Julian Assange, Chelsea Manning, Edward Snowden, nominés pour le Prix Nobel

Le 6 février 2020

“Je fais partie des 17 membres de notre groupe parlementaire qui ont proposé la candidature de Julian Assange, Chelsea Manning et Edward Snowden pour le prix Nobel de la paix 2020. Ces personnes courageuses ne devraient pas être criminalisées, mais devraient être reconnues et honorées. Les criminels de guerre et leurs sbires doivent être tenus pour responsables.”

Nous estimons qu’Assange, Manning et Snowden doivent être reconnus pour leurs “contributions sans précédent à la poursuite de la paix et leurs immenses sacrifices personnels pour promouvoir la paix pour tous”. Avec le dévoilement des crimes de guerre américains en Afghanistan et en Irak et le programme de surveillance mondiale des services secrets américains, les trois hommes ont “exposé l’architecture de la guerre et renforcé l’architecture de la paix”.

Żaklin Nastić (MdB)


Vous trouverez ici notre lettre complète au Comité Nobel à Oslo :

Julian Assange, Chelsea Manning, Edward Snowden, nominé pour le prix Nobel

Chers membres du Comité Nobel norvégien,Nous souhaitons proposer la candidature de Julian Assange, Chelsea Manning et Edward Snowden pour le prix Nobel de la paix 2020, en l’honneur de leurs contributions sans précédent à la poursuite de la paix et de leurs immenses sacrifices personnels pour promouvoir la paix pour tous.
L’année 2020 a commencé avec la détention arbitraire et la torture de Julian Assange, qui risquait la mort selon le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture et plus de 100 médecins, pour avoir révélé l’étendue du mal et de l’illégalité derrière les guerres d’Irak et d’Afghanistan. L’année 2020 a commencé avec Chelsea Manning, qui a été emprisonnée une deuxième fois pour avoir résisté à l’appel du Grand Jury contre Wikileaks, après avoir également été emprisonnée sept ans auparavant et torturée, suite à ses révélations publiées par Julian Assange. L’année 2020 a commencé avec Edward Snowden, dans sa 7ème année d’asile pour avoir révélé une surveillance illégale de masse, en défense des libertés qui sous-tendent des révélations telles que celles faites par Chelsea Manning et Julian Assange.
La vidéo Collateral Murder, fournie par Chelsea Manning en 2010 et publiée par Wikileaks, a rendu hommage à la dignité des personnes tuées inutilement à la guerre. Elle donnait des noms et des identités aux victimes dont l’humanité avait été cachée au public, capturant les derniers moments de la vie d’un jeune photojournaliste de Reuters, Namir Noor-Eldeen. Namir, qui a été tué de sang froid lors d’une mission à Bagdad, a été décrit par ses collègues comme faisant partie “des photographes de guerre prééminents en Irak” avec “un regard tendre qui a amené l’humanité, par des moments de calme, à une guerre vicieuse”.
Pour avoir humanisé Namir et son chauffeur Saeed Chmagh, père de quatre enfants, tués devant deux enfants qui étaient assis à la mitrailleuse dans une camionnette, Julian Assange risque 175 ans dans une prison américaine en vertu de la loi sur l’espionnage de 1917, et Chelsea Manning est actuellement détenue sans accusation.
En plus d’humaniser les victimes innocentes de la guerre, Julian Assange et Wikileaks ont exposé en 2010 les moyens par lesquels l’horreur publique du meurtre est surmontée, et la paix subvertie, par la manipulation psychologique et les messages stratégiques.
En mars 2010, l’Agence centrale de renseignement (CIA) a produit un mémorandum, publié par la suite par Wikileaks, intitulé Afghanistan : Soutenir le soutien de l’Europe occidentale à la mission dirigée par l’OTAN – Pourquoi compter sur l’apathie ne serait pas suffisant.
Au moment de la publication de ce mémorandum, 80 % des opinions publiques françaises et allemandes étaient opposées à un plus grand déploiement de troupes en Afghanistan. Le mémorandum exprimait la crainte que l’indifférence du public “ne se transforme en hostilité active si les combats du printemps et de l’été se traduisaient par une recrudescence des pertes militaires ou civiles afghanes”. Pour surmonter l’opposition du public à l'”été sanglant” qui s’annonce, le mémorandum conseille d’adapter les messages destinés au public français qui “pourrait tirer parti de la vive préoccupation de la France pour les civils et les réfugiés”, étant donné que les opposants français “font le plus souvent valoir que la mission fait du mal aux civils”.
“Les appels du président Obama et des femmes afghanes pourraient avoir du poids”, ajoute le mémorandum.
En ce qui concerne les aspects juridiques de la paix, Julian Assange et Wikileaks ont contribué au dossier historique de la Cour pénale internationale (CPI), créée en 2002 en vertu du Statut de Rome de 1998, pour promouvoir “la paix, la sécurité et le bien-être du monde”. La mission de la CPI était de mettre fin à l’impunité en poursuivant “les pires atrocités connues par l’humanité” : les crimes de guerre, les crimes contre l’humanité et le crime de génocide.
Lorsque les capacités d’application de la CPI ont pris forme dans les années qui ont suivi sa création, des câbles publiés par WikiLeaks ont révélé des accords bilatéraux entre nations en vertu de l’article 98 du Statut de Rome, dans lesquels les États se plaçaient hors de la juridiction de la CPI. Les accords de l’article 98 sapent le pouvoir de la CPI de poursuivre les crimes de guerre et autres obstacles internationaux illégaux à un ordre mondial pacifique.
Plus tard, en 2013, quand Edward Snowden a révélé la surveillance massive et sans mandat de citoyens et de fonctionnaires dans le monde entier, il a mis au jour un immense réseau mondial capable d’intercepter et d’entraver les partisans de la paix tels que Chelsea Manning et Julian Assange. Les révélations d’Edward Snowden ont contribué aux enquêtes internationales, aux initiatives de transparence et aux réformes législatives dans le monde entier.
Il ne s’agit là que d’une sélection des contributions de Julian Assange, Chelsea Manning et Edward Snowden à la poursuite et à la défense d’une paix durable.
Ensemble, leurs actions ont mis à nu l’architecture des abus et de la guerre, et ont fortifié l’architecture de la paix. En retour, ces trois personnes ont été forcées de sacrifier les libertés, les droits et le bien-être de l’homme qu’elles ont si durement défendus.
Un prix Nobel de la paix pour Julian Assange, Chelsea Manning et Edward Snowden ferait plus qu’honorer leurs actions en tant qu’individus. Il ennoblit les risques et les sacrifices que ceux qui recherchent la paix entreprennent si souvent, afin d’assurer la paix et la liberté pour tous.


