ALERTE – NUCLÉAIRE

Russie : l’explosion à caractère nucléaire due aux tests de « nouveaux armements »Le Japon hésite à rejeter en mer des millions de tonnes d’eau traitée

Moscou admet le caractère nucléaire de l’explosion suite à l’accident jeudi dans une base militaire & Le Japon selon Greenpeace s’apprête à relâcher l’eau contaminée de Fukushima dans le Pacifique

⚫️ MOSCOU – Après deux jours de silence, la Russie a reconnu samedi que l’explosion survenue jeudi sur une base de tir de missiles dans le Grand Nord avait un caractère nucléaire. Elle a également revu aussi à la hausse le bilan, désormais d’au moins cinq morts.

Dans un communiqué, l’agence nucléaire russe Rosatom a annoncé que cinq membres de son personnel avaient été tués dans cette explosion, ajoutant que trois autres personnes, victimes de brûlures, avaient été blessées.

Rosatom a précisé que les membres de son personnel fournissaient de l’ingénierie et du support technique pour «la source d’énergie isotopique» du moteur du missile, alors que l’armée n’avait pas décrit l’accident comme impliquant du combustible nucléaire.

Dans un communiqué cité par les médias russes, Rosatom a plus tard précisé que le drame s’est déroulé sur une «plate-forme maritime» et que l’explosion a jeté plusieurs employés à la mer. «Les recherches ont continué tant qu’il restait de l’espoir de les retrouver vivants. Seulement après ça, nous avons fait état de la mort des cinq collaborateurs de Rosatom», selon ce communiqué.

❌ Brève hausse de la radioactivité
Immédiatement après l’accident, le ministère de la Défense avait seulement déclaré que les faits s’étaient produits lors de l’essai d’un «moteur-fusée à ergols liquides» et fait état de deux «spécialistes morts des suites de leurs blessures» et de six autres blessés. On ignorait samedi si les cinq morts évoqués par Rosatom incluaient aussi les deux «spécialistes» évoqués par l’armée.

L’accident a touché une base du village de Nionoksa, ouverte en 1954 et spécialisée dans les essais de missiles de la flotte russe, notamment des missiles balistiques. Si l’armée russe et un porte-parole du gouverneur régional ont dit jeudi qu’il «n’y a pas eu de contamination radioactive», la mairie de Severodvinsk, une ville de 190’000 habitants à une trentaine de kilomètres de la base, avait assuré que ses capteurs avaient «enregistré une brève hausse de la radioactivité».

La publication a ensuite été retirée du site internet de la mairie, qui n’a pas non plus précisé jusqu’à quel niveau la radioactivité avait augmenté.

Par AFP – le 10/08/2019
L’accident s’est produit lors de l’essai d’un «moteur-fusée à ergols liquides», selon l’armée. Photo : Keystone

Tests de « nouveaux armements » – Source AFP – 13 aout 2019

Russian President Vladimir Putin chairs a Security Council meeting in Moscow, Friday, Feb. 1, 2019. (Alexei Nikolsky, Sputnik, Kremlin Pool Photo via AP)

Russie : l’explosion à caractère nucléaire due aux tests de « nouveaux armements »

Quatre jours après l’explosion à caractère nucléaire ayant fait au moins cinq morts sur une base du Grand Nord, les autorités russes ont reconnu lundi que l’accident était lié aux tests de « nouveaux armements », promettant de les mener « jusqu’au bout ». Des experts américains ont estimé que l’accident pourrait être lié aux tests du missile de croisière « Bourevestnik », l’une des nouvelles armes « invincibles » vantées par le président Vladimir Poutine en début d’année. Sans être aussi précise, l’agence nucléaire russe a assuré lundi, en célébrant la mémoire des cinq membres de son personnel tués, vouloir « continuer le travail sur les nouveaux types d’armes, qui sera dans tous les cas poursuivi jusqu’au bout ». « Nous remplirons les devoirs que nous a confiés notre Patrie. Sa sécurité sera entièrement assurée », a ajouté le patron de Rosatom, Alexeï Likhatchev, cité par les agences de presse russes.

