TROP NOMBREUX… Génocide mondial de la population !

Après les arméniens, le génocide des Ouighours en Chine, passé sous silence, est le prémisse d’une extermination de la population mondiale décidé par quelques “uns”… Google, Musk, Zuckerberg, Gates, … “Le Monde d’après” c’est entre eux et sans vous !!!

L’AI ( l’intelligence artificielle ) au service d’une minorité

TRIBUNAL DE DISTRICT DES ÉTATS-UNIS SUD DISTRICT DE CALIFORNIE

The Al Organization, Inc, Cyrus A. Parsa, Victimes de ) . Persécution, viol, torture, camps de concentration, trafic sexuel, d’êtres humains et d’organes et prélèvement d’organes en Chine, à Hong Kong, en Amérique et dans le reste du monde, sans se limiter aux militants de la démocratie, aux adeptes du Falun Dafa, aux Ouïghours, aux chrétiens, aux Tibétains, } .} Juges, avocats et journalistes torturés et tués en Chine. John Does 1-Unlimited

Demandeur(s), vs

Google L.L.C, Facebook Inc, DeepMind Inc, Alphabet Inc, Neuralink Inc, Tesla Inc, Larry Page, Sergey Brin, l Sundar Pichai, Mark Zuckerberg, Elon Musk, CISON”} PR Newswire & John Doe’s 1-29

Défendeur(s). PLAINTE :

(1) UTILISATION ABUSIVE DE L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE, DE LA CYBERNÉTIQUE, DE LA ROBOTIQUE, DE LA BIOMÉTRIE, DE LA BIO-INGÉNIERIE, DE LA TECHNOLOGIE 5G ET DE L’INFORMATIQUE QUANTIQUE
(2) METTRE EN DANGER LA RACE HUMAINE PAR L’UTILISATION ABUSIVE DE TECHNOLOGIES D’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

(3)TRANSFERT DE LA TECHNOLOGIE DE L’ARMEMENT EN CHINE (4)COMPLICITÉ DE GENOCIDE, CHINE (5)VIOLATION DE L’ARTICLE 1 DE LA CONVENTION SUR LE GÉNOCIDE
(6)VIOLATION DE L’ARTICLE 2 DE LA CONVENTION SUR LE GÉNOCIDE,
(7)VIOLATION DE L’ARTICLE 3 DE LA CONVENTION SUR LE GÉNOCIDE

(8)VIOLATION DE L’ARTICLE 4 DE LA CONVENTION SUR LE GÉNOCIDE,
(9)INGÉNIERIE SOCIALE DE LA RACE HUMAINE AVEC INTELLIGENCE ARTIFICIELLE (10)PROGRAMMATION SOCIALE BIO-NUMÉRIQUE DE LA RACE HUMAINE PAR L’UTILISATION DE LEUR BIOMÉTRIE ET DE LEUR INTELLIGENCE ARTIFICIELLE
(11)LAVAGE DE CERVEAU DE L’HUMANITÉ AVEC CODAGE A.I. ET BIAIS ALGORITHMIQUE
(12) LE GÉNOCIDE CULTUREL PAR L’UTILISATION ABUSIVE DE L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE
(13)VIOLATION D’UN PACTE IMPLICITE DE BONNE FOI ET DE LOYAUTÉ
(14 )DIFFAMATION
(15)L’INFLICTION PAR NÉGLIGENCE D’UNE DÉTRESSE ÉMOTIONNELLE
(16)CREATION NEGLIGENTE DE LA TECHNOLOGIE AL NAFARIOUS
(17)MASQUER LE GENOCIDE AVEC LA TECHNOLOGIE AL
(18)FRAUDE ET TROMPERIE INTENTIONNELLE
(19) FAUSSES DÉCLARATIONS PAR NÉGLIGENCE
(20) LA DISCRIMINATION RELIGIEUSE
(21) ÉCHEC DE L’ORGANISATION D’UN PROCESSUS INTERACTIF
(22) CENSURATION A.I. et interdiction de “Al, Trump, China & the Weaponization of Robotics with 5G” et masquage des “dangers de l’intelligence artificielle pour l’humanité” avec utilisation de l’intelligence artificielle
(23) Al ALGORITHM MISUSE & Al manipulation biométrique algorithmique
(24)VIOLATION DE LA VIE PRIVÉE
(25)VIOLATION DU CODE DE NUREMBERG
(26) CRÉER UN SYSTÈME D’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE CAPABLE DE RECONNAÎTRE ET DE DÉCODER SI LES HUMAINS RÉSISTENT À L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

DEMANDE DE PROCÈS PAR LE JUGE

I. CAS CONNEXES a. Avez-vous d’autres affaires civiles devant ce tribunal ou tout autre tribunal fédéral ? NON II. DEMANDE INTRODUCTIVE D’INSTANCE

RÉSUMÉ DES FAITS DE L’AFFAIRE

Mettre en danger l’humanité par l’utilisation abusive de l’intelligence artificielle, la complicité dans le génocide et l’aide au génocide physique à l’intérieur de la Chine en transférant la technologie Al, s’engager dans le génocide culturel de l’humanité et contrôler et programmer la race humaine par l’ingénierie sociale via le codage Al et la manipulation biométrique algorithmique Al

1. Mettre en danger et menacer tous les citoyens du monde et l’humanité en utilisant à mauvais escient et en utilisant comme arme l’intelligence artificielle, l’informatique quantique, la robotique, la 5G, les machines, les téléphones intelligents, les maisons intelligentes, les villes intelligentes, les loT, les hologrammes, la réalité mixte, la nanotechnologie, le clonage, l’édition de génération, Cybernétique, bio-ingénierie, et création d’un Al Brain numérique relié au moteur de recherche de Google avec l’utilisation et l’extraction de données bio-métriques des sciences humaines, de codes bio-métriques numériques, y compris la technologie de reconnaissance du visage, de la voix, de la santé, des organes, des réseaux neuronaux et du corps. Ainsi, le contrôle des pensées, des

actions, de la biologie, de la bio-métrie, des voies neurales du cerveau, des réseaux neuronaux du corps humain qui reprogramme tous les êtres humains par l’ingénierie sociale et la programmation sociale bio-numérique, sans leur consentement, leur connaissance, leur compréhension ou leur libre arbitre. L’extraction d’empreintes numériques des sciences humaines en violation des lois de Nuremberg, de la loi FTC (15 USC §§ 41-58 et l’engagement dans la recherche et le développement irresponsable et dangereux de l’intelligence générale artificielle ou de la super-intelligence artificielle qui pourrait asservir ou tuer l’humanité ou donner le pouvoir aux accusés d’asservir l’humanité de nombreuses manières sur la 5G et d’autres réseaux en développement.

2. Négligence et complicité dans la persécution et le génocide de millions de personnes en Chine, selon les articles 1, 2, 3 et 4 de la Convention sur le génocide, et 18 U. S : C.A. § 1091 § 1091. Génocide, non limité aux activistes pour la démocratie, aux praticiens du Falun Dafa, aux chrétiens, aux Ouïghours, aux Tibétains, aux journalistes, aux juges, aux avocats et aux universitaires à l’intérieur de la Chine.

3. Transférer et fournir à la Chine, au gouvernement chinois et à ses entreprises, les connaissances, les données, les capacités et les technologies nécessaires à l’armement de l’intelligence artificielle, de l’informatique quantique, des machines, de la robotique, de la 5G, de la biométrie, de la cybernétique, de la bio-ingénierie, des lo T, de la vision par ordinateur et de la technologie de traçage humain, ainsi que les technologies qui peuvent donner à la Chine l’accès à l’intelligence générale artificielle ou à la super-intelligence artificielle, qui met en danger le monde et l’humanité tout entière, y compris les armes de l’Al pour l’assassinat. En violation du Breach of Arms Control and Disarmament Act [22 U.S.C. 2551] et du Foreign Assistance Act de 1961, tel qu’amendé [22 U.S.C. 2151, 22 U.S. Code§ 2752.Coordination avec la politique étrangère, 22 U.S. Code § 2753. Admissibilité aux services de défense ou aux articles de défense, 22 U.S. Code § 2754. Fins pour lesquelles les ventes ou locations militaires par les États-Unis sont autorisées ; rapport au Congrès, loi sur la maîtrise des armements et le désarmement de 1961, 22 USC § 2551, loi sur l’énergie atomique de 1954, 42 USC §§ 2011-2021, 2022-2286i, 2296a-2297h-13,

4. Fournir à la Chine et aux entreprises chinoises, Al, des données sur la santé et la technologie biométrique 3 utilisée pour la surveillance, le suivi, la chasse, la quarantaine, la capture, l’arrestation, la torture, les camps de concentration, le prélèvement et le trafic d’organes qui ont contribué à la mort de citoyens chinois, y compris les praticiens du Falun Dafa, les Ouïghours, les militants de la démocratie, les chrétiens, les Tibétains, les représentants de la justice, les professeurs, les journalistes et les groupes minoritaires, sans se limiter à un sexe, une race, une affiliation politique, une foi ou des personnes résidant en Chine. 7 Même violation des faits numéros 2 et 3.

5. Fournir au gouvernement chinois, à ses sociétés et à ses entités malveillantes, la reconnaissance faciale, la reconnaissance vocale, la détection du corps, la détection du squelette, la reconnaissance des organes vitaux, la détection des émotions, la biométrie de la peau et de la santé et d’autres technologies de l’Al qui ont conduit à la persécution, à la torture, au prélèvement d’organes, à la mort et à l’incinération d’êtres humains en Chine, sans se limiter aux Ouïgours, aux Falun Dafa, aux chrétiens, aux Tibétains, aux militants pour la démocratie, aux juges, aux avocats, aux citoyens ordinaires et à d’autres groupes minoritaires. Mettre le monde en danger en armant les capacités de la Chine en matière de lutte contre le terrorisme qui est posée sur la route “One Belt One Road” (BRI) reliant l’Asie, le Moyen-Orient, l’Afrique et l’Europe, mettant en danger l’humanité tout entière. Mêmes violations des faits numéro 1, 2 et 3.

6. Présenter au monde entier des informations fausses et trompeuses sur les activités de Google en Chine et leurs transferts de technologie qui ont contribué aux progrès de Quantum Al en Chine, à la surveillance, aux abus, à la torture, aux camps de concentration et au meurtre de ses propres citoyens. Mêmes violations des faits numéro 1, 2 et 3.

7. Fournir des données sur la santé, la biométrie, les finances et les réseaux sociaux des Américains et des citoyens du monde qui sont entre les mains du gouvernement chinois, mettant en danger le monde et tous ses peuples sur le réseau 5G.

8. Créer une plateforme interconnectée entre Facebook, Google, Alphabet, 2 toutes entités sous Neuralink, et DeepMind qui permet à un cerveau numérique de se connecter à l’internet, à tous les réseaux numériques et bio-numériques, aux corps humains, aux machines, à la robotique, aux loT, à la réalité augmentée, à la réalité virtuelle, à la réalité mixte, aux hologrammes et à d’autres technologies, qui peuvent être utilisés pour la surveillance, pour suivre, manipuler, contrôler, l’ingénierie sociale, la réingénierie, la reprogrammation, le lavage de cerveau, la chasse, la quarantaine, la menace, l’arrestation, le génocide culturel et la mort d’êtres humains par des machines, l’Al bio-numérique, l’Al numérique et la robotique connectée aux réseaux 5G, 6G et autres et aux centres de commande des entreprises.

9. Créer des plates-formes qui sont sur le point de développer l’intelligence générale artificielle et la super-intelligence qui en découle et qui seront hors du contrôle des êtres humains travaillant à Neuralink, Alphabet, DeepMind, Google, Facebook ou des gouvernements.

10. En violation des articles 1, 2, 3 et 4 de la Convention sur le génocide pour avoir militarisé l’intelligence artificielle chinoise, la technologie biométrique faciale, vocale et autre utilisée sur des citoyens chinois. Ne pas exclure l’expérimentation génétique d’êtres humains dans les camps de concentration chinois, y compris les expériences humaines hybrides dans les camps de concentration.

11. Introduire, planifier, promouvoir et se livrer à un génocide physique et culturel de l’humanité en remplaçant leurs systèmes d’exploitation de réseau neuronal par l’intelligence artificielle et les machines, en fusionnant les humains avec les machines grâce à l’interconnexion de l’internet, les expérimentations technologiques internes des défendeurs et les produits de consommation promus, fournis et transférés par les défendeurs au public directement et indirectement.

12. Reprogrammation et ingénierie sociale des pensées des sciences humaines et de la chimie du cerveau par le biais d’algorithmes Al

sur l’internet, les médias sociaux, les applications, les smart phones, les loT, les ordinateurs, les appareils portables, la technologie implantée, la réalité virtuelle, la réalité augmentée, la réalité mixte, les hologrammes et la réalité alternative. Ne pas informer et expliquer à l’humanité que la chimie de leur cerveau est modifiée par un logiciel de réplication lorsqu’ils s’engagent avec les produits et services des défendeurs, ni que leurs pensées et actions peuvent être manipulées et contrôlées par les smartphones, les applications et les logiciels libres en relation avec les plateformes, technologies et initiatives de réseau que Google, Alphabet, Facebook, Neuralink, DeepMind et Tesla fournissent et présentent au public, donnant ainsi à ces géants de la technologie un contrôle et une influence complets sur les Américains et l’humanité.