Sincèrement,

Sevim Dağdelen Member of the German Bundestag

Doris Achelwilm Member of the German Bundestag

Diether Dehm Member of the German Bundestag

Sylvia Gabelmann Member of the German Bundestag

Heike Hänsel Member of the German Bundestag

Andrej Hunko Member of the German Bundestag

Ulla Jelpke Member of the German Bundestag

Jutta Krellmann Member of the German Bundestag

Fabio De Masi Member of the German Bundestag

Żaklin Nastić Member of the German Bundestag

Dr. Alexander S. Neu Member of the German Bundestag

Eva-Maria Schreiber Member of the German Bundestag

Alexander Ulrich Member of the German Bundestag

Kathrin Vogler Member of the German Bundestag

Andreas Wagner Member of the German Bundestag

Pia Zimmermann Member of the German Bundestag

Sabine Zimmermann Member of the German Bundestag

AppendicesJulian Assange’s Prizes and Awards

  • The Economist New Media Award (2008)
  • The Amnesty New Media Award (2009)
  • TIME Magazine Person of the Year, People’s Choice (highest global vote) (2010)
  • The Sam Adams Award for Integrity (2010)
  • The National Union of Journalists Journalist of the Year (Hrafnsson) (2011)
  • The Sydney Peace Foundation Gold Medal (2011)
  • The Martha Gellhorn Prize for Journalism (2011)
  • The Blanquerna Award for Best Communicator (2011)
  • The Walkley Award for Most Outstanding Contribution to Journalism (2011)
  • The Voltaire Award for Free Speech (2011)
  • The International Piero Passetti Journalism Prize of the National Union of Italian Journalists (2011)
  • The Jose Couso Press Freedom Award (2011)
  • The Privacy International Hero of Privacy (2012)
  • The Global Exchange Human Rights People’s Choice Award (2013)
  • The Yoko Ono Lennon Courage Award for the Arts (2013)
  • The Brazillian Press Association Human Rights Award (2013)
  • The Kazakstan Union of Journalists Top Prize (2014)
  • The Willy Brandt Award for Political Courage (Harrison) (2015)
  • The Galizia Prize for Journalists, Whistleblower and Defenders of the Right to Information (2019)
  • The Danny Schechter Global Vision Award for Journalism & Activism (2019)
  • The Compassion in Care’s Gavin MacFadyen Award for Whistleblowers (2019)

Chelsea Manning’s Prizes and Awards

  • The Army Service Ribbon (2008)
  • The National Defense Service Medal (2008)
  • The Global War on Terrorism Service Medal (2009)
  • The Overseas Service Medal (2009)
  • The Iraq Campaign Medal (2009)
  • The Whistleblowerpreis (2011)
  • The Global Exchange People’s Choice Award (2012)
  • The US Peace Prize, US Peace Memorial Foundation (2013)
  • The Sean McBride Peace Prize, International Peace Bureau (2013)
  • The Sam Adams Award for Integrity (2014)
  • The EFF Pioneer Award for whistleblowing (2017)