L’armée avait auparavant annoncé la mort de deux « spécialistes », sans que l’on sache s’ils sont inclus dans les cinq morts évoqués par l’agence nucléaire russe. Trois autres personnes ont été blessées dans l’accident survenu jeudi, victimes de brûlures, selon Rosatom. D’après l’agence nucléaire, ses spécialistes fournissaient de l’ingénierie et du support technique pour « la source d’énergie isotopique » du moteur du missile à l’origine de l’explosion, qui s’est produite sur une « plateforme maritime » et qui a jeté plusieurs employés à la mer. Immédiatement après l’accident, le ministère de la Défense avait seulement déclaré que les faits s’étaient produits au cours de l’essai d’un « moteur-fusée à ergols liquides », mais n’avait pas décrit l’accident comme impliquant du combustible nucléaire. Il avait alors assuré qu’il « n’y a pas eu de contamination radioactive », mais la mairie d’une ville située près de la base avait dit avoir « enregistré une brève hausse de la radioactivité » avant de retirer sa publication. Le président américain Donald Trump a affirmé lundi en savoir « beaucoup » sur l’explosion, assurant même que les États-Unis avaient une arme similaire, une affirmation immédiatement démentie par un expert respecté.

« Les États-Unis en ont appris beaucoup sur l’explosion d’un missile défectueux en Russie », a tweeté Donald Trump, mentionnant le missile « Skyfall ». « Nous avons une technologie similaire, mais plus avancée. » « Voilà qui est bizarre. Nous n’avons pas de programme de missile de croisière à propulsion nucléaire », a répliqué, lui aussi sur Twitter, l’expert américain Joe Cirincione. « Nous avons essayé d’en développer un, dans les années 1960, mais c’était trop délirant, trop infaisable », a ajouté Joe Cirincione, président de la fondation Ploughshares Fund, qui milite pour une dénucléarisation globale.

« Invincibles », « indétectables », « hypersoniques »

Le président russe avait fait sensation l’année dernière puis début 2019 en présentant la nouvelle génération de missiles développés par son pays, « invincibles », « indétectables » ou « hypersoniques ». Il a menacé de déployer ces nouvelles armes pour viser les « centres de décision » dans les pays occidentaux. Des experts ont lié l’accident de jeudi aux tests de l’une de ces nouvelles armes : le « Bourevestnik » (« oiseau de tempête » en russe), missile à propulsion nucléaire dévoilé en grande pompe par Vladimir Poutine en février, mais pas encore au point selon les spécialistes. D’une « portée illimitée » selon le président, il serait capable de surmonter quasiment tous les systèmes d’interception.

La base où s’est produit l’accident de jeudi, ouverte en 1954 et spécialisée dans les essais de missiles de la flotte russe, notamment des missiles balistiques, est située près du village de Nionoska, dans le Grand Nord. La ville fermée de Sarov, qui accueille le principal centre de recherches nucléaires russe, a décrété dimanche une journée de deuil et les cinq spécialistes tués seront décorés à titre posthume après leurs funérailles lundi. « Ils ont pris une double responsabilité : dans le développement de technologies et d’équipements uniques et en prenant le risque physique d’effectuer des tests uniques », a déclaré lors de la cérémonie Sergueï Kirienko, membre de l’administration présidentielle et ancien patron de Rosatom, saluant de « vrais héros ».

Connu sous le nom de code « Arzamas-16 » durant la guerre froide, le centre de Sarov est à l’origine des premières armes nucléaires de l’Union soviétique. Début juillet, quatorze officiers de l’armée russe avaient été tués dans l’incendie d’un sous-marin nucléaire en mer de Barents, dans des circonstances sur lesquelles les autorités russes ont en grande partie gardé le silence, au nom du « secret d’État ». Le feu avait pu être maîtrisé avant de toucher le réacteur nucléaire du submersible, selon le ministère de la Défense.

⚫️ JAPON – (Greepeace 08/08/19)
Huit ans après la catastrophe nucléaire de Fukushima, le Japon projette de rejeter en mer plus d’un million de tonnes d’eau hautement radioactive stockée dans la centrale. C’est ce qu’a révélé Greenpeace. 

Un de ses experts dans le domaine a publié une tribune dans le magazine The Economist, et le bureau séoulien de l’organisation environnementale l’a postée hier sur son site web. 

Dans cette tribune, Sean Bernie écrit que le gouvernement de Shinzo Abe et la Tokyo Electric Power Company (Tepco), qui exploite le site de la centrale, cherchent à déverser dans le Pacifique l’eau contaminée par le nucléaire. Et d’ajouter que si tel est le cas, les pays riverains de l’océan, plus particulièrement la Corée du Sud, risquent d’être exposés aux matières radioactives.

