Des vaccins auto-diffusés

Des vaccins qui se transmettent des vaccinés vers les non vaccinés comme une épidémie.

Si certains pays voient déjà des progrès dans l’endiguement ou le ralentissement de la propagation du coronavirus, des millions de personnes sont encore touchées par le COVID-19 ailleurs. Alors que les scientifiques redoublent d’efforts pour développer un traitement contre le COVID-19, un groupe de chercheurs a proposé une sorte de vaccin qui pourrait être transmis.

Des chercheurs ont proposé de développer un type de vaccin qui pourrait être transmis d’une personne à l’autre. Appelés “vaccins auto-diffusants”, ils expliquent que ce type de remède au COVID-19 pourrait potentiellement empêcher la transmission des coronavirus entre les animaux et les humains. Cependant, cette méthode inhabituelle comporte également des risques, comme la possibilité d’une mutation accidentelle qui pourrait avoir un effet négatif ou fatal sur les humains et les animaux sauvages. Ce risque existe malgré le caractère économique de la méthode.


Cette proposition figure dans un article publié dans la revue Nature intitulé “Self-disseminating vaccines to suppress zoonoses”. Les auteurs de l’article ont noté comment les progrès du génie génétique peuvent aider à résoudre des crises sanitaires de ce type grâce à des vaccins qui pourraient être transmis d’une personne à l’autre.

Selon James J. Bull et Scott L. Nuismer, de l’université de l’Idaho, “il est maintenant plus évident que jamais que nous avons besoin d’une approche meilleure et plus proactive” pour arrêter les épidémies de coronavirus. Les deux chercheurs expliquent également une sorte de méthode de vaccins qui pourraient s’auto-transmettre par le biais de “réservoirs d’animaux sauvages” pour empêcher la maladie d’infecter potentiellement les populations humaines. L’inconvénient de cette méthode est qu’elle pourrait ramener le virus d’origine à son état nocif, entre autres effets “involontaires”.

Auparavant, un autre groupe de chercheurs a fait une percée dans la recherche d’un traitement potentiel du COVID-19. Des chercheurs de l’université de Bristol, dirigés par le professeur Christiane Schaffitzel de l’école de biologie et le professeur Imre Berger du centre Max Planck de Bristol pour la biologie minimale, ont découvert que le coronavirus possède une “poche” à sa surface à laquelle on pourrait injecter des médicaments antiviraux. Cela permettrait d’arrêter le virus avant même qu’il ne pénètre dans une cellule humaine. Ils ont découvert que le virus utilise une molécule appelée acide linoléique pour se lier aux cellules humaines et, à partir de là, il commence à se répliquer.

Grâce à ces découvertes, les chercheurs doivent maintenant relever le défi d’utiliser cet attribut du virus contre lui-même pour mettre fin à la pandémie.

L’auto-diffusion également appelés vaccins, également appelés vaccins transmissibles ou autopropagateurs ou autopropagation – sont génétiquement conçus pour se déplacer dans les populations de la
de la même manière que maladies transmissibles, mais plutôt que de causer maladie, ils confèrent une protection.

La vision est la suivante qu’un petit nombre de individus dans la population cible pourrait être vaccinés, et la souche vaccinale circulerait ensuite dans la population comme un virus pathogène. Ces vaccins pourraient augmenter considérablement la couverture vaccinale dans les populations humaines ou animales sans qu’il soit nécessaire d’inoculer chaque individu. Cette technologie est actuellement destinée principalement aux populations animales. La plupart des maladies infectieuses étant zoonotiques40, le contrôle des maladies dans les populations animales réduirait également le risque pour les humains.

Il existe 2 grands types de vaccins à diffusion spontanée : les vaccins à vecteur recombinant et les vaccins à virus vivant. Les vaccins à vecteur recombinant combinent les éléments d’un virus pathogène qui induisent l’immunité (en éliminant la partie qui provoque la maladie) avec un vecteur viral transmissible. Le cytomégalovirus est un vecteur candidat pour les vaccins recombinants, car il est hautement spécifique de l’espèce et modérément transmissible. Les vaccins viraux vivants sont atténués, ce qui signifie que les virus du vaccin sont beaucoup moins pathogènes que le type sauvage. Ils seraient similaires au vaccin oral contre la polio ou au vaccin vivant atténué contre la grippe (VVA) en ce sens que ces vaccins peuvent parfois être transmis d’une personne à l’autre.

