Paris, “la Colline”, Capital du Crack

C’est un quartier de Paris devenu “un enfer”. On le surnomme “la colline du crack”. Il s’agit d’un campement de trafic de drogue situé tout près du périphérique parisien. Nuit et jour, des centaines de toxicomanes y squattent et consomment du crack.

mis à jour le 18 novembre 2019

18 aout 2019

Le crack fait de Paris un ” enfer ” pour les usagers et les habitants d’un quartier

Charly Roué smoking crack at a hotel room he rents with his father.
Photo : Andrea Mantovani / The New York Times

Le plus grand marché à ciel ouvert de crack en France.

Sur près de deux hectares sordides à la périphérie de Paris abritent le plus grand marché de crack en plein air de France – une ” situation apocalyptique “, dit le chef du commissariat local.

Le sol nu et poussiéreux est jonché de lames rouillées et de pipes à crack. La zone pue l’urine et les ordures.

Au moins trois fois par jour, Charly Roué est attiré par ce quartier, l’un des plus sordides de Paris, toujours selon le même rituel. Après avoir mendié des dizaines d’euros dans des cafés situés non loin des lieux touristiques les plus fréquentés, il se dirige vers le nord de la ville, où il peut acheter du crack à La Colline, ou sur la Colline, le plus grand marché à ciel ouvert de crack en France.

Plusieurs des toxicomanes qui viennent ici jour après jour ” comparent La Colline à l’enfer “, dit M. Roué, 27 ans, qui consomme de la drogue depuis l’âge de 14 ans. “Les habitants qui vivent à proximité et souffrent du chaos que nous apportons doivent aussi appeler ça l’enfer.”

C’est ce qu’ils font.

Au cours des dernières années, La Colline, un terrain désolé d’environ un hectare et demi entre trois autoroutes aux portes de la ville, est devenu le symbole d’une crise de la drogue dans le nord de Paris, l’embourgeoisement de la capitale française ayant poussé certaines des populations les plus désespérées de la capitale à ses limites les plus extrêmes.

Depuis quelques années, La Colline et ses environs sont devenus le symbole d’une crise de la drogue dans le nord de Paris.

Les résidents locaux disent que la présence d’utilisateurs de drogue a rendu leur vie insupportable, et les propriétaires d’entreprises locales disent que leurs revenus ont chuté parce que les clients ont eu peur de fuir.

Bien que ce quartier pauvre ait depuis longtemps ses défis à relever, les résidents disent que le marché du crack a considérablement aggravé une situation déjà difficile.

La police a promis de rendre la zone plus sûre.

“Nous avons eu notre part de voitures brûlées, de trafic d’herbe et de prostitution “, a déclaré Rafia Bibi, une Tunisienne de 59 ans qui vit dans la région depuis 15 ans et qui peut voir La Colline depuis son appartement du 17e étage. “Mais la violence et la misère parmi les migrants et les drogués ont rendu ce quartier à peine habitable.”

À La Colline, le crack est disponible et en étalage ouvert 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Des centaines de personnes viennent chaque jour acheter une galette de pierre à fumer pour 15 euros, soit environ 17 dollars, et des dizaines de toxicomanes y vivent dans des tentes de fortune, se mêlant aux sans-abri migrants qui peuplent également la région.

Tous les mardis, la police évacue toute la zone et rase le bidonville de fortune. Mais il repousse inévitablement quelques heures plus tard.

“Le crack est partout ici, c’est impossible d’y échapper “, a déclaré Nivmud Singh, un sans-abri de 34 ans qui est arrivé d’Inde en 2016.
Au moins deux fois par semaine, des travailleurs sociaux du groupe humanitaire Charonne distribuent des tuyaux propres et des kits sanitaires près de La Colline.

Les toxicomanes se prostituent dans les toilettes publiques lorsque les enfants vont à l’école le matin, tandis que les bagarres sont quotidiennes, les trafiquants se battant parfois entre eux avec des câbles de construction, ou les toxicomanes se disputant des galettes avec des lames de poche.

