Masques FFP2 dangereux. Nouveau scandale d’État ?

Le Ministère de la santé rappelle 17 millions de masques FFP2 contenant du graphène….. distribués aux soignants

Le gouvernement avait commandé 60 millions de ces masques à la Chine.

Le gouvernement a passé cette commande, pourtant le graphène est connu comme une menace pour la santé et l’environnement depuis 2018.

“Les porteurs pourraient inhaler des particules de graphène présentes dans certains masques, ce qui peut présenter des risques pour la santé.”

Ces masques FFP2 commandés en avril 2020 sont composés de particules de graphène, qui pourraient présenter un danger pour la santé.

C’était en avril 2020, lors du premier confinement, la France découvrait que son stock de masques était loin d’être suffisant pour faire face à une pandémie mondiale. L’Etat avait alors commandé des centaines de millions de masques FFP2 afin de protéger les soignants du Covid-19.

Plus d’un an après, une note de Santé publique France (SPF) indique que certains d’entre eux pourraient être dangereux pour la santé, révèle Mediapart. Quelque 17 millions de masques FFP2 distribués aux soignants ont ainsi été rappelés par Santé publique France, à cause d’un composant potentiellement toxique.


Une étude de toxicité révèle que le graphène, ce matériau miracle, peut perturber les cellules vivantes à l’instar des nanotubes de carbone et d’autres nanomatériaux.

Il a ainsi été démontré que le graphène a la faculté de pénétrer dans des parois composées de cellules organiques.

Des études ont ensuite été réalisées dans des boîtes de Pétri avec des tissus de poumon humain, de la peau et des cellules immunitaires. Toutes confirment les simulations informatiques et indiquent que des feuilles de graphène de seulement 10 micromètres peuvent percer puis être englouties par les cellules vivantes.

De là à dire que le graphène est un promoteur des mutations ADN et du cancer, il n’y a qu’un pas.

Ces études de toxicité du graphène sont en fait un prélude à l’élaboration de méthodes sûres de fabrication et une utilisation contrôlée tout au long de son cycle de vie.

Dans cette optique, seuls les nanomatériaux ont cette « malléabilité » qui permet de modifier leurs propriétés. « Grâce à la modélisation informatique, nous espérons modifier ces matériaux pour les rendre moins toxiques.


https://www.silicon.fr/le-graphene-une-menace-pour-la-sante-et-lenvironnement-87943.html


Déjà en 2015, le CNRS se posait des questions :

Si la toxicité directe du graphène reste encore à démontrer, qu’en est-il de sa génotoxicité, c’est-à-dire de sa capacité à provoquer chez l’animal des cancers et/ou des déficiences transmissibles au travers des générations ? 

https://lejournal.cnrs.fr/articles/le-graphene-est-il-toxique


17 millions des 60 millions de masques FFP2 sont donc rappeler, mais qu’en est-il des 43 millions restants ?

Et qu’en est-il de ces masques textile ? Y en a-t-il eu qui ont été vendus en France ?


Un nouveau type de masque facial avec un matériau en graphène a été  développé par l’AECC Beijing Institute of Aeronautical Materials (AECC BIAM), un institut de recherche chinois axé sur les matériaux aéronautiques avancés.

Bénéficiant de l’application du matériau graphène, le masque présenterait des propriétés antibactériennes plus fortes, une meilleure perméabilité à l’air et une durabilité accrue. L’équipe a appliqué un nouveau tissu en graphène-polypropylène  soufflé à l’état fondu sur la couche de filtration critique entre les non-tissés filés liés qui composent les masques ordinaires.

Le nouveau masque est par ailleurs capable de durer plus de 48 heures, bien plus longtemps que les modèles traditionnels;  l’efficacité de filtration du nouveau masque en graphène n’aurait été réduite que de 4% après 48 heures d’utilisation continue.


Un retrait “par précaution”

La note, publiée lundi sur le site de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) s’adresse aux établissements de soin qui sont “susceptible[s] d’avoir été destinataire[s] de masques labellisés ‘Biomass Graphène’.” Puis SPF poursuit: “dans l’attente de l’évaluation de l’éventuel risque lié à la présence de graphène dans ces masques, et par précaution, il vous est demandé de ne plus les utiliser.” Les masques au centre des inquiétudes concernent tous les lots de masques “FFP2 Particle filtering half mask” vendus par le fabricant Shandong Shengquan New Materials.

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.