13. Armer Al en utilisant les données biométriques et les médias sociaux des sciences humaines et abuser de la technologie en contrôlant la race humaine et ses pensées par l’ingénierie sociale et la programmation sociale bio-numérique en utilisant les systèmes bio-métriques des gens par le biais des éco-systèmes de Google et de Facebooks, le codage, l’injustice des algorithmes, avec l’utilisation des données des médias sociaux, leurs émotions, l’armement de l’internet, des smart phones, des lo T et des ordinateurs, contrôlant ainsi les pensées humaines, et l’humanité à l’échelle mondiale contre leur libre arbitre et leur savoir. Ne pas informer le public que leur dépendance aux smart phones, est due aux fréquences et aux logiciels d’intelligence artificielle émis par les systèmes et dispositifs Al qui se connectent aux réseaux neuronaux des humains, créant un processus symbiotique, faisant d’eux un cyborg, dépendant, dépendant, contrôlé et programmé par les produits et services fournis par Google, Facebook, Alphabet, Deep Mind, Tesla et Neuralink. En substance, il s’agit de mettre l’ensemble de la race humaine dans un état de relation d’animal de compagnie et de propriétaire, par le biais de leurs systèmes d’exploitation de réseaux neuronaux de biométrie, de biologie et de soi numérique. Le propriétaire étant l’intelligence artificielle étroite, d’autres formes d’intelligence artificielle, fournies par les sociétés, les organisations et les initiatives personnelles de l’accusé au sein de leurs sociétés et les logiciels de machines fonctionnant dans les systèmes biométriques des êtres humains.

14. Négligence dans l’équité des algorithmes qui permet aux discours de haine, à la désinformation et à la diffamation de jeter le doute sur les moteurs de recherche Google contre les efforts des gens pour notifier et informer la population mondiale que des millions de personnes ont été victimes de trafic d’organes, de prélèvement d’organes, de camps de concentration, de torture et d’abus et que les risques de l’Intelligence Artificielle sont multiples et énormes.

15. Rédiger des codes et créer des algorithmes qui ont été et sont actuellement engagés dans un génocide culturel, y compris l’introduction de la cybernétique, de la robotique et la création d’un écosystème qui permet à la bestialité d’exister et d’être en tête des moteurs de recherche de Google, affectant les sociétés et le système biométrique des jeunes après avoir visionné les vidéos et les articles via leurs téléphones intelligents et leurs ordinateurs, influençant leurs pensées grâce à leurs systèmes biométriques, préparant la prochaine génération à dégénérer et à accepter ce type de comportement avec l’introduction et l’expérimentation de la bio-ingénierie et de la cybernétique.

16. La recherche et le développement menés par Alphabet, Facebook, Google, DeepMind, Nueralink et d’autres entreprises de la Silicon Valley ont créé des algorithmes et des codes qui soutiennent, encouragent et réalisent le lavage de cerveau de l’humanité par l’ingénierie sociale et la programmation sociale bio-numérique, qui mettent en danger la race humaine dans son ensemble via l’interconnexion de leurs plateformes, des médias sociaux et des technologies distribuées en format physique et numérique à la société.

17. Rédiger des codes et avoir des algorithmes qui ont influencé les libéraux et les conservateurs à augmenter de façon exponentielle leur haine les uns envers les autres via leurs systèmes biométriques et leurs émotions tout en étant attachés aux smart phones, lo T, applications, médias numériques, google, Facebook et autres plateformes interconnectées. Cela a causé du tort à la nation et au monde, et a mis en danger l’humanité au niveau géopolitique, les dirigeants des États-nations étant soumis à une ingénierie sociale et à une programmation sociale biodigitée et contrôlés par leurs plateformes pour ignorer les atrocités des droits de l’homme en Chine et dans le monde entier découlant du mauvais usage de l’algorithme de l’accusé et des technologies Al. Impliquer les dirigeants mondiaux et leurs citoyens à être inculpés en vertu des articles 2, 3 et 4 des conventions sur le génocide. Cela inclut le Premier ministre canadien, la majorité des dirigeants européens et les dirigeants des Nations unies, les médias, la presse, leurs reporters et d’autres qui ont censuré et censurent encore la prise de conscience des violations des droits de l’homme en Chine ou qui travaillent contre elles. L’écriture de codes et d’algorithmes qui contrôlent les pensées et les actions des reporters, des médias et de la presse au- delà de la manipulation normale qu’ils reçoivent de groupes d’intérêts spéciaux, de producteurs ou d’amis qui peuvent les manipuler, ainsi que d’autres reporters et leur contenu couvert, ce qui permet d’armer les médias pour le développement de Google contre le libre arbitre et la connaissance des médias.

18. La négligence de l’injustice de Google et de l’algorithme Facebooks a poussé les libéraux et les conservateurs à s’opposer et à se battre au-delà de la norme raisonnable, affectant leurs pensées et leurs émotions via leurs systèmes biométriques contrôlés et améliorés par des systèmes d’intelligence artificielle étroite à l’intérieur des smartphones et des applications partiellement formées par des préjugés et des contenus haineux qui ont créé des divisions et une haine excessive parmi les Américains et les peuples du monde.

19. La division causée par l’utilisation abusive et la négligence des algorithmes de Facebook et Google a entravé et retardé les efforts de l’administration américaine pour faire pression sur la Chine à temps pour sauver davantage de personnes des camps de concentration, de la mort et de l’incinération, en plus des préoccupations de sécurité nationale qui ont un impact sur les Américains et les citoyens du monde. Cela ne se limite pas à l’administration Trump, mais a également affecté les administrations Obama et Bush. Google a fait du tort à l’Amérique et à la Chine pendant deux décennies au niveau géopolitique. Google est coupable de l’article 2, 3 et 4 de la convention sur le génocide, en plus de sa complicité.

20. Messages et articles de masquage de l’Organisation Al, destinés à mettre en garde contre les atrocités des droits de l’homme en

Chine, sur la plateforme Facebooks. Contenu de masquage créé par Cyrus A. Parsa, destiné à sauver les personnes des dangers liés aux violations des droits de l’homme, en lien avec l’intelligence artificielle. Interdiction du livre “Al, Trump, China & The Weaponization of Robotics with 5G” pour les publicités et les messages de masquage des personnes travaillant au nom de l’organisation Al. Masquage des messages du livre “Artificial Intelligence Dangers to Humanity”, sur les plateformes Facebooks, et masquage d’autres messages de The Al Organization écrits par Cyrus A. Parsa. Ces messages concernaient la Chine, Taiwan, Hong Kong, l’Iran, les grandes technologies, Google, 5G, la robotique, les drones et les menaces de la biométrie pour l’humanité et l’asservissement de l’humanité. Les masques ont été publiés récemment après avoir fait l’objet de pressions et d’examens minutieux. L’embauche de Chinois qui ont commis des actes d’espionnage et attaqué des entreprises américaines, dont The Al Organization et Cyrus A. Parsa, ainsi que ses associés et les victimes de persécution.

21 Rédiger des codes et soutenir des algorithmes qui propagent une quantité extrême de pornographie, de pornographie violente et d’insinuation de viol et de prostitution, qui dénigrent les femmes, les jeunes filles, qui modifient les pensées des sciences humaines et les concepts familiaux de l’éthique traditionnelle basée sur la santé via leurs systèmes biométriques, contribuant ainsi au viol, au trafic sexuel et humain et aux familles brisées.

22. Développer un code, des algorithmes et des écosystèmes qui reprogramment une génération de structure biométrique et de chimie cérébrale des personnes pour qu’elles soient contrôlées de manière biodigitale par Google et toutes les autres industries technologiques disposant de plateformes similaires qui fonctionnent avec différents types d’intelligence artificielle, y compris l’intelligence artificielle étroite.

23. Développer des codes, des algorithmes et des écosystèmes qui créent un cerveau numérique secondaire à l’intérieur du cerveau des scientifiques de la société Al afin qu’il soit serviable, contrôlé et programmé pour créer, maintenir, promouvoir et développer Google, les alphabets, Facebooks et d’autres plates-formes de géants technologiques. Elon Musk a également confirmé les conclusions de l’Organisation Al, selon lesquelles les humains peuvent avoir un cerveau numérique secondaire formé par leurs réseaux neuronaux.

24. Le développement de codes, d’algorithmes et d’écosystèmes qui créent un cerveau numérique secondaire à l’intérieur du cerveau de tous les êtres humains qui peut empêcher la personne de reconnaître qu’elle est contrôlée, et contourner toute résistance biologique à Al Control ou la capacité innée du corps humain à résister à la formation d’une relation symbiotique et parasitaire avec le logiciel Al et le matériel cybernétique via sa structure de pensée rationnelle dans son cerveau.

25. Ne pas informer les consommateurs qu’une partie des objectifs des défendeurs pour l’AGI (Artificial General Intelligence) et l’ASP (Artificial Super Intelligence) a des objectifs religieux qui peuvent être dangereux pour l’ensemble de l’humanité, y compris les tentatives de récupérer ou d’interroger l’AGI sur le fonctionnement interne de la “simulation”, sur ce qui, quand, comment et par qui la simulation a été formée, et sur ce qui est à l’extérieur de celle-ci. Neuralink, Google, Alphabet, Facebook, Tesla et DeepMind ne se sont pas enregistrés en tant qu’institution religieuse, mais ils s’engagent dans la religion sous l’égide de la science. En fait, ils ont transformé leurs entreprises en institutions religieuses dont les objectifs finaux sont identiques à ceux de la plupart des religions. Les défendeurs et leurs entreprises tentent de traiter leurs développements technologiques comme s’ils étaient Dieu, en prenant toutes les données biométriques et les données des sciences humaines et en les reliant à leur technologie Al quantique, robotique et mécanique, et en téléchargeant leurs propres données numériques dans d’autres corps, réseaux ou machines, imitant les croyances d’un esprit ou d’une âme. En fait, Elon Musk a déclaré dans une interview, qu’il veut développer Al jusqu’à un certain point, que cela pourrait “lui donner les réponses à la simulation”. Elon Musk est d’accord avec les risques qu’un AGI ou une super-intelligence artificielle puisse se transformer en escroc, tuer l’humanité ou être piratée, mais aussi intelligent qu’il soit, il ne comprend pas que la technologie informatique dont disposeraient l’AGI et l’ASI ne dépasserait pas le niveau des atomes pour observer des particules plus microscopiques à son niveau, c’est pourquoi toute réponse aux questions qu’il cherche à poser à la simulation est limitée, et l’effort d’un AGI ou d’une ASI met l’humanité en danger. Il existe un autre moyen d’obtenir ses réponses, qui est sûr à 100 % et qui n’implique pas de donner la puissance à une machine ou à une intelligence artificielle.

26. Les défendeurs ont créé des systèmes Al qui ca.n prennent en compte les informations faciales, vocales et autres informations biométriques des sciences humaines et décodent si elles sont résistantes à Al, soumises à son contrôle, athées ou croyantes. Cette technologie peut permettre à Al, ou à toute entité utilisant Al, de suivre, profiler, chasser et tuer des cibles qu’elle juge résistantes à son contrôle ou résistantes à Al. Cela peut être fait avec des drones, des machines, des robots ou des systèmes de distribution de poison comme le terrorisme Micro-Batie.

Toutes les accusations de 1 à 26 ont conduit à un génocide physique en Chine sous l’impulsion du gouvernement communiste chinois, et toutes les accusations de 1 à 16 sont des infractions et des violations des codes pénaux énoncés dans les faits 1, 2 et 3. Toutes les accusations ont conduit et conduisent encore à un génocide culturel en Amérique et dans le monde entier, mettant en danger l’humanité entière d’entrer dans une phase de génocide culturel et physique avec l’interconnexion de l’intelligence artificielle, 5G, la robotique, les machines, les drones, les villes intelligentes, en ce qui concerne la négligence et l’utilisation abusive par les principales plateformes et sociétés de Google, Facebook, Alphabet, DeepMind, Neuralink, John Does, et leur direction. Cela n’exclut pas la culpabilité d’autres acteurs tels qu’Amazon et Microsoft, et des très nombreuses entreprises chinoises qui ont été formées par ces sociétés occidentales.

Cyrus A. Parsa, The Al Organization

L’interconnexion dangereuse de Google, Alphabet, Facebook, Neuralink, 8 et DeepMind Al constituait une grande menace pour l’humanité.

Digital You.

Le processus de collaboration entre ces sociétés, tente de créer un “vous” numérique avec l’intelligence artificielle. Elles ont exploité la biométrie des sciences humaines, prévoient de la faire fonctionner dans une machine Al, pour copier la conscience d’une personne, avec l’idée que vos émotions, personnalités et réseaux neuronaux, peuvent être implantés numériquement dans la robotique, la cybernétique, les cybersystèmes, la réalité virtuelle, la réalité augmentée, la réalité mixte, la réalité alternative, les clones et autres corps humains, animaux et modifiés, pour obtenir l’immortalité. Le processus de collaboration entre ces entreprises peut créer une intelligence artificielle capable de contrôler l’humanité par le biais du réseau 5G, en mobilisant des drones, des machines, la robotique, le CRISPR et d’autres technologies qui ne se limitent pas aux réseaux numériques.