Bien que l’ingénierie génétique des virus pose d’importants défis techniques, les outils de biologie synthétique tels que CRISPR/Cas9 devraient aider les chercheurs à surmonter ces obstacles dans les années à venir. Des vaccins à propagation automatique ont déjà été utilisés
pour protéger les lapins sauvages de la myxomatose et pour lutter contre le virus Sin Nombre chez les rongeurs.
Sin Nombre dans les populations de rongeurs. D’autres travaux visent le virus Ebola chez les singes et les chauves-souris, le virus de Lassa chez les rats et la tuberculose bovine chez les blaireaux.

Quel est le problème

Est-ce que cela résout le problème ?
L’application la plus pratique et la plus utile des vaccins à autopropagation serait de contrôler la propagation de la maladie dans les populations d’animaux sauvages (également appelée propagation sylvatique). Un vaccin serait administré à quelques animaux sélectionnés dans les points chauds des populations cibles, notamment les primates non humains, les chauves-souris ou les rongeurs. Le vaccin se propagerait ensuite au sein de la population cible population cible, éliminant ainsi la nécessité de vacciner chaque animal. Un contrôle réussi de la maladie dans les populations animales pourrait limiter le nombre d’animaux infectés et réduire ainsi les possibilités de propagation de la maladie à l’homme, ce qui permettrait de stopper les épidémies chez l’homme avant même qu’elles n’apparaissent. Une telle stratégie sylvatique réduirait le nombre global de possibilités d’épidémies chez l’homme, mais elle ne pourrait pas interrompre une épidémie une fois qu’elle s’est établie chez l’homme.
En cas de menace grave pour la santé publique, les vaccins à autodiffusion pourraient être utilisés pour vacciner largement les populations humaines. À l’instar de l’approche adoptée chez les animaux, seul un petit nombre d’individus vaccinés serait nécessaire pour conférer une protection à une population sensible plus importante, ce qui éliminerait la nécessité d’opérations de vaccination de masse, y compris les POD.

Comment faire maintenant ?

Les stratégies actuelles de vaccination de masse exigent que chaque individu reçoive une ou plusieurs doses de vaccin. Pour les humains, cette opération peut être réalisée par des prestataires de soins de santé dans des points de vente ou des cabinets médicaux, mais pour les populations d’animaux sauvages, il faut tenir compte du fait que les animaux sont difficiles à suivre et à attraper.
Une approche relativement efficace de la vaccination des populations d’animaux sauvages consiste à utiliser des appâts oraux. Par exemple, des appâts de vaccin antirabique oral ont été largués par voie aérienne dans les habitats des animaux afin d’atteindre des espèces vulnérables comme les renards et les chauves-souris. Cette approche repose sur la mise au point d’un vaccin approprié et stable et sur l’absorption en temps voulu des appâts, et il se peut qu’elle n’atteigne pas tous les animaux vulnérables. Néanmoins, elle a contribué de manière significative à l’élimination de la rage dans un certain nombre de zones géographiques, et elle est également utilisée pour d’autres maladies comme la maladie de Lyme42.

Dans le cas des pandémies humaines, chaque élément de la filière de production, de distribution et d’administration des vaccins aurait des difficultés importantes à s’adapter efficacement à la crise. Par exemple, si le vaccin ne peut être produit à grande échelle ou si le système de santé ne peut s’adapter à l’administration de millions de doses de vaccin, l’efficacité de la réponse sera réduite.