“On peut oublier le Paris de Woody Allen”, a déclaré un policier qui patrouille à La Colline tous les jours depuis deux ans, en référence au film du réalisateur “Midnight in Paris”. “On ne pourrait pas être plus loin de ça.”

Emmanuelle Oster, la nouvelle chef de la police du 18e arrondissement, dont fait partie La Colline, a déclaré avoir fait de la lutte contre le crack sa priorité depuis son entrée en fonction en novembre. Elle a dit que les 500 officiers sous sa direction étaient mobilisés contre elle et que plus de 300 trafiquants avaient été arrêtés au cours des six premiers mois de 2019, soit plus qu’en 2018 dans l’ensemble.

On estime qu’entre 5 000 et 8 500 usagers fument du crack dans la région parisienne, nombre qui est demeuré relativement stable au fil des ans, bien que son utilisation ait longtemps été un problème caché. Mais elle a fait irruption à la vue du public, a dit Mme Oster, lorsque de récents projets de logement ont gentrifié d’anciens squats, forçant les usagers à s’exposer et transformant “un phénomène invisible en une situation apocalyptique”.

“Cela ne peut tout simplement pas exister dans une ville comme Paris au 21e siècle “, a ajouté Mme Oster.

Les groupes d’aide qui viennent à La Colline pour offrir leur aide peuvent blâmer la forte présence policière pour avoir exacerbé les tensions. Mais ils ne contestent pas que la concentration d’usagers et de toxicomanes compactés dans La Colline crée une situation explosive.

Le quartier autour de La Colline a connu un afflux important de migrants.
“Nous les encourageons à venir nous voir dans nos bureaux pour qu’ils puissent se reposer “, explique Yves Bouillet, à gauche, un travailleur social de Charonne…

Un après-midi récent, sous la chaleur accablante qui a frappé la France cet été, quelques travailleurs sociaux de Charonne, une organisation humanitaire qui reçoit des fonds de la ville, ont distribué plus de 150 pipes à crack, des dizaines de préservatifs, des serviettes hygiéniques et des verres d’eau. Pour beaucoup de ceux qui s’y promènent, la présence des travailleurs sociaux est la seule forme de soulagement qu’ils peuvent espérer.

Les travailleurs humanitaires affirment que de nombreuses femmes toxicomanes de La Colline ont été contraintes à la prostitution et qu’au moins une demi-douzaine de toxicomanes y sont morts depuis le début de l’année.

“Nous les encourageons à venir nous voir dans nos bureaux pour qu’ils puissent se reposer un peu “, explique Yves Bouillet, travailleur social à Charonne. “Mais ils disent que nous sommes trop loin d’eux “, a-t-il ajouté au sujet des bureaux du groupe, à deux milles au sud.

Le quartier de La Colline, Porte de la Chapelle, a longtemps marqué l’une des limites nord de Paris.

Eric Lejoindre, maire du 18e arrondissement, dont fait partie la Porte de la Chapelle, a déclaré que les autorités ” essayaient d’unifier la ville avec sa périphérie “.

“Pourtant, avec tout ce que nous voyons en ce moment, beaucoup pensent que la Porte de la Chapelle n’appartient pas à Paris “, a-t-il reconnu.

Beaucoup de résidents locaux disent qu’ils se sont adaptés à la nouvelle normalité, ignorant les consommateurs de drogues et évitant l’insécurité qu’ils peuvent apporter. Et ils ne veulent pas que le quartier soit uniquement défini par son problème de crack. Les commerces sont toujours là, soulignent-ils, et les résidents de longue date rencontrent encore de vieux amis dans les cafés, non découragés par le commerce illicite qui les entoure.