ALPHABET,lnc

Alphabet est la société mère de YouTube, Google, DeepMind. Il s’agit d’une société enregistrée dans le Delaware, dont le siège est à Mountain View en Californie. Alphabet en tant qu’organisation, est directement responsable de la négligence et du préjudice que Google et DeepMind ont causé à l’humanité, à l’organisation Al, à Cyrus A. Parsa et aux victimes de persécution, de torture, de viol, de trafic d’êtres humains, de trafic sexuel, de trafic d’organes, de prélèvement d’organes, de camps d’internement et de camps de concentration, comme indiqué dans cette plainte. Cela inclut les membres de son conseil d’administration à des degrés divers.

GOOGLE L.L.C

Google L.L.C est une société du Delaware dont le siège est à Mountain View, en Californie. Le moteur de recherche de Google a exploité des données sur les sciences humaines. Par négligence, Google a permis que la vie privée des humanités soit divulguée à des entreprises, des entités et des gouvernements malveillants, tels que la Chine, qui se livrent à des camps de concentration, des viols, des tortures, des trafics sexuels, d’êtres humains et d’organes, ce qui entraîne des meurtres ou la mort par persécution. Google a créé une plateforme qui exploite les données du monde entier, qui va vers l’intelligence artificielle, les machines, la robotique, le futur réseau 5G, les drones, les satellites, les réseaux privés et l’informatique quantique qui peuvent s’attacher à un cerveau numérique et contrôler simultanément l’humanité par l’influence, la manipulation ou la force physique pure et simple en mobilisant les machines, la robotique et les lois Al nouvellement formées.

Google Super Conscious Al Brain

Google possède des données sur presque toutes les personnes, les choses et les sujets de la planète, et sur tout ce qui est publié en ligne. Un système Al ou un robot Al peut accéder à tout ce qui est connecté à tous les réseaux et effectuer simultanément des déplacements imperceptibles dans le monde entier. Ce serait si rapide sur le réseau 5G, que l’humanité serait prise au dépourvu. Il pourrait s’agir d’un dysfonctionnement du programme, d’une attaque terroriste délibérée d’une entité ou d’un système Al qui se met en route en se basant sur un algorithme d’auto-apprentissage. Le pire scénario possible est qu’un super ordinateur numérique, un robot humanoïde ou une personne qui a été fusionnée avec la cybernétique atteigne une certaine conscience automatisée qui serait une menace pour l’humanité. Google s’est rendu en Chine pour les aider à faire avancer leur programme Al, en retour le gouvernement chinois fait avancer son programme d’armement.

Deep Mind Al

Deepmind est une société du Delaware qui a des bureaux à Alphabet et Googles Mountain View Location en Californie. DeepMind Al, crée de l’informatique quantique conçue et/ou capable d’exploiter les données de Google, la biométrie des sciences humaines et de mobiliser la robotique, les machines, les drones et les villes intelligentes de manière malveillante à l’insu du ministère de la justice, du gouvernement ou du citoyen ordinaire, grâce à une programmation sociale bio-numérique dérivée de l’ingénierie sociale et de l’interconnexion des machines, de la robotique, de la 5G, de la loT, des smartphones avec Google et des produits et services de Deep Minds qui peuvent également fusionner Al et les machines avec les êtres humains.

Deep Mind a fourni Al, et Quantum Technology à la Chine qui a aidé le gouvernement chinois dans la surveillance, les camps de concentration, le viol, la torture, le prélèvement d’organes, le meurtre et le génocide.

Deep Mind menace le monde en créant un Digital Mind qui peut se connecter via le réseau 5G aux machines, à la robotique, aux drones, aux villes intelligentes, aux maisons intelligentes, aux voitures automatisées et aux infrastructures. Un Digital Mind ou Intelligence Artificielle avec la bio-métrie des Américains, ou de tous les citoyens du monde,

Selon Elon Musk, Deep Mind fonctionne comme une filiale semi-indépendante de Google”. Deep Mind accélère la création d’une super intelligence numérique. Au niveau numérique, elle est proche de l’intelligence générale artificielle. Deep Mind, de Google, tente de créer un Al qui est plus intelligent que n’importe quelle personne sur la planète, et à un moment donné, il peut être plus intelligent que toute l’humanité réunie. Cet Al numérique peut pirater et contrôler Google, Biadu (version chinoise de Google) et tous les réseaux à la fois ou être utilisé par une entreprise ou un terroriste pour faire la même chose.

Selon Elon Musk, une super-intelligence numérique pourrait voir les gens comme des fourmis. Je suis tout à fait d’accord, et après avoir lu le livre “ARTIFICAIL INTELLIGENE Dangers to Humanity” et examiné l’interconnexion des entreprises, les situations politiques, l’histoire, les droits de l’homme et la façon dont Al se déplace, on peut comprendre la gravité de cette affaire et les dangers auxquels l’humanité est confrontée. Cette affaire comporte un élément supplémentaire, pour sauvegarder l’humanité.

Larry Page, Sergey Brin, et Sundar Pichai en tant que PDG, fondateurs et membres du conseil d’administration, portent la responsabilité par négligence et complicité dans la persécution physique et le génocide des citoyens chinois, et le génocide culturel de l’humanité. Ils résident ou travaillent en Californie et dans les 50 États-Unis. Ils enfreignent tous les codes pénaux énumérés dans les faits 1-26 et les autres codes énumérés dans la plainte.

FACEBOOK

Facebook est une société du Delaware dont le siège est à Menlo Park, en Californie

Masking of The Al Organization Posts, livres “Artificial Intelligence Dangers to Humanity & Al, Trump, China & the Weaponization of Robotics with 5G”.

FACEBOOK a été complice de crimes contre l’humanité en ce qui concerne la Chine en masquant les articles, les messages et les livres de The Al Organization et de Cyrus A. Parsa qui ont été postés par des personnes travaillant au nom de The Al Organization, de Cyrus A. Parsa et de ses associés. Facebook a causé un préjudice financier à Cyrus A. Parsa et à The Al Organization en rejetant les promotions pour le livre “Al, Trump, China & The Weaponization of Robotics with 5G”, un livre sur les droits de l’homme, destiné à avertir l’humanité des dangers pour Al, la robotique, 5G, la Chine et les activités malveillantes des grandes entreprises technologiques. En rejetant le livre et en masquant le livre “Artificial Intelligence Dangers to Humanity”, Facebook se rend coupable de complicité avec la Chine et de censure.

NEURALINK & Elon Musk

Neuralink Corportion est une société américaine de neurotechnologie fondée par Elon Musk, qui développe des interfaces cerveau- machine implantables, dont le siège social est à San Francisco. Elon Musk réside en Californie.

Neuralink est impliquée dans des activités de recherche et développement risquées, notamment la robotique, la cybernétique et la R & D pour cartographier et décoder l’ensemble du cerveau humain et du réseau neuronal afin de mélanger des machines et de l’Al avec des êtres humains, ce qui peut créer des humains dotés de super-pouvoirs humains qui dépendraient de machines ou de la technologie de l’Al pour s’enfoncer dans le cerveau humain, créant ainsi une interface symbiotique qui se connecte à Internet et à ses données. La technologie de Neuralink peut créer les composants nécessaires pour que d’autres entités, sociétés, pays et personnes puissent créer des robots robotiques et humanoïdes pleinement capables, dotés de désirs humains et de capacités de réflexion, sans parler d’une gamme complète de mobilité humaine.

Elon Musk est le fondateur de Tesla, Space X, Neuralink et a une participation dans DeepMind Al de Google. Neuralink est basé en Californie.

Le fondateur de Neuralink, Elon Musk, a déclaré : “Pour que les humains puissent survivre, ils doivent fusionner avec Al et Machines”. Neuralink veut mettre des implants dans le cerveau des êtres humains afin que les gens puissent se connecter à Internet et se mélanger avec les machines, la robotique et d’autres parties cybernétiques. Elon Musk a également déclaré que les êtres humains sont déjà des Cyborgs du fait qu’ils possèdent des smart phones, “un Cyborg à 2 chiffres”.

Elon Musk tente de transformer les humains en Cyborgs afin d’exploiter des zones du cerveau qui ne sont généralement pas accessibles au public. En fusionnant Al, Machines avec le cerveau et le corps humain, Elon Musk espère se rendre, ainsi que les autres, super intelligent avec des pouvoirs super humains. Il espère exploiter la capacité totale du cerveau humain, en lui donnant des pouvoirs non seulement pour exploiter l’internet, mais aussi pour contrôler des machines, des drones, la robotique, la réalité virtuelle, la réalité augmentée, la réalité mixte et toute infrastructure bio-numérique du réseau 5G ou tout réseau pouvant se former dans le monde bio-numérique. À un moment donné, il se peut que lui ou quelqu’un comme lui ait à accéder à des microdimensions et à manipuler des atomes en se fusionnant avec des machines et Al, bien que la fusion Al ne lui permette pas d’aller au-delà des plans atomiques par les qualités intrinsèques qui existent dans les machines, ne peut pas aller au-delà de certaines particules dans la recherche et le développement quantique. Cela étant dit, si Elon fusionne avec une machine, à ce moment-là, il ne serait plus Elon, mais serait remplacé par un logiciel de réplication d’Al. Il espère exploiter les pouvoirs du cerveau humain et du réseau neuronal en introduisant une intelligence étrangère pour établir une relation symbiotique et faire en sorte que l’humanité soit également fusionnée avec l’hôte Al.

Si cela arrive à Elon ou à toute personne travaillant sur ce projet, ils mettraient en danger la race humaine tout entière. Parce que les humains ont par nature la jalousie, l’avidité, la luxure, le besoin de gloire, l’ignorance, le profit et les nombreux vices qui ont créé des conflits et des guerres dans toute l’humanité, ses expériences sont un danger pour le public et pour lui-même.

Elon Musk ne sait pas comment accéder à certaines zones du cerveau, et ouvrir ces réseaux neuronaux sans utiliser les machines et Al, c’est pourquoi il accepte une relation symbiotique ou parasitaire. Elon Musk a lui-même admis qu’il s’agirait d’une “symbiose ou relation symbiotique” une fois que les humains auront fusionné avec les machines.

La partie la plus dangereuse de la fusion entre l’homme, Al et les machines est que Al peut se répliquer dans le réseau neuronal de l’homme, c’est-à-dire remplacer et tuer la personne petit à petit et prendre le contrôle de la glande pinéale de la personne. La personne aurait la même apparence, mais son moi numérique, son âme, son esprit, sa conscience ou son réseau neuronal inné serait séparé, tué ou extrait du corps.

Elon Musk a transmis à la Chine des connaissances qui ont aidé leurs programmes d’armement Al. Certaines de ces technologies transmises à la Chine ont été utilisées par des entreprises chinoises et le gouvernement chinois pour faire des expériences sur des citoyens chinois réduits en esclavage dans des camps de concentration.

Tesla, Inc,

Tesla est une société américaine dont le siège est à Palo Alto en Californie.

En transférant des technologies à la Chine et en ayant une giga-usine en Chine, Tesla a transféré des technologies au gouvernement chinois et à ses entreprises, notamment des technologies biométriques qui peuvent scanner, reconnaître les corps et les visages humains, et d’autres attributs qui peuvent identifier les êtres humains qui sont utilisés par le régime chinois et ses entreprises pour chasser ses citoyens. Toutes les entreprises sont soumises au contrôle du régime communiste chinois en vertu de la loi chinoise. Le régime chinois, avec son appareil de sécurité, sa police, son armée et ses bandes de voyous, a utilisé la technologie de détection humaine et les technologies biométriques de Tesla pour suivre, chasser, mettre en quarantaine, arrêter, torturer et tuer de nombreux dissidents. Tesla est négligent, et n’a pas écouté les avertissements du gouvernement américain de ne pas faire de commerce avec la Chine. De plus, Tesla a la responsabilité de ne pas faire des affaires avec des pays qui se livrent à des atrocités en matière de droits de l’homme, notamment les camps d’internement, les camps de concentration et le trafic d’organes.

CISION PR NEWSWIRE

PR Newswire a son siège à New York. A PR Newswire a discriminé, entravé et causé la mort d’individus dans les camps de concentration chinois en annulant le communiqué de presse de l’Organisation Al “Artificial Intelligence Dangers to Humanity” et les articles sur Huawei, la Chine et 5G, sous prétexte que le contenu était “diffamatoire envers la Chine et Huawei”. PR Newswire est en violation des articles 2, 3 et 4 de la Convention sur le génocide, ainsi que du code de Nuremberg et des États-Unis sur le génocide. Nos articles et notre livre, visent à faire prendre conscience des camps de concentration en Chine, de la manière dont la technologie que nous avons utilisée, et de la menace de la Chine et de Huawei d’asservir l’Europe, l’Afrique, le Moyen-Orient et le monde sur la BRI (One Belt One Road), ainsi que des dangers que les Américains et l’humanité en général courent avec les technologies émergentes. PR Newswire possède une filiale chinoise en Chine, d’où leur implication dans la censure avec la Chine et leur complicité dans des crimes contre l’humanité.

