Nommé à la Cour des comptes mais épinglé comme maire !

L’ex-PS Dominique Baert, maire de Wattrelos (Nord) et soutien de la première heure d’Emmanuel Macron, a été nommé mercredi conseiller maître en service extraordinaire à la Cour des comptes. La gestion financière de sa commune a pourtant été épinglée l’an dernier par la Chambre régionale des comptes.

Par YF – Publié le 19/12/2019 – france3-regions.francetvinfo.fr

La nomination de Dominique Baert a été annoncée mercredi 18 décembre en conseil des ministres. A 60 ans, le maire de Wattrelos devient, “sur proposition du Premier ministre“, “conseiller maître en service extraordinaire à la Cour des comptes“. Il prendra ses nouvelles fonctions le 1er janvier 2020. Exclu du Parti socialiste en 2012 pour s’être présenté aux législatives en candidat dissident, Dominique Baert fut par la suite l’un des premiers soutiens d’Emmanuel Macron lors de sa campagne présidentielle.

Je suis un type sérieux, qui bosse beaucoup et qui a la passion des finances. À Paris, c’est connu et reconnu“, a réagi l’intéressé auprès de La Voix du Nord, ce jeudi. Directeur adjoint à la Banque de France, l’élu nordiste a enseigné les finances publiques à l’Institut d’Etudes Politiques (IEP) de Lille et à l’Institut régional d’administration. Il a siégé à la commission des finances de l’Assemblée nationale lorsqu’il était député entre 2007 et 2017 et a également été vice-président en charge des finances de la métropole de Lille de 2001 à 2012. 

Gestion épinglée

Pour autant, la gestion financière de sa ville de Wattrelos a été épinglée par la Chambre régionale des comptes, dans un rapport publié le 18 juin 2018, comme l’avait signalé alors le site d’investigation Mediacités.

La situation financière de la commune de Wattrelos (Nord) est caractérisée par un niveau élevé des dépenses de fonctionnement, et en particulier des charges de personnel, que le faible dynamisme de ses bases fiscales peine à compenser“, pouvait-on ainsi lire dans ce rapport. “La ville ayant fait le choix de n’augmenter ni les taux de la fiscalité locale ni son endettement, elle a limité ses investissements à partir de 2014, compte tenu de sa capacité d’autofinancement réduite, voire quasi-inexistante. À terme, cette pause dans l’effort d’équipement pourrait exposer la commune à un rythme insuffisant d’entretien de son patrimoine immobilier. En dépit des recommandations formulées par la chambre lors de son dernier contrôle, la commune a différé, jusqu’en 2015, l’effort de maîtrise des charges de personnel qui était indispensable pour stabiliser sa situation financière. Cette approche ne s’est pas encore accompagnée de la mise en place d’une gestion prévisionnelle des ressources humaines.

L’endettement de la ville de Wattrelos – commune de 41 400 habitants dont 20% des ménages vivent en dessous du seuil de pauvreté – s’élevait l’an dernier à 57 millions d’euros. Soit une dette par habitant supérieure à 1300 euros, bien au-dessus de la moyenne des villes de cette taille (1000 euros). Sa capacité de désendettement s’étend sur… 41,3 ans.

Après avoir réalisé toute sa carrière à la Banque de France, le Wattrelosien accède à l’un des postes les plus gradés de la Fonction publique. « Je suis un type sérieux, qui bosse beaucoup et qui a la passion des finances. À Paris, c’est connu et reconnu », a commenté l’élu qui précise que cette fonction sera plus compatible avec son mandat de maire que son poste à la Banque de France, où il travaillait deux jours par semaine depuis qu’il n’est plus député. Même si, officiellement, il n’est pas encore candidat à sa succession à Wattrelos, ville où la dette se monte à 56 millions d’euros et dont il est maire depuis 2000.

Avec Robert Hue (Montigny-lès-Corneille), Jean Arthuis (Château-Gontier) et Vanik Berberian (Gargilesse), Dominique Baert a reçu le privilège exceptionnel d’être l’un des quatre maires ou anciens maires à être décorés en novembre à l’Élysée, à la veille du congrès des maires. Dans la salle des fêtes fraîchement rénovée, et devant quelque deux cents invités, le président de la République a salué les «  20 ans d’abnégation totale  » de l’élu wattrelosien pour sa ville.