montre offensif envers Vigi et son secrétaire général, Alexandre Langlois: «Ce n’est jamais la faute de Monsieur Langlois, mais toujours des autres. Ce n’est pas possible de critiquer en permanence sans aller dans la négociation avec les chefs de service, ce qui est tout de même le but du syndicalisme.»

Alexandre Langlois se défend pour sa part des affirmations d’Axel Ronde concernant son supposé soutien à la ligne politique du parti de Jean-Luc Mélenchon.

«Cela n’a jamais été le cas. Nos statuts nous définissent comme une organisation apolitique. Nos adhérents proviennent de différents horizons politiques. Nous ne faisons justement pas de politique pour ne pas être limités dans notre liberté de parole», assure-t-il.

Suite au passage d’Axel Ronde sur BFM TV, Vigi a publié un communiqué annonçant avoir «exclu» Axel Ronde. Parmi les griefs retenus contre ce dernier, Vigi assure qu’il «prenait des positions médiatiques au nom du syndicat contraire à [nos] orientations». «Lors d’une émission diffusée sur le site Arrêt sur Image, Axel Ronde n’a pas eu la position mesurée qui est la nôtre sur le maintien de l’ordre. Il n’a fait que prendre la défense de la BAC», assure Alexandre Langlois.

La suite ICI : Article Sputnik France le 26.09.2019


1 août 2019

Groupe Facebook : Soutien à Alexandre Langlois
Page FB Alexandre Langlois
Page FB Noam ANOUAR
Page FB VIGI
Twitter VIGI

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.