Nutella, les noisettes de la honte

Les noisettes de votre Nutella ont été récoltées par des enfants !

La Turquie assure 70 % de l’approvisionnement mondial en noisettes. Son plus gros acheteur est la société Ferrero, le fabricant de la célèbre pâte à tartiner Nutella.

La cueillette des noisettes est épuisante. Mehmet Kelecki travaille environ dix heures par jour au sommet d’une montagne turque, sur des pentes très raides, chargé d’un sac de 35 kg de noisettes. Une famille de migrant·es kurdes travaille à ses côtés. Le père de famille secoue les branches des noisetiers, tandis que sa femme et ses enfants ramassent les fruits qui tombent sur le sol. Deux cueilleurs travaillent illégalement: Mustafa et Mohammed ont respectivement 12 et 10 ans, bien en dessous de l’âge minimum pour travailler en Turquie.

Le pays assure 70 % de l’approvisionnement mondial en noisettes. Son plus gros acheteur est la société Ferrero, le fabricant de la célèbre pâte à tartiner Nutella.

Les personnes employées pour la cueillette des noisettes sont souvent kurdes ou originaires des régions pauvres de la Turquie. Elles touchent un maximum de 10 euros par jour, auxquels il faut retirer 10 % de commission.PUBLICITÉ

La Turquie assure 70 % de l’approvisionnement mondial en noisettes. Son plus gros acheteur est la société Ferrero, le fabricant de la célèbre pâte à tartiner Nutella.

Les personnes employées pour la cueillette des noisettes sont souvent kurdes ou originaires des régions pauvres de la Turquie. Elles touchent un maximum de 10 euros par jour, auxquels il faut retirer 10 % de commission.


«Ils font travailler leurs enfants comme des machines», a affirmé Kazim Yaman, copropriétaire du verger. La plupart des exploitants doivent payer les enfants, car leurs parents insistent pour qu’ils travaillent. «L’autre jour, j’ai vu le père mettre un sac très lourd sur les épaules de l’enfant. J’ai dit: “Qu’est-ce que tu fais?” Il a répondu: “Laissez-le s’y habituer.”», a ajouté avec regret le fermier.

Traçabilité défaillante

Ferrero achète environ un tiers de toute la récolte turque, pour produire environ 365.000 tonnes de Nutella chaque année. L’entreprise veut rendre ses noisettes 100 % traçables d’ici à 2020, mais selon son dernier rapport (à paraître prochainement), le chiffre ne s’élève pour le moment qu’à 39 %.
Enginay Akcay fait partie des milliers de petits commerçants de noisettes. Il assure que Ferrero ne lui demande pas de qui proviennent les fruits, ni quelles sont les conditions de travail.«Le travail des enfants n’a rien à voir avec nous. Le contrôle et la surveillance appartiennent à l’État et aux forces de sécurité», a-t-il insisté.
Le directeur général de Ferrero Hazelnut Company en Turquie, Bamsi Akin, a répondu aux témoignages recueillis par la BBC«Nous ne posons pas de questions sur la source exacte des noisettes, mais nous avons une autre manière de la suivre… Avant le début de la saison, nous avons parlé aux commerçants et nous avons démontré nos exigences de pratique sociale.» «Le système est-il complètement propre? Je pense que personne ne peut dire ça pour l’instant», a-t-il reconnu.

En 2012, Ferrero a lancé en Turquie le programme Farming Values, qui offre une formation gratuite à plus de 42.000 agriculteurs et agricultrices pour les aider à augmenter leurs revenus tout en restant libres de choisir à qui vendre leur récole.

L’entreprise propose également des formations aux producteurs et productrices, destinées à leur apprendre à rendre le secteur plus durable, connaître les droits des employés et faire de la prévention sur le travail des enfants.