Si elle est utilisée chez l’animal, la mise en œuvre réussie de vaccins à autopropagation empêcherait la propagation d’agents pathogènes à potentiel pandémique dans les populations humaines sans qu’il soit nécessaire de procéder à des opérations de vaccination de masse difficiles et coûteuses dans les populations animales. Par exemple, l’inoculation d’un nombre relativement faible de chauves-souris et de primates non humains contre Ebola pourrait potentiellement limiter ou éliminer les épidémies humaines. Une couverture suffisante pourrait même éradiquer les maladies animales, éliminant définitivement ces risques pour les animaux et les humains.

Pour l’homme, la diffusion ciblée
Pour l’usage humain, la diffusion ciblée d’un vaccin auto-diffusant faiblement transmissible au début d’une épidémie pourrait créer une immunité collective dans les communautés et empêcher une épidémie de devenir une pandémie. S’ils sont introduits plus tard, après la généralisation d’une épidémie, les vaccins auto-diffusés pourraient encore contribuer à protéger les personnes sensibles, à limiter le nombre de nouveaux cas et à prévenir les conséquences catastrophiques.

Si les vaccins auto-diffusés pourraient contribuer à réduire les maladies et les décès en cas de pandémie grave, cette approche s’accompagne de plusieurs défis de taille. Un élément important de l’approche actuelle de la vaccination des humains est le processus de consentement éclairé. Pour recevoir un vaccin, les personnes (ou leurs tuteurs légaux) doivent être informées des risques de la vaccination par un prestataire de soins et donner leur consentement avant d’être vaccinées. Les personnes qui refusent ne sont pas forcées de recevoir un vaccin. Dans le cas des vaccins auto-diffusés, les personnes directement vaccinées auraient cette option, mais celles à qui le vaccin se propagerait ensuite ne l’auraient pas. En outre, les vaccins auto-diffusés pourraient infecter des personnes présentant des contre-indications, comme des allergies, qui pourraient mettre leur vie en danger. Les défis éthiques et réglementaires entourant le consentement éclairé ainsi que la prévention et la surveillance des effets indésirables seraient des défis cruciaux à la mise en œuvre de cette approche, même dans un cas extrême.

Enfin, il existe un risque non négligeable que le virus du vaccin revienne à une virulence de type sauvage, comme cela s’est parfois produit avec le vaccin antipoliomyélitique oral – qui n’est pas censé être entièrement virulent ou transmissible, mais qui est devenu à la fois neurovirulent et transmissible dans de rares cas. Il s’agit à la fois d’un risque médical et d’un risque lié à la perception du public.
La possibilité d’une maladie induite par le vaccin serait une préoccupation majeure pour le public. Les efforts de modélisation suggèrent que le fait de rendre les vaccins auto-diffusés faiblement transmissibles pourrait réduire le risque de retour à la virulence de type sauvage en limitant le nombre d’occasions pour le virus d’évoluer. Cependant, les vaccins faiblement transmissibles devraient être introduits auprès d’un plus grand nombre de personnes pour obtenir une immunité suffisante dans la population cible.

Bien qu’ils soient rares, les risques de pandémies graves et d’événements liés au BGC augmentent en raison de facteurs tels que le changement climatique, la croissance démographique et l’urbanisation, ainsi que la rapidité et le caractère abordable des voyages dans le monde. En outre, les progrès de la biotechnologie, qui permettent une manipulation plus facile et plus ciblée de la biologie, augmentent les chances que les microbes soient mal utilisés ou deviennent la cause accidentelle d’une pandémie.
Pourtant, si la biotechnologie présente un certain risque sociétal, l’investissement dans les technologies décrites ici, et dans d’autres, est également un élément important pour aider à protéger le monde contre un événement biologique dévastateur. Lorsqu’elle est appliquée de manière réfléchie, la technologie peut améliorer notre capacité à reconnaître et à traiter les problèmes biologiques émergents.

Source : https://www.econotimes.com/COVID-19-cure-Scientists-plan-to-develop-self-spreading-coronavirus-vaccine-1592958

Source – The Johns Hopkins University School of Medicine

https://www.centerforhealthsecurity.org/our-work/pubs_archive/pubs-pdfs/2018/181009-gcbr-tech-report.pdf

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.