Edward Snowden’s Prizes and Awards

  • The German Whistleblower Prize (2013)
  • The Sam Adams Award (2013)
  • The Rector of the University of Glasgow (2014)
  • The German Big Brother Award (2014)
  • The Ridenhour Truth-Telling Prize (2014)
  • The Right Livelihood Award (2014)
  • The Carl Von Ossietzky Medal (2014)
  • The IQ Award (2014)
  • The Norsk PEN Ossietzky Prize (2016)

Autres exemples du travail de Julian Assange

Julian Assange a publié plus de 10 millions de documents avec un dossier de vérification parfait. L’une de ses premières grandes publications a été la copie des procédures opérationnelles standard de l’armée américaine pour le camp de prisonniers de Guantanamo Bay en 2003.

En 2010, WikiLeaks a attiré l’attention du monde entier en publiant des dizaines de milliers de documents classifiés provenant des États-Unis, notamment les journaux de guerre afghans et les journaux de guerre irakiens, qui ont documenté plus de 100 000 meurtres de civils liés à l’occupation.

Wikileaks a également publié “Cablegate” en 2010, les câbles diplomatiques du Département d’Etat.

En 2011, Wikileaks a publié les “Gitmo Files”, des documents sur 767 des 779 prisonniers de Guantanamo Bay.

WikiLeaks a publié les “Global Intelligence Files” (5 millions d’e-mails du contractant Stratfor), “Spy Files” : Russie”, deux millions de dossiers des élites politiques syriennes, les “Saudi Cables” (des centaines de milliers de dossiers du ministère des affaires étrangères saoudien)

Les publications de WikiLeaks ont révélé de nombreuses informations sur la guerre désastreuse contre la Libye et la preuve que les Etats-Unis savent que les gouvernements saoudien et qatari soutiennent l’ISIS et Al Nusra en Syrie.

L’une des récentes enquêtes de WikiLeaks, en collaboration avec les principaux médias européens, a révélé un marché d’armes corrompu entre la société d’État française et les Émirats arabes unis.

Dans le contexte européen, Julian Assange a révélé que l’Agence de sécurité nationale américaine et la CIA étaient visées :

La chancelière allemande Angela Merkel
Les présidents français Hollande, Sarkozy et Chirac, ainsi que des ministres du cabinet français et l’ambassadeur de France aux États-Unis.
le ministre français des finances et les États-Unis ordonnent l’interception de tout contrat ou négociation d’une entreprise française d’une valeur supérieure à 200 millions de dollars
les communications du ministre des affaires étrangères Steinmeier, dans le cadre des mesures visant à mettre fin aux vols de restitution extraordinaire à travers l’Allemagne
le téléphone suisse du chef de cabinet du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) pour l’interception à long terme
une rencontre entre le président français de l’époque, Nicolas Sarkozy, Merkel et Berlusconi
Julian Assange a également publié les interceptions américaines originales de hauts fonctionnaires français concernant

le leadership et l’avenir de l’Union européenne
les relations entre l’administration hollandaise et le gouvernement allemand d’Angela Merkel
Les efforts français pour déterminer la composition du personnel exécutif des Nations unies
Communications de fonctionnaires français concernant l’espionnage américain en France
L’implication française dans le conflit en Palestine
Contact : Sevim Dagdelen | Deutscher Bundestag | Platz der Republik 1 | 11011 Berlin | Allemagne E-Mail : sevim.dagdelen@bundestag.de

Julian Assange, né en 1971, éditeur et journaliste, est surtout connu en tant que rédacteur en chef du site WikiLeaks, qu’il a cofondé en 2006. WikiLeaks s’est particulièrement fait connaître en 2010 en publiant des documents militaires et diplomatiques américains divulgués par Bradley Chelsea Manning”.

“Garder une personne dans l’ignorance, c’est la mettre en cage”.


Manning

Bradley Chelsea Manning, né en 1987, est un soldat américain affecté en 2009 à une unité de l’armée en Irak en tant qu’analyste du renseignement. Manning a eu accès à une base de données classifiée qu’il a divulguée en 2010 à WikiLeaks”.

Je suis le genre de personne qui aime savoir comment les choses fonctionnent. Et, en tant qu’analyste, cela signifie que je veux toujours découvrir la vérité.”


Snowden

Edward Snowden, né en 1983, est un professionnel américain de l’informatique. Il a travaillé pour la CIA (Central Intelligence Agency), la DIA (Defense Intelligence Agency) et le prestataire de services de renseignement privé Dell, dans un avant-poste de la National Security Agency au Japon. En 2013, il a communiqué à la presse de nombreux documents de la NSA. C’est certainement le Lanceur d’alerte le plus connu mondialement.

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.