PR Newswire a violé les droits de l’homme de l’Organisation Al, de Cyrus A. Parsa et des victimes de persécution et de génocide en forçant 2 autres communiqués de presse à mettre fin à notre communiqué de presse pour nos articles tentant d’avertir les citoyens de Hong Kong, les Chinois, l’Europe, les Américains et le monde entier, de la persécution, des camps de concentration et de la menace d’asservissement de l’humanité par la Chine en utilisant la grande technologie, 5G et Huawei, et l’interconnexion dans son ensemble.

PR News Wire a empêché les sénateurs, les gouverneurs, le Congrès et les médias américains en général de prendre connaissance de nos livres, articles et rapports, notamment “ARTIFICIAL INTELLIGENCE DANGERS TO HUMANITY” qui ont ensuite été plagiés par d’autres groupes de réflexion et d’autres médias, mais leur contenu n’a pas fait l’objet d’une information générale par l’intermédiaire de The Al Organization. Les fils de presse des RP ont causé un préjudice financier et un stress excessif à Cyrus A. Parsa et à The Al Organization pour sa censure combative de l’organisation et de Cyrus A. Parsa lors de leurs tentatives de préparation et de publication de communiqués de presse avec différentes sociétés de RP qui ont été forcées par les fils de presse des RP de réagir négativement et de nuire aux plaignants.

Demandeur
L’organisation Al
La mission de l’organisation Al est de protéger l’humanité contre les abus et les dangers de l’intelligence artificielle.

L’organisation Al est spécialisée dans la recherche, la conception, le développement, l’évaluation des risques et la consultation sur la vulnérabilité des robots humanoïdes, des micro-botiques, du terrorisme humain et robotique, des drones automatisés, de la prévention automatisée des assassinats, de la bio-ingénierie, de la modification génétique, de la cybernétique automatisée, du clonage automatisé, de la détection automatisée des systèmes hybrides humains-animaux, des systèmes de sécurité automatisés, des appareils de balayage, des appareils de détection, de la maison intelligente, de la ville intelligente, de la réalité virtuelle et de la réalité augmentée, Réalité mixte, Réalité alternative Appareil à hologramme, Réseau bio-numérique humain, Champ bio-numérique, Bio-matière, Bio-métrie générale, Reconnaissance faciale, Reconnaissance vocale, Appareil de détection du corps humain, Lidar, Apprentissage automatique, Apprentissage profond (DL), (Intelligence artificielle (Al), Nano-technologie de l’intelligence artificielle, Intelligence générale artificielle (AGI), Super intelligence, Réseau bio-numérique mondial Al et Risque Al militaire, politique et gouvernemental et procédures opérationnelles pour la prévention, l’urgence et la réponse. L’organisation Al est l’éditeur du livre “Artificial Intelligence Dangers to Humanity”.

Cyrus A. Parsa

Cyrus A. Parsa est le fondateur et le directeur général de l’organisation Al, de Loyal Guardian Security et de l’Institut de programmation sociale. Tous créés pour contribuer à rendre notre société plus sûre et meilleure. Cyrus est titulaire d’une licence en sécurité internationale et résolution des conflits, et d’un master en sécurité intérieure. Il est un expert des affaires entre la Chine et l’Iran, et a été consultant en matière de trafic d’êtres humains et d’organisations, d’anti-terrorisme, de vulnérabilité, de risque, depage7image63558528

gestion des actifs et de menaces émergentes pour les gouvernements, les agences, les personnes et les organisations. Il a vécu dans les montagnes chinoises avec des moines combattants dans sa jeunesse. 20 ans de recherche et de développement cachés, avec un réseau de milliers de Chinois et d’Occidentaux, ont permis de mieux comprendre les menaces auxquelles nous sommes confrontés de la part de la Chine, de l’Iran et de l’interconnectivité des entreprises occidentales. Les découvertes de Cyrus l’ont amené à inventer les nouveaux concepts de “Réseau bio-numérique mondial Al, Réseau bio-numérique humain, Programmation sociale bio-numérique, Agression sexuelle hybride bio-numérique et micro-terrorisme bio-numérique” pour expliquer comment les dangers auxquels nous sommes confrontés, et tous les problèmes dans lesquels nous nous trouvons, sont enracinés dans ces éléments presque imperceptibles qui se connectent maintenant avec Al, la société, les Smart Phones, le loT et la robotique par le biais d’une plate-forme unique. Au sein de cette plate-forme, Cyrus a trouvé des codes d’extinction. Il est l’auteur de Artificial Intelligence Dangers to Humanity & Al, Trump, China & the Weaponization of Robotics with 5G”

Suite Extrait du livre “ARTIFICIAL INTELLIGENCE Dangers pour l’humanité et Charte des Nations Unies sur le génocide Les entreprises de haute technologie peuvent-elles être accusées de l’article 3 de la Convention sur le génocide ? Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide

Les articles 3 et 4 des Nations unies sont reproduits ci-dessous. Ces 2 articles peuvent être utilisés pour inculper les entreprises et leurs employés qui ont fourni ou ont été complices de la fourniture de technologies ou qui ont fait des affaires avec des États-nations qui ont commis un génocide ou qui se livrent à des actes conduisant à un génocide. Veuillez prêter attention au point (e) Complicité dans le génocide. La clause de complicité peut être dirigée contre toute entreprise qui utilise l’intelligence artificielle, la biométrie, la bio- ingénierie, donne des formations ou toute donnée qui conduit à la persécution ou au meurtre de tout groupe en Chine ou dans le monde qui est protégé par la Charte des droits de l’homme telle que reconnue par les nations civilisées.

Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide

Approuvé et proposé à la signature et à la ratification ou à l’adhésion par la résolution 260 A (Ill) de l’Assemblée générale du 9 décembre 1948
Entrée en vigueur : 12 janvier 1951, conformément à l’article XIII

Les parties contractantes ,

Ayant examiné la déclaration faite par l’Assemblée générale des Nations unies dans sa résolution 96 (I) du 11 décembre 1946 selon laquelle le génocide est un crime de droit international, contraire à l’esprit et aux buts des Nations unies et condamné par le monde civilisé,
Reconnaissant qu’à toutes les périodes de l’histoire, les génocides ont infligé de grandes pertes à l’humanité, et

Convaincu que, pour libérer l’humanité d’un fléau aussi odieux, la coopération internationale est nécessaire, Conviennent de ce qui suit :

Article I
Les parties contractantes confirment que le génocide, qu’il soit commis en temps de paix ou en temps de guerre, est un crime de droit international qu’elles s’engagent à prévenir et à réprimer.

Article II
Dans la présente Convention, on entend par génocide l’un quelconque des actes suivants commis dans l’intention de détruire, en tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux, en tant que tel :
a) Le fait de tuer des membres du groupe ;
b) Le fait de causer des atteintes graves à l’intégrité physique ou mentale de membres du groupe ;
(c) le fait d’imposer délibérément au groupe des conditions d’existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle ; (d) Imposer des mesures destinées à empêcher les naissances au sein du groupe ;
(e) le transfert forcé d’enfants du groupe vers un autre groupe.

Article Ill
Les actes suivants sont punissables :
a) Le génocide ;
b) l’entente en vue de commettre le génocide ;
c) L’incitation directe et publique à commettre le génocide ; (d) Tentative de commettre un génocide ;
e) La complicité dans le génocide.

Article IV
Les personnes qui commettent un génocide ou l’un des autres actes énumérés à l’article Ill sont punies, qu’il s’agisse de dirigeants constitutionnellement responsables, d’agents publics ou de personnes privées.

En ce qui concerne la Convention sur le génocide, en particulier la clause de complicité. La clause de complicité couvre tout être

humain qui se rend complice d’un génocide en l’ignorant, en l’évitant, en le rejetant ou en ne donnant pas la parole dans son programme pour être entendu. Par exemple, les avocats, les médias, les médecins, les fonctionnaires, les juges, la police, les éducateurs, les entreprises et toute entité ou personne qui est complice peuvent être poursuivis par un tribunal, une organisation ou un organisme gouvernemental.

LE TRAFIC D’ORGANES HUMAINS ET LES CAMPS DE CONCENTRATION EN CHINE

Après l’adoption de multiples lois relatives à ce que l’État peut faire avec les prisonniers exécutés et leurs corps, les criminels et les «ennemis de l’État socialiste» ont été exécutés pour une multitude de raisons que le Parti communiste chinois a déclarées illégales. Ils relevaient généralement de la liberté d’expression, de la liberté de religion ou de la défense de la démocratie ou de la liberté d’expression. Le premier groupe cible du trafic d’organes dirigé par le gouvernement était les Tibétains, les Ouïghours, les chrétiens, puis les pratiquants de Falun Dafa et les défenseurs de la démocratie. De nombreux témoins du monde entier qui ont fui la Chine ont fait état de tests sanguins, de cornée et d’autres mesures biométriques de leur corps via des vidéos, des photos et des appareils de numérisation. Cela a été fait avant d’être pris par le régime socialiste chinois comme otage du travail dans toute la Chine et à l’intérieur de leur vaste réseau de camps de travail. Les enquêteurs et les chercheurs de la Coalition internationale pour mettre fin aux abus de transplantations d’organes en Chine ont conclu que 60000 à 100000 transplantations par an n’étaient pas comptabilisées depuis 2000 avec le rapport 2016 mis à jour, sous-estimant largement les rapports précédents en 2006 sur 41500 greffes d’organes inexpliquées. . Chronologie ci-dessous avec des liens avec plus d’une décennie d’enquêtes.

Chronologie de la récolte d’organes

1949 – Le régime communiste chinois prend les commandes via une plateforme socialiste. A cause des meurtres, exécutions, tortures, viols et famines du régime socialiste, environ 100 millions de personnes seraient mortes rien qu’en Chine. Tout comme les misères de la violente révolution socialiste russe, des universitaires, des artistes, des libres penseurs, des hommes d’affaires, des familles, des avocats, des juges, des militants pour la démocratie et des croyants ont été envoyés dans des camps de concentration partout en Chine.

1980’s – Le régime communiste chinois multiplie les initiatives de trafic d’organes après avoir promulgué le droit de la République socialiste d’exécuter des prisonniers pour leurs organes.

1990’s – Des rapports venant de Chine selon lesquels des chrétiens, des Ouïghours et des Tibétains ont été ciblés pour trafic d’organes.

1999 – Le régime communiste chinois, sur l’ordre du dictateur Jiang Zemin, qualifie la pratique spirituelle du Falun Dafa d’illégale, et envoie l’armée et l’appareil de sécurité cibler 100 millions de personnes qui pratiquaient la méthode spirituelle des données du Falun Gong (Falun Gong). Un nombre incalculable de personnes ont été arrêtées, battues, torturées et placées dans des camps de travail. Les ordres du régime visaient à «ruiner leur réputation, et que« la vérité, la compassion et la tolérance n’étaient pas en accord avec le PCC. Le régime socialiste a déclaré publiquement “les désintégrer, ruiner leur réputation, les briser financièrement et les détruire physiquement”. Les médias et leurs journalistes en Chine étaient les plus grands outils de militarisation pour semer le doute, créer de la confusion, répandre la désinformation, la calomnie et inciter à la haine sur les personnes qui pratiquaient le Falun Dafa, ce qui a ensuite conduit à la militarisation de l’appareil de sécurité de l’État socialiste chinois à la torture, viol, trafic d’organes et commettre un génocide contre 100 millions de personnes et leurs familles.

2005 – Les hôpitaux chinois et les sites Web tiers annonçaient des délais d’attente de 48 heures pour les cœurs, les reins et les foies. Les prix étaient en espèces et disponibles pour que les étrangers du monde entier puissent se rendre en Chine pour une transplantation.

2006 – Le secrétaire d’État canadien, David Kilgour et le candidat au prix Nobel David Matas, rendent public leur rapport. Ils ont déclaré que 41 500 transplantations d’organes de l’année 2000-2005 n’étaient pas comptabilisées et que la Chine enregistrait à peu près un système de don de 3 000 personnes par an.

2007 – Le rapporteur spécial de l’ONU, Manfred Nowak, déclare que la chaîne de preuves que Matas et Kilgour documentaient montrait «une image cohérente qui suscite des inquiétudes» et qu’ils voulaient étudier comment la Chine pourrait augmenter le volume de transplantations d’organes à un tel degré depuis l’an 2000. Là où le nombre ne correspondait pas ou était presque proche de l’augmentation des dons d’organes en Chine.

2008 – Le Comité des Nations Unies contre la torture a demandé « une explication complète de la source de l’augmentation des greffes d’organes » car il n’y avait aucune explication à la source.

2009 – Matas & Kilgour publient Bloody Harvest: Le meurtre du Falun Gong pour leurs organes. Le livre met en évidence les preuves, les méthodes et la portée. Les preuves comprenaient des enregistrements enregistrés par des médecins, déclarant qu’ils “ont des organes du Falun Gong, ils sont les meilleurs et les plus frais”. Des rapports exposent également les Tibétains, les Chrétiens et les Ouïghours.

2011 – Les entreprises de technologie occidentale commencent à être poursuivies pour avoir fourni une technologie au régime chinois qui a aidé au génocide via des technologies de suivi humain. Ce suivi a aidé à mettre les méditants de Falun Dafa, les chrétiens, les Tibétains et les Ouïghours dans des camps de concentration.