Bien que le quartier autour de La Colline ait longtemps été confronté à des défis, les résidents disent que le marché du crack a aggravé une situation difficile.
Des centaines de personnes viennent chaque jour acheter une galette de pierre à fumer pour 15 euros.

Au plus fort de la crise migratoire européenne en 2015, le quartier est devenu un point de ralliement pour les personnes cherchant refuge en France. Les autorités y ont construit un abri temporaire, mais il était sous-dimensionné et en a laissé des centaines d’autres dans la rue. Beaucoup sont restés après le démantèlement du refuge en 2018.

Certains sont tombés dans le piège de La Colline.

“Il y a du crack partout ici, c’est impossible d’y échapper “, a déclaré Nivmud Singh, un sans-abri de 34 ans qui est arrivé d’Inde en 2016.

Dans le cadre d’un plan triennal de “lutte contre le crack” *, les autorités municipales se sont engagées à ouvrir un “centre de repos et de santé” d’ici l’automne. Doté d’un budget de 9 millions d’euros, soit environ 10 millions de dollars, ce plan a permis de financer des organismes comme Charonne et d’offrir des dizaines d’options de logement temporaire aux usagers.

Les consommateurs de drogue pourront probablement aussi y fumer légalement du crack, ce qui serait une première pour la consommation de crack en France.

* Lutte contre le crack : adoption d’un plan 2019-2021. ICI

Les responsables affirment que le quartier va changer pour le mieux et devenir plus sûr, avec un futur campus de l’Université de la Sorbonne et la construction d’une nouvelle infrastructure pour les Jeux Olympiques de Paris en 2024.

Une salle dans les bureaux de l’association Charonne, où les drogués au crack peuvent se reposer, bien que beaucoup disent que c’est trop loin de La Colline.
Charly Roué a dit qu’il était toxicomane depuis l’âge de 14 ans.

Pourtant, les riverains sont toujours en colère parce que leurs représentants n’ont pas agi plus vite.

“Après tout ce que nous avons traversé, les responsables de la ville veulent laisser les toxicomanes rester ici en aménageant une salle de drogue “, explique Toufik Aouchiche, serveur au café celtique familial, dont la terrasse est souvent attaquée par les consommateurs de drogue. “Mais nous ont-ils demandé ce que nous en pensons ?”

Charly Roué, le dépendant, n’a pas l’intention d’utiliser le centre.

“La seule façon d’arrêter de fumer du crack, c’est de quitter Paris”, a-t-il dit. “Nous devrions tous rester loin de La Colline.”

Par Elian Peltier, reporter au bureau de Paris couvrant la France, écrit pour le Times depuis 2015. @ElianPeltier

Une version imprimée de cet article paraît le 18 août 2019, Section A, page 15 de l’édition de New York avec le titre : “Le crack transforme un coin de la ville lumière en enfer”.
Crack Cocaine Turns a Corner of the City of Lights Into a Hell.

12/04/2019 – “Colline du crack”: Paris va ouvrir un centre pour les toxicomanes https://www.huffingtonpost.fr/entry/colline-du-crack-paris-va-ouvrir-un-centre-pour-les-toxicomanes_fr_5cb03755e4b0ffefe3ae444f

24/02/2019 SEPT À HUIT – “La colline du crack” à Paris (Vidéo) https://www.lci.fr/social/sept-a-huit-la-colline-du-crack-a-paris-2113848.html

05/07/2019 – Un quartier de Paris dans l’ombre de “la colline du crack” https://www.france24.com/fr/20190705-focus-paris-colline-crack-drogue-chapelle-dealers-insecurite-campement-migrants-habitants

je viens de réaliser un documentaire sur un ami tombé dans le crack, j’ai retrouvé ce gars devant « la colline au crack » ( Porte de La Chapelle) par hasard et il m’a livré ses problèmes, personnels mais aussi bien sa vision de la société et de cette fameuse colline.. je voulais donc vous en faire part car cette interview me tient beaucoup à cœur. Ludo