Source: Slate

Unclassified DAF/COMP/WP3(2015)

Il y a tant de pays dans un pot de Nutella

publié le 16 décembre 2013

Le succès de Nutella est mondial: 225.000 tonnes sont vendues chaque année dans 75 pays. Ce que l’on sait peut-être moins, c’est que la fabrication de la célèbre pâte à tartiner est également mondiale. L’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques), signale Quartz, a d’ailleurs choisi ce produit comme étude de cas agroalimentaire dans un récent rapport sur «les chaînes de valeur mondiales»:

«Nutella est un parfait exemple de ce que signifie la mondialisation pour les denrées alimentaires populaires: non seulement il est vendu partout dans le monde, mais ses ingrédients viennent de partout aussi.»

L’OCDE a donc cartographié ces infos: 

Le siège social du fabricant Ferrero est en Italie, mais l’entreprise a des usines (les triangles rouges) en Europe, en Russie, en Australie, en Amérique du Nord et du Sud.

Le rapport explique que«les lieux de production sont proches des marchés où il y a une forte demande de Nutella. (…) Il n’y a pas d’usine en Asie parce que le produit y est moins populaire (mais une autre spécialité de Ferrero, le rocher, est plus populaire en Asie et donc fabriqué en Inde)».

Certains ingrédients sont «locaux», le lait par exemple (ou les matériaux pour l’emballage). Mais les fournisseurs sont aussi éparpillés aux quatre coins du monde (les ronds verts): les noisettes viennent de Turquie, l’huile de palme de Malaisie, le cacao du Nigéria, le sucre du Brésil et d’Europe, l’arôme vanille de France.

Ce rapport explique donc que la chaîne de valeur du Nutella est bien globale, mais c’est un exemple parmi d’autres, puisque l’OCDE souligne que c’est souvent le cas dans le domaine de l’agriculture et des produits alimentaires (et ce, en parallèle à une tendance inverse, le locavorisme)… La même carte réalisée pour une barre chocolatée ou un plat préparé surgelé mettrait bien sûr aussi en évidence un certain nombre de pays intervenant dans la chaîne. 

Une diplômée marseillaise va concurrencer le Nutella dans plusieurs restaurants français 

L’enseigne marseillaise Le Patacrêpe propose, durant tout le mois d’octobre, des crêpes à la “Pâte à Étoiler”, une pâte à tartiner créée par une jeune diplômée de Kedge

www.laprovence.com – 03/10/2019

Avec l’été qui s’est terminé et l’automne qui vient de commencer, l’activité des crêperies s’apprête à redémarrer. Certaines vont continuer de s’appuyer sur leurs recettes à succès, et d’autre n’hésitent pas à innover, y compris sur le “best seller” de la crêpe sucrée : celle au Nutella. “Elle représente plus de la moitié de nos ventes de crêpes sucrées, ce qui est conséquent“, affirme Adrien Tassin de Montaigu, le directeur général de l’enseigne marseillaise Le Patacrêpe.

Mais, depuis quelque temps, nous voulons proposer autre chose à nos clients, l’aspect santé et bien-être devenant de plus en plus important. Initialement, nous voulions faire une pâte à tartiner maison, comme nous le faisons déjà pour nos crêpes depuis sept ans maintenant. Mais, finalement, nous sommes tombés sur un produit 100% français, bio, et les éléments venant de l’étranger sont issus du commerce équitable. Nous avons trouvé que c’était la meilleure alternative possible au Nutella“, précise le chef d’entreprise.

Une pâte à tartiner bio, moins sucrée et sans huile de palme

Cette alternative se nomme poétiquement la “Pâte à Étoiler”, et est commercialisée par la société Comète, créée par Bénédicte Ciotti, jeune diplômée marseillaise de Kedge Business School. “La Pâte à Étoiler est la première pâte à tartiner bio, moins sucrée, sans huile de palme mais est tout aussi gourmande. Depuis son lancement, il y a 9 mois, nous avons vraiment de très bons retours, que ce soit des enfants ou des plus grands gourmands, qui sont très agréablement surpris par le goût et la texture de notre pâte à tartiner“, souligne la dynamique dirigeante.