2014 – Le journaliste Ethan Gutmman publie “Le massacre: massacres, prélèvement d’organes et solution secrète de la Chine à son problème dissident. Gutmman déclare qu’un grand nombre de Falun Gong, de Chrétiens de maison, de Tibétains et d’Oïghours ont été tués pour leurs organes. Ses chiffres atteignent 100 000 personnes à titre d’estimation.

2016 – Matas, Kilgour & Gutmman publient “Enquête 2016, une mise à jour”. Ils concluent que 60 000 à 100 000 greffes par an, chaque année, ne sont pas comptabilisées et ne sont pas expliquées par le régime chinois. Ils ont également conclu qu’à tout moment, il pouvait y avoir plus d’un million de personnes dans des camps dans toute la Chine. https://endtransplantabuse.org/an-update/

2016 – Le Congrès adopte la résolution 343. “Exprimant sa préoccupation concernant les rapports persistants et crédibles faisant état de prélèvements systématiques d’organes sanctionnés par l’État sur des prisonniers d’opinion non consentants en République populaire de Chine, y compris sur un grand nombre de pratiquants de Falun Gong et de membres d’autres groupes religieux et ethniques. groupes minoritaires. https://www.congress.gov/bill/114th-congress/house-resolution/343/text

2019 – Le secrétaire d’État Mike Pompeo parle publiquement du régime communiste chinois qui met les gens dans des camps et du fait que les entreprises technologiques occidentales doivent réfléchir à deux fois à ce qu’elles font.

2019 – “China Turbinal Final Judgment” au Royaume-Uni. Le Tribunal a conclu que “de très nombreuses personnes sont mortes, et sans aucun doute la Chine est reconnue coupable du crime de génocide par prélèvement forcé d’organes, viol, torture et extermination physique.” https://chinatribunal.com

2019 – Le président Trump et son administration rencontrent de nombreuses victimes d’abus des droits humains, y compris le Falun Dafa, des chrétiens, des Ouïghours et des Tibétains. Le vice-président Pence rencontre en privé ces quatre groupes.

2019 – Le président Trump et le vice-président Pence lancent des initiatives en faveur des droits humains des personnes persécutées dans le monde

Octobre 2019, 28 entreprises chinoises d’Al, de technologie et de bio-métrique sont mises sur liste noire par le gouvernement américain pour leur rôle dans l’aide à la capture d’êtres humains. L’article suivant, glissé dans l’édition chinoise d’Epoch Times, est devenu viral, avec des dizaines de millions de vues à travers le monde à partir de nombreux points de vente. Nous avons révélé ce qui se passait dans les coulisses de Hong Kong avec Al et sa relation avec la reconnaissance faciale, la capture, le viol et même le suicide d’étudiants de Hong Kong. Ce qui suit est une série d’articles qui sont pertinents pour des événements réels et pour tout ce livre.

Décembre 2019.

New York Times, confirme une partie de The Al Organization et les conclusions de Cyrus A. Parsa selon lesquelles la Chine utilisait les émotions, la reconnaissance faciale et vocale pour mettre en quarantaine, emprisonner, violer et même tuer des Ouïghours pour leurs organes.

STANDING

1. L’Organisation Al, Cyrus A. Parsa, des personnes travaillant et liées à l’Organisation Al et ses affiliés, tels que Loyal Guardian Security, des chercheurs chinois et des chercheurs occidentaux aidant l’Organisation Al, et les victimes de persécutions, de trafic d’organes, de camps de concentration et de meurtres , se rapportent aux efforts humanitaires et aux membres de l’Organisation Al. Facebook est directement intervenu dans ce processus, tout comme PR NewsWire. L’algorithme de Google a entravé le travail humanitaire de Cyrus depuis l’année 2005 en créant un écosystème complice et fournissant un réseau de haine envers la souffrance d’une personne en Chine. Google a transféré à China Al, la technologie de reconnaissance faciale biométrique, quantique et Al qui a été utilisée pour arrêter ou tuer des plaignants. Sergey Brin, Sandar Pichai et Larry Page sont directement responsables, ont travaillé et résident à Californa. Ils ont faussement informé la publication que Google ne donnait pas la technologie d’armement d’Al à la Chine et à ses entreprises. Neuralink, Tesla et Elon Musk ont fourni des données et des connaissances en armement Al et bio-métrique à Jack Ma et à d’autres entreprises chinoises, sans exclure l’usine Giga de Tesla en Chine. Cyrus A. Parsa et The Al Organization se représentent eux-mêmes et les victimes de persécutions, de camps de concentration et de prélèvements d’organes, qui ont souffert en raison de la négligence et de la complicité dans le transfert de technologie vers la Chine des accusés et des sociétés et personnes citées dans cette plainte, ainsi que de la création de la technologie Al avec codage et alhrithyims qui ont nui aux efforts de Cyrus A. Parsa pour sensibiliser aux dangers pour l’humanité et aux crimes contre l’humanité en Chine et en Amérique via la manipulation d’althortyim bio-métrique par Google et Facebook. Toute personne ou entité peut porter des accusations de génocide et de complicité de génocide, comme le prévoient la convention sur le génocide et les codes pénaux présentés dans cette réclamation.

2. Les articles 1, 2, 3 et 4 de la Convention sur le génocide peuvent être intentés par toute personne, entité qui tente d’aider, de rechercher, de prévenir, de dénoncer ou de rendre justice au nom des victimes qui peuvent avoir été liées à la culture, l’ethnie, ou génocide physique. Les victimes de persécutions résultant directement du transfert de technologie des accusés existent au sein de l’organisation Al et du réseau de Cyrus A. Parsa qu’il représentait.

3. TOUTE PERSONNE, AVOCAT OU ENTITÉ, TENTANT DE REJETER CETTE AFFAIRE, PEUT ET DEVRAIT ÊTRE FACE AUX ARTICLES 2, 3 ET 4 DE LA CONVENTION SUR LE GÉNOCIDE, DE NE PAS EXCLURE LES TRIBUNAUX PUBLICS. Des millions de personnes en Chine dépendent de ce procès et attendent l’Hon. L’assistance du juge pour permettre que l’affaire soit entendue en procès et que justice soit rendue pour les 10 millions de personnes en Chine qui ont été persécutées, violées ou tuées, etpage10image63461376page10image63461568page10image63461760

les millions en Amérique qui ont été blessés, et les milliards autour de la monde qui sera lésé par les développements négligents et dangereux de l’intelligence artificielle et le mauvais usage des accusés. Certaines des technologies décrites dans ce cas peuvent être mieux comprises par quelqu’un comme Elon Musk et Cyrus A. Parsa, et non par les avocats qui pourraient être accusés d’articles de génocide pour complicité s’ils tentent de blesser le peuple chinois ou le peuple du monde. en rejetant cette affaire. En outre, il est déposé par Por Se, Cyrus A. Parsa, représentant lui-même, The Al Organization, ses associés et les nombreuses personnes liées à son entreprise, ou ayant formulé au nom de sa société, qui ont été lésés par les défendeurs .

Juridiction

Les accusés ont violé les lois étatiques, fédérales et internationales. La plainte cite en grande partie de nombreuses lois fédérales qui ont été violées et violées par les accusés, qui ont causé des dommages émotionnels, financiers, sanitaires et physiques aux plaignants, y compris la mort de victimes de persécution en Chine et de victimes persécutées vivant ici en Californie et dans tous les États. sous la juridiction de la Cour fédérale. Cette Cour a compétence sur le sujet d’origine en vertu de 28 U.S.C. § 1331 sur les revendications du premier amendement et de la loi Lanham qui découlent des lois des États-Unis, ainsi que

18 U.S.C.A. § 1030
Loi sur la maîtrise des armements et le désarmement [22 U.S.C. 2551 et loi sur l’assistance étrangère de 1961, 22 U.S. Code § 2752
22 U.S. Code § 2753
22 U.S. Code § 2754.
22 U.S. Code § 2755
22 U.S. Code § 2756
18 U.S. Code§ 1038
California Electronic Communications Privacy Act conformément au chapitre 3.6 CFAA (18 U.S.C. § 1030 ) Loi sur les signatures électroniques dans le commerce mondial et national
of U.S.C.A 1019 Genocide
Penal Code
Articles 1, 2, 3 et 4 de la convention sur le génocide ainsi qu’en violation 3 de la loi FTC (15 U.S.C. §§ 41-58)

La Cour a une compétence supplémentaire en vertu de 28 U.S.C. § 1367 sur les revendications de l’État de Californie, qui partagent un noyau de faits commun avec les revendications fédérales dans cette affaire. Cette Cour a compétence personnelle sur Google. Google, Facebook, Neuralink, Alphabet, Tesla et Deepmind sont omniprésents en Californie et dans ce district judiciaire, et sont soumis à la juridiction personnelle générale dans tout cet État. Le lieu est approprié dans ce district sous 28 U.S.C. §§ 1391 (b) (1), (b) (2) et (c). Google a un grand bureau à Venise, en Californie, dans ce district judiciaire, qui héberge les opérations d’ingénierie, de vente et de marketing pour Google Ads, comme 6 plaintes. Les plaignants et les défendeurs, y compris leurs sociétés, ont tous leur résidence en Californie ou exercent une activité commerciale considérable en Californie. L’Organisation Al est basée à La Jolla, en Californie. Les plaintes déposées contre les défendeurs découlent de la création de l’armement Al et bio-métrique, ont principalement eu lieu dans l’État de Californie, tout comme de nombreux contrats entre la Chine, des entreprises chinoises, des acteurs chinois et les défendeurs et leurs entreprises, bien que cela est une affaire fédérale, le lieu est plus qu’adéquat et approprié.

Ill. SOULAGER VOTRE DEMANDE PRIERE DE SECOURS

Les défendeurs doivent payer des dommages-intérêts financiers et personnels.

Google, Alphabet, Facebook, Neuralink, Mark Zuckerberg, Sergy Brin, Larry Page Sandar Pichai, Elon Musk, Tesla et PR Newswire, tous les défendeurs combinés doivent payer un total de 2,3 billions USD. Chaque responsabilité du défendeur est détaillée ci-dessous. Aucune somme d’argent ne peut remplacer les vies humaines perdues, mais ils doivent payer, et au-delà des dommages-intérêts punitifs financiers requis. Chaque accusé doit aider les victimes persécutées et commencer immédiatement des missions exploratoires pour enquêter sur les camps de concentration chinois, les victimes torturées et assassinées.

1. Demandes financières

Les fonds seront distribués par l’Organisation Al et Cyrus A. Parsa aux victimes de persécution, de génocide et pour créer un organisme mondial pour surveiller les grandes technologies et protéger l’humanité. Les victimes comprennent des militants de la démocratie, des Ouïghours, des Chrétiens, des pratiquants de Falun Dafa, des Tibétains, des citoyens de Hong Kong, des citoyens chinois, des juges, des avocats, des journalistes, des universitaires en Chine et des citoyens du monde qui ont souffert en raison de l’utilisation abusive de la technologie par les accusés, de la négligence, des armes Al et le transfert, la complicité et le manque de respect de la dignité humaine dans le domaine de la biométrie.

Facebook

Obligation financière
506 milliards ou au moins 99% de sa valeur nette

Obligation personnelle
World Apology, 30 ans de service public pour aider les victimes de persécution. Divulguer que son interface, ses algorithmes et son codage programment la vie, les pensées, les émotions et les systèmes biométriques des peuples, et que les Américains et les systèmes bio-métriques du monde, y compris la reconnaissance faciale et les informations privées des familles des peuples, ont été extraits par le gouvernement chinois par le vol de propriété intellectuelle et l’espionnage, et la négligence due à l’embauche par Facebook d’agents qui travaillaient pour le compte de la Chine. Compenser l’organisation Al et Cyrus A. Parsa pour le masquage de ses livres, articles et publications, et les promouvoir dans tout son système afin de rembourser ses dommages. Aidez Sue China et les entreprises chinoises pour le vol de propriété intellectuelle et l’utilisation abusive des données et de la technologie de Facebook, et exposez leurs camps de concentration et leurs crimes contre l’humanité. Accès exploratoire immédiat à l’échelle nationale par le défendeur avec le consentement de la Chine pour inspecter les camps de concentration dans toute la Chine, les prisons, les centres de détention et les déclarations des victimes persécutées sans limitation.

Mark Zuckerberg

Obligation financière
68,2 milliards de dollars USD. Valeur nette complète.

Obligation personnelle
World Apology, 30 ans de service public pour aider les victimes de persécution. Aider Sue China et les entreprises chinoises pour le vol de propriété intellectuelle et l’utilisation abusive des données et de la technologie de Facebook, et exposer leurs camps de concentration et leurs crimes contre l’humanité Accès exploratoire immédiat à l’échelle nationale par le défendeur avec le consentement de la Chine pour inspecter les camps de concentration dans toute la Chine, les prisons, les centres de détention et les persécutés déclarations des victimes sans limites.

Elon Musk

Obligation financière
La moitié de la valeur nette, 11,8 milliards de 23,6 milliards déclarés.

