Trump a bien demandé au président ukrainien d’enquêter sur Joe Biden

« Cela serait formidable si vous pouviez vous pencher dessus »

Le Monde – Par  Gilles Paris le 25 septembre 2019

Lors de leur conversation, dont le compte rendu a été divulgué mercredi, le président américain demande explicitement à Kiev de chercher si son rival politique avait mis fin à une enquête impliquant son fils. 

En autorisant la publication d’un compte rendu d’une conversation téléphonique avec son homologue ukrainien, Volodymyr Zelensky, Donald Trump pensait-il mettre en difficulté les démocrates ? Ces derniers avaient déclenché la veille une procédure de destitution en l’accusant d’avoir demandé à une puissance étrangère d’enquêter sur l’un de ses opposants politiques. Le président des Etats-Unis n’avait cessé de jurer, au cours des jours précédents, que cette conversation avait été « parfaite »La note rendue publique a au contraire renforcé les soupçons.

Ce résumé de cinq pages d’un échange d’une demi-heure n’a rien d’un verbatim. Il témoigne cependant de la réalité de la demande de Donald Trump. Selon ce document, le président des Etats-Unis a bien demandé à Volodymyr Zelensky de se pencher sur Hunter Biden, le fils de l’ancien vice-président Joe Biden, membre du conseil d’administration d’une entreprise gazière ukrainienne. Joe Biden est, depuis son entrée en campagne, le favori de la course à l’investiture démocrate pour la présidentielle de 2020.

La conversation vient à peine de débuter. Le président ukrainien évoque les besoins en armement de l’Ukraine, après avoir dénigré, de concert avec le président des Etats-Unis, l’inaction supposée de la France et de l’Allemagne. C’est alors que Donald Trump évoque l’enquête « russe » (les interférences dans la campagne de 2016), estimant que « l’Ukraine en sait beaucoup sur ce sujet ».Lire : Les principaux points de la discussion entre Trump et le président ukrainien Zelensky

« Si vous pouviez lui parler »

JIM BOURG / REUTERS

Il demande « une faveur » de son interlocuteur à propos d’un serveur informatique, dans une formulation confuse qui peut renvoyer au piratage du site du Parti démocrate en 2016, comme au serveur privé utilisé par son ancienne adversaire Hillary Clinton. « Le serveur, ils disent que l’Ukraine l’a », juge le président des Etats-Unis qui souhaite que « le procureur général », manifestement William Barr, prenne contact avec « [les] gens » du président ukrainien. « J’aimerais que vous alliez au fond des choses (…). Tout ce que vous pouvez faire, il est très important que vous le fassiez si possible », ajoute M. Trump.

Puis le président des Etats-Unis change de sujet après avoir une première fois mentionné le rôle de son avocat personnel, Rudy Giuliani, à la suite de Volodymyr Zelensky. « On parle beaucoup du fils de Biden et du fait que Biden ait arrêté l’enquête et beaucoup de gens veulent en savoir plus sur le sujet, donc cela serait formidable si vous pouviez vous pencher dessus », dit M. Trump en référence au limogeage d’un procureur ukrainien, obtenu à la suite de pressions européennes et américaines.

Rudy Giuliani a multiplié les contacts avec des responsables du pays au cours des derniers mois pour relancer cette enquête. « Rudy sait très bien ce qui se passe et c’est un gars très capable. Si vous pouviez lui parler, ce serait génial », assure Donald Trump, suggérant également de contacter William Barr. « Biden se vantait partout d’avoir arrêté les poursuites, donc si vous pouviez examiner cela… », insiste le président des Etats-Unis, qui assassine au passage l’ancienne ambassadrice américaine, Marie Yovanovitch, une diplomate de carrière relevée de ses fonctions en mai.

« C’est bien que vous ayez dit le premier qu’elle était une mauvaise ambassadrice parce que je suis d’accord avec vous à 100 % », renchérit Volodymyr Zelensky. Auparavant, il a déjà assuré avoir utilisé « pas mal [des] talents et [du] savoir » de son homologue. « Nous avons pu en faire un exemple pour nos élections », poursuit-il, avant d’ajouter : « La dernière fois que je suis allé aux Etats-Unis, j’étais à New York, près de Central Park, et je suis descendu à la Trump Tower. »

« Un bon échange téléphonique »

La publication de ce document a renforcé, mercredi, la conviction des démocrates dans la légitimité de leur démarche. Adam Schiff (Californie), le président démocrate de la commission du renseignement de la Chambre des représentants, une cible régulière du président, l’a jugé « encore plus accablant que ce que j’avais ou que ce que beaucoup d’autres avaient imaginé »« Ces notes reflètent un chantage mafieux classique », a-t-il déclaré à la presse. Seul un sénateur républicain, Mitt Romney (Utah), l’a jugé « troublant ».

En marge des rencontres bilatérales de Donald Trump à l’ONU, le président américain n’a cessé de dénoncer « la plus grande chasse aux sorcières de l’histoire américaine, probablement de l’histoire, mais de l’histoire américaine », comme il le faisait déjà pendant l’enquête « russe ».

Hasard du calendrier, une rencontre était prévue entre les deux hommes en début d’après-midi à New York. Dans une déclaration en direct, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a assuré mercredi que « personne » n’avait fait pression sur lui. « Ce fut un bon échange téléphonique, normal », a-t-il affirmé, ajoutant qu’il ne voulait « pas être impliqué dans les élections aux Etats-Unis ».

« Ce fut un bon échange téléphonique, normal », a affirmé M. Zelensky lors d’une rencontre avec M. Trump à New York. « Personne n’a fait pression sur moi », a-t-il ajouté, insistant sur le fait qu’il ne voulait « pas être impliqué dans les élections aux Etats-Unis ».