Les Français sont en train de gagner la guerre contre l’huile de palme… et Nutella de la perdre

Le Nutella incarne pour des millions de gourmands le goût de l’enfance et du plaisir, mais son arôme ne suffit plus pour séduire les consommateurs. Entre les scandales et la multiplication des concurrents dans les rayons, la célèbre pâte à tartiner voit ses ventes chuter. Des conséquences qui, malgré la popularité du produit, lui ont fait perdre son statut de produit star.

QUELLES SONT LES CAUSES DE CE RECUL DES VENTES ?

Si le goût du Nutella n’est pas remis en cause, l’un de ses ingrédients est dans la ligne de mire des consommateurs et des défenseurs de l’environnement. Composée d’huile de palme, la pâte à tartiner est considérée comme un produit « malbouffe » à cause de sa teneur en acides gras saturés. L’huile de palme entraîne également une déforestation massive, multipliant les plantations au détriment de la faune et de la flore locales.

Dans une optique de consommation plus responsable (à la fois de leur santé et de la planète), beaucoup ont supprimé le Nutella de leur alimentation. Toutefois, pour continuer de manger tartines ou crêpes à la pâte à tartiner, certains se sont tournés vers les produits des concurrents.

La déforestation en Indonésie à cause de l’exploitation d’huile de palme.

DE GRANDS NOMS QUI VEULENT S’IMPOSER SUR CE MARCHÉ

Longtemps star des rayons au milieu des marques distributeurs, le Nutella a désormais des concurrents issus de grandes marques. Les industriels ont compris le potentiel de ce produit et ont lancé leur propre version de la pâte à tartiner.

Que ce soit Banania, Twix, Bounty ou plus récemment Milka, les produits se multiplient et chacun peut maintenant trouver une pâte plus originale. L’offre ne se limite pas aux grands noms puisque des marques plus artisanales ou différentes (goût spéculoos, sans gluten…) viennent elles aussi étoffer les rayons.

NUTELLA ENCORE LEADER MAIS DÉTRÔNABLE

Malgré la multiplication des pâtes à tartiner, Nutella reste encore leader sur les tables du petit déjeuner. L’engouement provoqué par la promotion faite par Intermarché début 2018 prouve que le succès est toujours en rendez-vous. Cependant, les parts de marché reculent d’année en année, passant de 83 % en 2013 à 75 % aujourd’hui.

Nutella pèse 500 millions d’euros en termes de ventes annuelles mais la croissance de ses concurrents augmente de 3 à 4 % chaque année. Que ce soit pour adopter une alimentation plus saine, respecter la planète ou tester de nouveaux goûts, les consommateurs boudent le Nutella et la marque a du souci à se faire.

A LIRE

Huile de palme et déforestation : les grandes marques sont très en retard

https://www.greenpeace.fr/huile-de-palme-deforestation-grandes-marques-tres-retard/

Huile de palme: l’Assemblée renonce à la taxe Nutella

 23/06/2016

La taxe Nutella correspond à un amendement qui a été proposé par le sénateur Yves Daubigny en 2012. Il s’agit de taxer les importations d’huiles de palme, de palmiste et de coprah utilisées dans des produits de grandes consommations comme la pâte à tartiner Nutella (à hauteur de 20% par pot). 

L’huile de palme est l’huile végétale la plus consommée au monde. Ses deux principaux producteurs sont la Malaisie et l’Indonésie (80% du stock mondial).

https://www.bfmtv.com/societe/huile-de-palme-l-assemblee-renonce-a-la-taxe-nutella-992182.html

https://francais.rt.com/france/66641-boycottnutella-groupe-ferrero-indigne-droite-distanciant-emission-zemmour


Bref, en résumé, le Nutella, c’est de la bonne huile de palme, du bon sucre, du bon cacao, des bonnes noisettes, du bon lait, de la bonne lécithine et de la bonne vanilline… selon Nutella.

NUTELLA RECETTE SECRETE MAIS MAUVAISE POUR LA PLANETE

https://www.i-boycott.org/campaigns/l-or-empoisonne-nutella-l-ennemi-de-la-biodiversite-et-de-nos-assiettes

Campagne citoyenne de boycott adressée à FERRERO

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.