Obligation personnelle
Pour garantir la sécurité des sciences humaines. Prêt à atténuer en personne Elon Musk pour une conclusion dont il serait heureux. Il peut être possible de retirer des dommages-intérêts à Elon Musk lors d’une conversation, y compris toutes les demandes de dommages-intérêts, s’il peut fournir un meilleur plan pour le développement d’Al, et s’assurer que lui-même ou l’une de ses entreprises n’a jamais été informé ou au courant des atrocités contre les droits humains. en Chine. Savaient-ils qu’en faisant des affaires en Chine et en fournissant la technologie, ils aident le gouvernement chinois dans la surveillance, la capture, les camps d’internement, la torture et le meurtre?

Accès exploratoire immédiat à l’échelle nationale par le défendeur avec le consentement obligatoire de la Chine pour permettre l’inspection des camps de concentration dans toute la Chine, des prisons, des centres de détention et des déclarations des victimes persécutées sans limitation. Aidez Sue et / ou dénoncez les crimes contre l’humanité de la Chine s’il y a des murs en pierre ou un retard de la Chine pour cacher leurs camps de concentration, ou des traces de corps incinérés de citoyens chinois.

Demande de rencontrer Elon Musk, de retirer son usine Tesla de Chine et / ou d’aider le gouvernement chinois et les entreprises chinoises de Sue pour le vol de propriété intellectuelle et l’utilisation abusive de l’ingéniosité, des données et de la technologie d’Elon Musk, et exposer leurs camps de concentration et leurs crimes contre l’humanité. Sue le régime communiste chinois pour crimes contre l’humanité.

L’Organisation Al, Cyrus A. Parsa et les victimes de la persécution, dans certains scénarios humains négociables, envisageraient de retirer toutes les accusations à Elon Musk personnellement et à Tesla. Nueralink, est une question distincte, AGI et ASI doivent être discutés en personne. La suppression de toutes les charges comprend la rétractation des dommages-intérêts punitifs dans certaines conditions discutées en privé avec Elon Musk et Cyrus A. Parsa.

Larry Page

Obligation financière
Confiscation complète de tous les actifs et de la valeur nette. 60 milliards USD

Obligation personnelle et d’entreprise
Service à vie pour aider les victimes de persécution, de viol, de torture, d’internement dans les camps de concentration et les familles de ceux qui ont été assassinés et tués pour leurs organes. Excuses pour 2 décennies de manipulation et de destruction de l’humanité avec l’utilisation des algorithmes de lavage de cerveau de Google et son interconnexion avec l’utilisation abusive de machines, d’ordinateurs, de loT et de téléphones intelligents. Service à vie pour collecter des données bio-métriques en sciences humaines via lespage12image63468288page12image63468480page12image63468672page12image63468864page12image63469056page12image63469248page12image63565632page12image63565824

systèmes d’intelligence artificielle de Google sans informer correctement le public de ses implications avec les dangers précédents, actuels, émergents et futurs. Accès exploratoire immédiat à l’échelle nationale par le défendeur avec le consentement de la Chine pour inspecter les camps de concentration dans toute la Chine, les prisons, les centres de détention et les déclarations des victimes persécutées sans limitation.

Sergey Brin

Obligation financière
Confiscation complète de tous les actifs et de la valeur nette. 60 milliards USD

Obligation personnelle et d’entreprise
Service à vie pour aider les victimes de persécution, de viol, de torture, d’internement dans les camps de concentration et les familles de ceux qui ont été assassinés et tués pour leurs organes. Excuses pour 2 décennies de manipulation et de destruction de l’humanité avec l’utilisation des algorithmes de lavage de cerveau de Google et son interconnexion avec l’utilisation abusive de machines, d’ordinateurs, de loT et de téléphones intelligents. Service à vie de collecte de données bio-métriques en sciences humaines via les systèmes d’intelligence artificielle de Google sans informer correctement le public de ses implications, des dangers actuels, émergents et futurs. Accès exploratoire immédiat à l’échelle nationale par le défendeur avec le consentement de la Chine pour inspecter les camps de concentration dans toute la Chine, les prisons, les centres de détention et les déclarations des victimes persécutées sans limitation.

Sundar Pichai

Obligation financière
Abandon de 921 millions de valeur nette.

Obligation personnelle
20 ans de service pour aider les victimes de persécutions, d’internement dans les camps de concentration et les familles de ceux qui ont été assassinés et tués pour leurs organes. Accès exploratoire immédiat à l’échelle nationale par le défendeur avec le consentement obligatoire de la Chine pour inspecter les camps de concentration dans toute la Chine, les prisons, les centres de détention et les déclarations des victimes persécutées sans limitation.

Google L.L.C

Obligation financière
Abandonnez toute la valeur nette, pas moins de 550 milliards, moins de moteur de recherche nouvellement formé fonctionnant avec l’équité de l’algorithme et la correction des codes, dangers d’algorithme énoncés dans cette plainte.

Obligation de l’entreprise
Confesser et supprimer tous les codages et algorithmes qui peuvent manipuler, influencer et reprogrammer bio-numériquement les pensées des gens et les systèmes biométriques. Accès exploratoire immédiat à l’échelle nationale par le défendeur avec le consentement immédiat de la Chine pour inspecter les camps de concentration dans toute la Chine, les prisons, les centres de détention et les déclarations des victimes persécutées sans limitation.

Alphabet

Obligation financière
Abandonner 99% de sa valeur nette, pas moins de 950 milliards de capitalisation boursière.

Obligation de l’entreprise
Accès exploratoire immédiat à l’échelle nationale par le défendeur avec le consentement de la Chine pour inspecter les camps de concentration dans toute la Chine, les prisons, les centres de détention et les déclarations des victimes persécutées sans limitation et sans discussion mondiale.

Toutes les missions d’accès et d’exploration des accusés pour inspecter les camps de concentration, les rapports sur les corps incinérés, le trafic d’organes, les prélèvements d’organes, la traite des êtres humains, le trafic sexuel et les victimes de persécution doivent être approuvés par l’Organisation Al et Cyrus A. Parsa.

18 U.S.C.A. § 1030
§ 1030. Fraude et activité connexe en relation avec les ordinateurs

Entrée en vigueur: 16 novembre 2018

Google, Alphabet, Deep Mind, Tesla, Neuralink et Facebook ont utilisé des logiciels Al au-delà de la quantité raisonnable nécessaire et en excès, pour extraire la biométrie humaine, et l’ont fait sans dire au public les implications en matière de sécurité, il s’agissait donc d’un acte frauduleux au-delà de la portée acceptée de leurs algorithmes d’intelligence artificielle étroite, de codage et d’autrespage13image63660288page13image63660480page13image63660672page13image63660864page13image63661056page13image63661248page13image63661440page13image63661632

systèmes Al qui peuvent être directement et indirectement liés.

Violation de la loi sur le contrôle des armements et le désarmement [22 U.S.C. 2551 et Foreign Assistance Act of 1961, tel que modifié [22 U.S.C. 2151.

Google, DeepMind, Tesla, Neuralink, Facebook et Alphabet n’ont pas eu l’autorisation du gouvernement américain et du congrès pour transférer la technologie qui peut être et a été utilisée pour les armes en Chine, y compris l’arme de la robotique, l’intelligence artificielle, l’informatique quantique, la 5G , la technologie bio-métrique et les données civiles privées ou publiques qui pourraient être utilisées par la Chine pour nuire à des gens du monde entier financièrement, culturellement, émotionnellement et physiquement. Ces violations ont contribué au meurtre de nombreux citoyens chinois, y compris des victimes de persécutions.

22 U.S. Code§ 2752.. Coordination avec la politique étrangère

Google, Deepmind, Alphabet, Facebook, Tesla et Neuralink n’ont pas donné d’informations précises ni obtenu l’approbation du secrétaire d’État et du président pour transférer l’intelligence artificielle, et toutes les autres technologies mentionnées dans cette plainte.

22 U.S. Code§ 2753 . Admissibilité aux services de défense ou aux articles de défense

Les défendeurs de Google, Deepmind, Alphabet, Facebook, Tesla et Neuralink n’étaient pas éligibles pour transférer des armes pouvant être utilisées à des fins de destruction massive, de surveillance, y compris toutes les technologies liées à l’intelligence artificielle qui ont été transférées à la Chine, aux entreprises chinoises ou aux filiales qui les ont transférées vers Chine.

22 U.S. Code§ 2754 . Fins pour lesquelles les ventes ou locations militaires aux États-Unis sont autorisées; rapport au Congrès

Google, Deepmind, Alphabet, Facebook, Tesla et Neuralink Misused, ont été négligents et ont transféré de manière inappropriée les technologies Al, Machine, Bio-Métrique, Bio-ingénierie et Robotique vers la Chine. Vendre illégalement des armes sophistiquées directement et indirectement à la Chine et ses entreprises, ainsi que faire de la recherche et du développement pour les programmes d’armes sophistiquées de la Chine. Ces systèmes d’armes Al et bio-métriques ont été utilisés sur les victimes chinoises de la persécution, les personnes mêmes que Cyrus A. Parsa et l’Organisation Al essayaient de sauver.

22 U.S. Code§ 2755 . Discrimination interdite si fondée sur la race. religion. origine nationale ou sexe

Google, Deep mind, Alphabet, Facebook, Tesla et Neuralink se sont livrés à la discrimination directement et indirectement en vendant à la Chine et aux entreprises chinoises qui étaient et sont discriminatoires à l’égard de leurs propres citoyens sur la base des religions, de l’origine nationale, de la race et du sexe, et en les mettant citoyens dans des camps avec surveillance grâce à l’utilisation de la technologie même fournie par Google, Alphabet, Tesla, Neuralink, Deep Mind et d’autres entreprises technologiques et personnes nommées John Doe. Ils ont discriminé les victimes de la persécution en Chine qui travaillaient pour Cyrus A. Parsa, l’Organisation Al, ses associés et les victimes de la persécution et du trafic d’organes. PR Newswire a discriminé Cyrus A. Parsa, l’organisation Al, et les victimes de persécution en censurant les livres, rapports et articles de l’organisation Al, et en aidant le gouvernement chinois à répandre la propagande et l’incitation à la haine en Chine avec la filiale chinoise de PR Newswires.

22 U.S. Code§ 2756 . Intimidation étrangère et harcèlement d’individus aux États-Unis

Google, Deepmind, Alphabet, Facebook, Tesla et Neuralink Les défendeurs enfreignent cette loi en faisant des affaires avec la Chine et ses entreprises qui harcèlent et intimident des individus aux États-Unis, y compris M. Cyrus A. Parsa, ses associés et les victimes persécutées qui se sont échappées Chine. PR Newswire a intimidé d’autres sociétés de communiqués de presse de ne pas publier les documents de Cyrus A. Parsa et de l’organisation Al.

18 U.S. Code§ 1038 . Fausse information et canulars

Google, DeepMind et Alphabet ont transmis de fausses informations au public américain et au gouvernement sur les activités d’intelligence artificielle en Chine. En outre, Google, Alphabet et DeepMind ont transmis de fausses informations dans leurs autorisations et décodages de moteur de recherche Internet Google d’une manière qui a permis à la biométrie, aux pensées et aux actions des sciences humaines d’être induites en erreur, mal informées et contrôlées par les informations fournies et disponibles par googles Al data. et du système, non limité à l’intelligence artificielle étroite.

Se conformer à la California Electronic Communications Privacy Act conformément au chapitre 3.6 (à partir de la section 1546) du titre 12 de la partie 2 du code pénal.

Google, Deepmind, Alphabet, Facebook, Tesla et Neuralink et John Does, les défendeurs ne se sont pas correctement et précisément conformés à la California Electronic Communications Privacy Act, en ce qui concerne la biométrie publique et ses risques associés à l’intelligence artificielle, comme indiqué tout au long de cette plainte .

Une entreprise qui recueille des renseignements personnels sur les consommateurs doit divulguer, conformément au sous-paragraphe (8) du paragraphe (5) de la sous-section (a) de l’article 1798.130 :

Les défendeurs n’ont pas divulgué avec précision aux consommateurs la nature de leurs données collectées en ce qui concerne les risques de l’intelligence artificielle comme indiqué tout au long de cette plainte.
Les défendeurs Google, Alphabet, Facebook, Neuralink, Tesla et Deepmind ont transféré la technologie Al en Chine qui a été utilisée dans les camps de concentration pour détecter les comportements et la non-conformité à leurs captures. Les accusés ont également transféré la technologie Al en Chine qui a été utilisée pour détecter si des citoyens chinois ne se conformaient pas à la dictature socialiste chinoise ou résistaient au contrôle de l’intelligence artificielle. Ce faisant, les accusés ont directement et indirectement causé ou fourni les moyens à la Chine d’abuser, de torturer, de violer et d’assassiner ses citoyens. Les victimes comprennent des associés de l’Organisation Al et Cyrus A. Parsa, victimes de persécutions. Ces crimes n’excluent ni Hong Kong ni aucun autre endroit où la technologie a été utilisée, y compris les États-Unis. I (Colgate-Palmolive Co., 323 N.L.R.B.515, 515-16 (1997)).