Selon lui, afin de relâcher dans la mer un million de tonnes d’eau contaminée, il faudrait la diluer avec quelque 770 millions de tonnes d’eau sur une durée de 17 ans. Et il est pratiquement impossible de les rejeter en mer sans la polluer.


Water tanks that contain contaminated water that has been treated at the Fukushima Dai-ichi nuclear plant in Okuma town, Fukushima prefecture, northeastern Japan, are seen Jan. 25, 2019

La centrale nucléaire de Fukushima sera à court de réservoirs pour stocker l’eau contenant du tritium dans trois ans, selon Tepco – le 13 aout 2019

Malgré la diminution de l’espace de stockage, un comité gouvernemental chargé de décider quoi faire de l’accumulation d’eau traitée a déclaré lors d’une réunion qu’il envisagerait de maintenir l’eau à l’installation dans un avenir prévisible en raison des fortes objections des résidents à son rejet dans la mer.

Selon Tepco, l’usine Fukushima no 1 comptait 960 réservoirs massifs contenant 1,15 million de tonnes d’eau traitée au 18 juillet. L’eau qui a touché les débris de combustible fondu hautement radioactifs a été nettoyée par des machines de traitement de l’eau et est stockée dans les réservoirs, mais les machines de traitement de haute technologie sont capables d’éliminer la plupart des radionucléides sauf le tritium. L’usine voit actuellement une augmentation de 170 tonnes d’eau contaminée par jour, indique M. Tepco.

Le rejet contrôlé de l’eau contaminée par le tritium dans la mer est une pratique courante dans les centrales nucléaires du monde entier, et elle est généralement considérée comme l’option la plus viable, car elle peut être réalisée rapidement et coûte le moins cher.

Le chef de l’Autorité de réglementation nucléaire, Toyoshi Fuketa, a longtemps déclaré que le rejet de l’eau traitée dans la mer est l’option la plus raisonnable, mais les habitants de Fukushima, en particulier les pêcheurs, craignent que cela ne nuise à la réputation de la région.

Pour répondre à ces préoccupations, le groupe d’experts du gouvernement, lancé en novembre 2016, a cherché la meilleure option en termes de protection contre les atteintes à la réputation. L’injection dans le sol, la décharge sous forme de vapeur ou d’hydrogène, ou la solidification suivie de l’enfouissement souterrain ont tous été sur la table. Selon le plan actuel, Tepco prévoit d’augmenter l’espace du réservoir pour stocker 1,37 million de tonnes d’eau au total, mais les estimations indiquent que cela ne durera que jusqu’à l’été 2022.

Mais plus l’espace qu’il crée est grand, plus le mal de tête du démantèlement devient important.

Tepco affirme que si le nombre de réservoirs continue d’augmenter, cela pourrait ralentir l’avancement d’autres tâches nécessaires à la mise à la ferraille de l’usine, qui a été frappée par un tremblement de terre et un tsunami monstrueux en mars 2011 qui a provoqué la fusion du triple cœur.

Le service public, par exemple, indique que le site aura besoin de 81 000 mètres carrés d’espace pour stocker tous les débris de combustible fondu qui seront récupérés avec succès, en plus des barres de combustible usé. C’est assez d’espace pour construire de nouveaux réservoirs qui peuvent stocker environ 380 000 tonnes d’eau, dit M. Tepco. Certains membres du comité ont dit qu’il est raisonnable d’envisager la nouvelle option de stockage étant donné les préoccupations des résidents, mais ont ajouté que ni l’eau ni les réservoirs ne peuvent rester éternellement. “Au fur et à mesure que les travaux de déclassement avanceront, il faudra de l’espace pour construire les installations nécessaires. Il faut se demander si (les réservoirs) occuperont suffisamment d’espace pour entraîner les travaux de déclassement “, a déclaré Tokuhiro Yamamamoto, membre du comité et directeur exécutif de l’Agence japonaise de l’énergie atomique.

Il a ajouté que si le comité approuve le plan de stockage, il devra également fixer certaines conditions pour y mettre fin.

Traduit de l’anglais – Source : www.japantimes.co.jp

A LIRE :
La plage de Fukushima rouverte aux baigneurs huit ans après la tragédie nucléaire. Tout risque est-il éliminé? Voir article

En France – Bure – Déchets nucléaires enfouis pour l’éternité !

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.