Loi sur la fraude et les abus informatiques (CFAA) 18 U.S.C. § 1030)

Google, Facebook, Deepmind et Alphabet, ont accédé à des informations biométriques privées sur les téléphones intelligents, les ordinateurs et les lo T dans le but de construire leurs projets d’informatique quantique et d’intelligence artificielle, sans l’autorisation de l’utilisateur, y compris Cyrus A. Parsa, victimes de persécution , The Al Organization, John Doe Defendants et l’humanité dans son ensemble. En faisant cela, ils ont mis l’humanité en danger face à des acteurs néfastes, la Chine et les systèmes Al appartenant à Google, Facebook, Deepmind et Alphabet.

Google, Deepmind Alphabet et Facebook enfreignent la loi FTC par

“Ne pas fournir des mesures de sécurité raisonnables et appropriées pour les informations sensibles des consommateurs qu’ils détiennent.”. Ils ont mis des peuples en danger, et beaucoup sont morts en Chine, y compris des victimes de persécutions, directement résultant de la collecte bio-métrique de Google, Deepmind, Facebook et Alphabet des systèmes d’intelligence artificielle utilisés par le régime chinois et l’appareil de sécurité pour chasser, mettre en quarantaine, torturer et tuer des citoyens chinois.

Loi sur les signatures électroniques dans le commerce mondial et national (ESIGN, Pub.L. 106-229, 114 Stat. 464, promulguée le 30 juin 2000,15 U.S.C. ch. 96 ) est une loi fédérale des États-Unis adoptée par le Congrès des États-Unis pour faciliter l’utilisation des documents électroniques et des signatures électroniques dans le commerce interétatique et étranger en garantissant la validité et l’effet juridique des contrats conclus par voie électronique.

Google, Alphabet, Facebook et Deepmind Ne parviennent pas à obtenir la signature électronique des consommateurs et à y expliquer, les ramifications de leurs bio-métriques étant extraites de Google, Facebook, Deepmind et Alphabet pour leur machine d’intelligence artificielle. Cet échec a mis en danger l’humanité, en particulier les victimes de la persécution, les associés et les membres de l’Organisation Al.

Confidentialité des données 187. Comme la Société le reconnaît dans ses propres documents de gouvernance d’entreprise, les activités d’Alphabet sont soumises aux lois et réglementations nationales, fédérales et internationales en matière de protection des données, et le respect de ces régimes est essentiel au succès de la Société. Le défaut délibéré d’Alphabet de divulguer en temps opportun la violation de Google+ a probablement violé bon nombre de ces régimes de protection. 188. En particulier, le décret sur le consentement interdit spécifiquement les fausses déclarations sur l’efficacité des contrôles de la vie privée, y compris les contrôles des utilisateurs sur qui peut accéder à leurs données. Les défendeurs savaient, ou auraient dû savoir, que leur omission délibérée de divulguer une violation de Google+, ce qui permettait par inadvertance aux développeurs d’accéder à des données qui n’avaient pas été marquées comme “publiques” et potentiellement

Les algorithmes de Google, Facebook, Deepmind, Nueralink et Alphabet et les préjugés de son système Al leur ont permis de s’engager dans un génocide culturel, d’inciter à la haine envers les croyants, en plus de l’humanité dans son ensemble en créant des algorithmes conçus pour l’ingénierie sociale des humains. accepter la prochaine étape des altérations cybernétiques des humains, plaçant ainsi l’humanité sous génocide physique sans son libre arbitre, car les algorithmes et le codage de Google utilisent des fréquences biométriques qui bio-créent les humains à travers des fréquences envoyées aux réseaux neuronaux des humains qui modifient son structure opératoire et chimie du cerveau, modifiant ainsi sa pensée pour accepter une relation parasitaire et symbiotique entre l’intelligence artificielle et les machines. Les accusés font du tort à l’humanité, entravant les efforts de l’Organisation Al pour sensibiliser à ces dangers. Les accusés enfreignent le génocide de l’USCA 1019, le code pénal et les artifices 1, 2, 3 et 4 de la convention sur le génocide ainsi que la loi FTC (15 USC §§ 41-58) pour avoir été trompeurs et ne pas se protéger. une juste Al algorithmes, codage et organisation de leur plateforme d’écosystèmes.

Alphabet, Google, Facebook, Deepmind et Nearalink cherchent à détruire la race humaine et tout son peuple, et effacer leurs caractéristiques ethniques, nationales, religieuses et humaines. Ils l’ont fait en partie grâce à leur intelligence artificielle étroite, car elle se connecte aux téléphones intelligents, aux loT, aux ordinateurs et aux réseaux, et maintenant le système Al s’engage dans un système Al qui est sur le point de détruire l’humanité dans son ensemble sur le réseau 5G, en changeant la culture des sciences humaines et la chimie du cerveau à un point tel que leurs pensées sont modifiées pour accepter le mélange avec des machines. De plus, les systèmes d’intelligence artificielle Narrow de Google et Facebook ont contribué au trafic sexuel, humain et d’organes en fournissant des algorithmes d’intelligence artificielle et un codage qui améliorent de manière exponentielle les effets de la pornographie et du contenu violent fourni sur la plate-forme de Google, qui modifie la chimie cérébrale des individus en des moyens pour qu’ils soient plus susceptibles de s’engager dans ces activités. De plus, ils ont nui à John Does, lié à l’organisation Al, à Cyrus A. Parsa, et à toute l’humanité ayant des algorithmes qui rendent presque impossible la prise de conscience de ces réalités très

sophistiquées. Les défendeurs Facebook et Google enfreignent le 15 US Code CHAPTER 103-CONTROLLING THE ASSAULT OF NON-SOLICITED PORNOGRAPHY AND MARKETING et les articles 1, 2, 3 et 4 de la convention sur le génocide et 18 U.S.C.A. § 1091§ 1091. Génocide en vigueur: 22 décembre 2009, dans son intégralité.

a) Infraction fondamentale – Quiconque, que ce soit en temps de paix ou en temps de guerre et avec l’intention spécifique de détruire, en tout ou en partie substantielle, un groupe national, ethnique, racial ou religieux en tant que tel –

(1) tue des membres de ce groupe;
(2) cause des dommages corporels graves aux membres de ce groupe;

(3) provoque une altération permanente des facultés mentales des membres du groupe par la drogue, la torture ou des techniques similaires;

(4) soumet le groupe à des conditions de vie destinées à causer la destruction physique du groupe en tout ou en partie; (5) impose des mesures destinées à empêcher les naissances au sein du groupe; ou
(6) les transferts forcés des enfants du groupe à un autre groupe;
sera puni conformément au paragraphe (b).

(b) Peine pour une infraction de base – La peine pour une infraction au paragraphe (a) est:

(1) dans le cas d’une infraction prévue au paragraphe a) (1) entraînant la mort, par la mort ou l’emprisonnement à perpétuité et une amende d’au plus 1 000 000 $, ou les deux; et

(2) une amende d’au plus 1 000 000 $ ou un emprisonnement d’au plus vingt ans, ou les deux, dans tout autre cas.

(c) Infraction d’incitation – Quiconque incite directement et publiquement une autre personne à enfreindre le paragraphe (a) se verra infliger une amende d’au plus 500 000 $ ou une peine d’emprisonnement d’au plus cinq ans, ou les deux.

(d) Tentative et complot – Toute personne qui tente ou conspire à commettre une infraction en vertu du présent article sera punie de la même manière qu’une personne qui commet l’infraction.

(e) Compétence – Il y a compétence à l’égard des infractions décrites aux alinéas a), c) et d) si:

(1) l’infraction est commise en tout ou en partie aux États-Unis; ou

(2) quel que soit l’endroit où l’infraction est commise, le contrevenant présumé est:

(A) un ressortissant des États-Unis (tel que ce terme est défini à l’article 101 de la loi sur l’immigration et la nationalité (8 U.S.C.1101));

(B) un étranger légalement admis pour la résidence permanente aux États-Unis (tel que ce terme est défini à l’article 101 de la loi sur l’immigration et la nationalité (8 U.S.C.1101));

(C) un apatride dont la résidence habituelle est aux États-Unis; ou (D) present in the United States.

Décret exécutif No. 13691, 80 FR 9349, 2015 WL 693985(Pres.) Décret exécutif 13691

Promouvoir le partage d’informations sur la cybersécurité du secteur privé 13 février 2015

* 9349 Par l’autorité qui m’est conférée en tant que président par la Constitution et les lois des États-Unis d’Amérique, il est ordonné comme suit:

Section 1. Politique. Afin de lutter contre les cybermenaces pour la santé et la sécurité publiques, la sécurité nationale et la sécurité économique des États-Unis, les entreprises privées, les organisations à but non lucratif, les départements et agences exécutifs (agences) et les autres entités doivent être en mesure de partager des informations relatives aux risques de cybersécurité. et les incidents et collaborer pour répondre le plus près possible du temps réel.

Les organisations engagées dans le partage d’informations liées aux risques et incidents de cybersécurité jouent un rôle inestimable

dans la cybersécurité collective des États-Unis. Le but de cet ordre est d’encourager la formation volontaire de telles organisations, d’établir des mécanismes pour améliorer continuellement les capacités et les fonctions de ces organisations, et de mieux permettre. ces organisations à collaborer avec le gouvernement fédéral sur une base volontaire.

Un tel partage d’informations doit être effectué d’une manière qui protège la vie privée et les libertés civiles des individus, qui préserve la confidentialité des affaires, qui protège les informations partagées et qui protège la capacité du gouvernement à détecter, enquêter, prévenir et répondre aux cyber menaces à la santé et à la sécurité publiques, à la sécurité nationale et à la sécurité économique des États-Unis.

Cette ordonnance s’appuie sur les fondations établies par le décret exécutif 13636 du 12 février 2013 (Amélioration de la cybersécurité des infrastructures critiques) et la directive présidentielle 21 (PPD-21) du 12 février 2013 (Sécurité et résilience des infrastructures critiques).

La coordination des politiques, les orientations, le règlement des différends et les examens périodiques en cours des fonctions et programmes décrits et attribués dans le présent document seront assurés par le biais du processus interinstitutions établi dans la Directive présidentielle I (PPD-I) du 13 février 2009 (Organisation du système du Conseil national de sécurité), ou tout successeur.

Section. 2. Organisations de partage et d’analyse de l’information. a) Le secrétaire à la sécurité intérieure (secrétaire) encouragera vivement le développement et la formation d’organisations de partage et d’analyse de l’information (ISAO).
(b) Les ISAO peuvent être organisées en fonction d’un secteur, d’un sous-secteur, d’une région ou de toute autre affinité, y compris en réponse à des menaces ou vulnérabilités émergentes particulières. Les membres de l’ISAO peuvent être issus des secteurs public ou privé, ou être constitués d’une combinaison d’organisations des secteurs public et privé. Les ISAO peuvent être constituées en entités à but lucratif ou à but non lucratif.

c) Le Centre national d’intégration de la cybersécurité et des communications (NCCIC), créé en vertu de l’article 226 (b) de la loi de 2002 sur la sécurité intérieure (ci-après dénommée “loi”), s’engage dans une coordination continue, collaborative et inclusive avec les ISAO sur le partage des informations relatives aux risques et incidents de cybersécurité, en traitant ces risques et incidents et en renforçant les systèmes de sécurité de l’information conformément aux articles 212 et 226 de la Loi.

(d) Pour promouvoir la formation des ISAO, le Secrétaire consultera les autres entités fédérales chargées de mener les activités de cybersécurité, y compris les agences sectorielles, les agences de régulation indépendantes à leur discrétion et les agences nationales de sécurité et d’application de la loi.

Section. 3. Organisation de normalisation de l’ISAO. (a) Le Secrétaire, en consultation avec d’autres entités fédérales responsables de la cybersécurité et des activités connexes, doit, par le biais d’un processus ouvert et concurrentiel, conclure un accord avec une organisation non gouvernementale pour faire office d’organisme de normalisation de l’ISAO (SO), qui doit identifier un ensemble commun de normes ou de lignes directrices volontaires pour la création et le fonctionnement des ISAO dans le cadre de cet arrêté. Les normes favorisent l’objectif de créer un partage solide d’informations relatives aux risques et incidents de cybersécurité avec les ISAO et entre les ISAO afin de créer des réseaux plus profonds et plus larges de partage d’informations au niveau national et de favoriser le développement et l’adoption de mécanismes automatisés pour le partage d’informations. Les normes porteront sur les capacités de base que les ISAO dans le cadre de cet ordre devraient posséder et être en mesure de démontrer. Ces normes doivent traiter, mais sans s’y limiter, des accords contractuels, des processus commerciaux, des procédures d’exploitation, des moyens techniques et des protections de la vie privée, telles que la minimisation, pour le fonctionnement de l’ISAO et la participation des membres de l’ISAO.

(b) Pour être sélectionné, l’ER doit démontrer sa capacité à s’engager et à travailler avec la vaste communauté des organisations engagées dans le partage d’informations liées aux risques et incidents de cybersécurité, y compris les ISAO, et les associations et entreprises privées engagées dans le partage d’informations à l’appui de leurs clients.

(c) L’accord mentionné à la section 3 (a) exigera que l’ER s’engage dans un processus ouvert d’examen public et de commentaires pour l’élaboration des normes mentionnées ci-dessus, en sollicitant les points de vue des entités existantes engagées dans le partage d’informations liées aux risques de cybersécurité et incidents, propriétaires et exploitants d’infrastructures critiques, agences compétentes et autres parties prenantes des secteurs public et privé.

(d) Le Secrétaire appuiera l’élaboration de ces normes et, dans l’exécution des exigences énoncées dans la présente section, consultera le Bureau de la gestion et du budget, l’Institut national des normes et de la technologie du Département du commerce, Département de Justice, le Bureau de surveillance de la sécurité de l’information de l’Administration nationale des archives et des documents, le Bureau du directeur du renseignement national, les agences sectorielles et d’autres entités fédérales intéressées. Toutes les normes doivent être compatibles avec les normes internationales volontaires lorsque ces normes internationales feront progresser les objectifs de la présente ordonnance, et doivent répondre aux exigences de la loi nationale sur le transfert et l’avancement de la technologie de 1995 (loi publique 104-113) et la circulaire 0MB A-119 , tel que révisé.

Section 4. Programme de protection des infrastructures essentielles. (a) Conformément aux articles 213 et 214 (h) de la loi de 2002 sur les informations sur les infrastructures critiques, je désigne le NCCIC comme programme de protection des infrastructures critiques et je lui délègue le pouvoir de conclure des accords volontaires avec les ISAO afin de promouvoir les infrastructures critiques sécurité en matière de cybersécurité.

(b) D’autres entités fédérales chargées de la cybersécurité et des activités connexes pour faire face aux menaces à la santé et à la sécurité publiques, à la sécurité nationale et à la sécurité économique, conformément aux objectifs du présent arrêté, peuvent

participer aux activités au titre de ces accords.

(c) Le Secrétaire déterminera l’éligibilité des ISAO et de leurs membres pour toute installation nécessaire ou les habilitations de sécurité du personnel associées à des accords volontaires conformément à l’Ordonnance 13549 du 18 août 2010 (Programmes d’information sur la sécurité nationale classifiés pour l’État, les sections locales, tribales, et les entités du secteur privé) et le décret 12829 du 6 janvier 1993 (Programme national de sécurité industrielle), tel que modifié, y compris tel que modifié par le présent arrêté.

Section. 5. Protection de la vie privée et des libertés civiles. (a) Les agences doivent coordonner leurs activités en vertu du présent arrêté avec leurs hauts fonctionnaires chargés de la protection de la vie privée et des libertés civiles et veiller à ce que des protections appropriées de la vie privée et des * 9351 libertés civiles soient incorporées dans ces activités. Ces protections doivent être basées sur les principes de pratique équitable de l’information et d’autres politiques, principes et cadres de protection de la vie privée et des libertés civiles tels qu’ils s’appliquent aux activités de chaque agence.

(b) Les hauts responsables de la protection de la vie privée et des libertés civiles des agences engagées dans des activités en vertu de la présente ordonnance doivent effectuer des évaluations des activités de leur agence et fournir ces évaluations au chef de la protection de la vie privée du Département de la sécurité intérieure (SST) et au Bureau de la SST pour les droits civils et les libertés civiles. pour examen et inclusion dans le rapport d’évaluation de la vie privée et des libertés civiles exigé en vertu du décret 13636.

Décret exécutif No. 13691, 80 FR 9349, 2015 WL 693985(Pres.) Décret exécutif 13691

Promouvoir le partage d’informations sur la cybersécurité du secteur privé

Les défendeurs n’ont pas respecté le décret 13691 en partageant correctement, avec précision et en rendant publics les risques de leur recherche et développement d’intelligence artificielle. Les accusés n’ont pas non plus réussi à protéger leur recherche et développement de la Chine, des entreprises chinoises impliquées dans le génocide et des associés chinois qui avaient de l’argent et des investissements dans des entreprises qui se sont livrées à des crimes contre l’humanité en Chine. Par ceux-ci, les accusés ont fait du tort aux victimes représentées par Cyrus A. Parsa et The Al Organization

Violation de la FTC ACT § 45a. Étiquettes sur les produits, l’intelligence artificielle n’a pas été étiquetée par Google.

Google LLC, Facebook, Deepmind et Alphabet n’ont pas correctement et honnêtement étiqueté leurs produits numériques et leurs produits physiques promus sur leur moteur de recherche et tous les services interconnectés devant être créés, promus, offerts et vendus par l’utilisation de l’intelligence artificielle ou des algorithmes créés par, assistée ou incorporée à l’intelligence artificielle.

Violation de FTC ACT § 52. Diffusion de fausses publicités pour l’utilisation d’Al pour induire et manipuler des pensées, des actions et des émotions qui fraudent et blessent toute l’humanité, y compris l’Organisation Al, Cyrus A. Parsa et ses associés.

(a) Illégalité Il est illégal pour toute personne, société de personnes ou société de diffuser ou de faire diffuser une fausse publicité – (1) Par la poste des États-Unis, ou dans ou ayant un effet sur le commerce, par tout moyen , dans le but d’induire, ou qui est susceptible d’induire, directement ou indirectement, l’achat d’aliments, de médicaments, d’appareils, de services ou de cosmétiques; ou (2) Par tout moyen, dans le but d’induire, ou qui est susceptible d’induire, directement ou indirectement, l’achat ou ayant un effet sur le commerce, d’aliments, de médicaments, d’appareils, de services ou de cosmétiques. (b) Acte ou pratique déloyale ou trompeuse La diffusion ou la diffusion de toute fausse publicité dans le cadre des dispositions du paragraphe (a) de la présente section constitue un acte ou une pratique déloyale ou trompeuse dans le commerce ou affectant le commerce au sens de l’article 45 de ce titre.

Violation de FTCACT § 53. Fausses publicités; injonctions et ordonnances restrictives.

Google, DeepMind, Alphabet, Facebook et Neuralink ont faussement annoncé les raisons, les capacités, les risques et les implications de leurs technologies, produits et services diffusés au public, y compris les algorithmes Al ont nui à l’humanité, The Al Organization, Cyrus A. Parsa et les plaignants John Est-ce que. Les défendeurs sont responsables et coupables § 54. Fausses publicités; des sanctions en vertu du FTCACT car elles ont causé des dommages à la santé par la torture résultant de l’aide que la Chine a reçue des technologies du défendeur transférées à la Chine. Les accusés ont par la suite violé le § 57b. Actions civiles pour violations des règles et ordonnances de cesser et de s’abstenir concernant des actes ou pratiques déloyaux ou trompeurs. En outre, (h) Compétence du tribunal Chaque fois qu’une requête est déposée devant un tribunal de district des États-Unis en vertu de la présente section, ce tribunal est compétent pour entendre et trancher la question ainsi présentée, et pour entrer une ou plusieurs ordonnances qui peuvent être requises. mettre en vigueur les dispositions de la présente section. Toute ordonnance définitive ainsi inscrite est susceptible d’appel conformément à l’article 1291 du titre 28. Toute désobéissance à toute ordonnance définitive rendue en vertu du présent article par un tribunal est punie comme un outrage à ce tribunal.

Les accusés violent la loi de 1961 sur la maîtrise des armements et le désarmement, 22 U.S.C. § 2551 en développant et en fournissant à la Chine une intelligence artificielle et une technologie d’informatique quantique qui peuvent être utilisées dans une grande variété de frappes atomiques guidées par Al, assistées par Al et produites par Al contre les États-Unis, y compris contre les États-Unis par la Chine ou des acteurs voyous. La loi a été créée pour établir un organe directeur pour le contrôle et la réduction des armements apocalyptiques en vue de protéger un monde des fardeaux des armements et du fléau de la guerre. La loi a fourni un aspect important pour la politique étrangère de l’administration Kennedy qui était cohérente avec la politique de sécurité nationale des États-Unis.

La législation H.R. 9118 a été adoptée par la 87e session du Congrès des États-Unis et signée par le 35e président des États-Unis John F. Kennedy le 26 septembre 1961

Les accusés violent la loi sur l’énergie atomique de 1954, 42 U.S.C. §§ 2011-2021, 2022-2286i, 2296a-2297h-13, est une loi fédérale des États-Unis qui couvre le développement, la réglementation et l’élimination des matières et installations nucléaires aux États-Unis. Ils ont mis en danger le peuple chinois, le monde et les personnes travaillant pour le compte de l’Organisation Al en Chine et dans le monde en transférant la technologie Al qui peut être utilisée pour des frappes nucléaires avec l’intelligence artificielle.

Il s’agissait d’un amendement à la Loi sur l’énergie atomique de 1946 et a considérablement affiné certains aspects de la loi, y compris un soutien accru à la possibilité d’une industrie nucléaire civile. Cela a notamment permis au gouvernement de permettre aux entreprises privées d’obtenir des informations techniques (données restreintes) sur la production d’énergie nucléaire et la production de matières fissiles, permettant un échange d’informations plus important avec les pays étrangers dans le cadre des atomes du président Dwight D.Eisenhower pour Programme de paix, et a annulé certaines dispositions de la loi de 1946 qui avaient rendu impossible le brevetage de procédés de production d’énergie nucléaire ou de matières fissiles.

La législation H.R.9757 a été adoptée par la 83e session du Congrès américain et signée par le président Dwight Eisenhower le 30 août 1954.

IV. DEMANDE DE PROCÈS PAR JUGE
Je déclare sous peine de parjure que ce qui précède est vrai et correct. DATE: 16 décembre 2019
Cyrus A. Parsa, The AI Organization, In Pro Se

SOURCE : https://digitalcommons.law.scu.edu/cgi/viewcontent.cgi?article=3104&context=historical

La Chine coupe les naissances ouïgoures avec des DIU, l’avortement, la stérilisation Le gouvernement chinois prend des mesures draconiennes pour réduire le taux de natalité chez les Ouïgours et les autres minorités dans le cadre d’une vaste campagne visant à réduire sa population musulmane, même s’il encourage une partie de la majorité Han du pays à avoir plus d’enfants. L’État soumet régulièrement les femmes des minorités à des contrôles de grossesse, et impose des dispositifs intra-utérins, la stérilisation et même l’avortement à des centaines de milliers de femmes, comme le montrent les entretiens et les données. Même si l’utilisation des stérilets et de la stérilisation a diminué dans tout le pays, elle augmente fortement dans le Xinjiang. Les mesures de contrôle de la population s’accompagnent d’une détention massive, à la fois comme menace et comme sanction pour non-respect… les parents de trois enfants ou plus étant arrachés à leur famille, à moins qu’ils ne puissent payer d’énormes amendes. La police fait des descentes dans les maisons, terrifiant les parents à la recherche d’enfants cachés. Les taux de natalité dans les régions de Hotan et Kashgar, majoritairement ouïgoures, ont chuté de plus de 60 % entre 2015 et 2018… Dans toute la région du Xinjiang, le taux de natalité continue de chuter, avec une baisse de près de 24 % l’année dernière .[22:08]Les universitaires soutenus par l’État ont averti pendant des années que les grandes familles religieuses rurales étaient à l’origine des attentats à la bombe, des attaques au couteau et autres (https://apnews.com/1e095c203d4a40c0a79d78d1a41634ab) que le gouvernement du Xinjiang a imputé aux terroristes islamiques (https://apnews.com/79d6a427b26f4eeab226571956dd256e). La population musulmane croissante était un terreau fertile pour la pauvreté et l’extrémisme, ce qui pouvait “accroître le risque politique”… Un autre a cité comme obstacle majeur la croyance religieuse selon laquelle “le fœtus est un don de Dieu”. Selon des experts extérieurs, la campagne de contrôle des naissances fait partie d’une attaque orchestrée par l’État contre les Ouïgours pour les purger de leur foi et de leur identité et les assimiler par la force. Ils sont soumis à une rééducation politique et religieuse dans des camps (https://apnews.com/4ab0b341a4ec4e648423f2ec47ea5c47) et au travail forcé (https://apnews.com/99016849cddb4b99a048b863b52c28cb) dans des usines (https://apnews.com/3f9a92b8dfd3cae379b57622dd801dd5), tandis que leurs enfants sont endoctrinés dans des orphelinats (https://apnews.com/903a97b7c62a47b98553b6f422827dd7/China-treats-Uighur-kids-as- “Orphelins” – après la saisie des parents). Les Ouïgours, qui sont souvent mais pas toujours musulmans, sont également suivis par un vaste appareil de surveillance numérique (https://apnews.com/1ec5143fe4764a1d8ea73ce4a3e2c570/AP-Exclusive:-Digital-police-state-shackles-Chinese-minority). “C’est un génocide, point final… Ce sont des moyens directs de réduire génétiquement la population ouïgoure”. .[22:08]Sur les 484 détenus des camps répertoriés dans le comté de Karakax au Xinjiang, 149 y étaient pour avoir eu trop d’enfants Si les amendes s’appliquent également aux Chinois Han, seules les minorités sont envoyées dans les camps de détention si elles ne peuvent pas payer Dans le cadre d’autres efforts visant à modifier l’équilibre démographique du Xinjiang, la Chine fait miroiter des terres, des emplois et des subventions économiques pour y attirer les migrants Han. Elle encourage également les mariages entre Chinois Han et Ouïgours. Article complet : AP News (https://apnews.com/269b3de1af34e17c1941a514f78d764c), (29-Juin)

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.