Une censure jamais vu dans notre pays

Ce 26 mai 2021, pour la 1ère fois depuis 2016 et l’application de la protection des Lanceurs d’alerte (Loi Sapin II), un groupe et une page Facebook de Lanceurs d’alerte français sont censurés.

Nous sommes condamnés a nous taire !!!

Tous les comptes des administrateurs de notre groupe sont bloqués !!! Lanceurs d’alerte – Citoyens en colère – Même combat – https://www.facebook.com/groups/2098205716932940 et la page “Lanceurs d’alerte” qui avait plus de 60 00 abonnés et qui depuis déjà plus d’un mois est vouée au silence …

Lanceur d’alerte.@LanceurdAlerteOfficial  · Site web d’actualités https://www.facebook.com/LanceurdAlerteOfficial


Nous pensons que cela fait suite à nos posts insistants sur l’excellente prestation de Ricardo Boutry sur #TPMP :

« On est dans une dictature. Les assassins ce sont eux ! »

⚠Très grosse tension entre Richard Boutry, ancien présentateur sur France Télévisions et Laurent Alexandre dans l’émission TPMP !!!

Tous les jours Richard Boutry, ancien présentateur sur France Tv et TV5 Monde, vous propose une chronique d‘une minute sur des faits d‘actualité ou des sujets plus intemporels, qu‘il traite avec une patte à la fois journalistique et personnelle.

Suivez le absolument : https://www.laminutedericardo.com

Voir et partager la vidéo sur Telegram – Laurent Alexandre se fait clashé ! : https://t.me/FrenchWhistleblowers/1632

« Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expressionque ce soit. »

LA PROTECTION DES LANCEURS D’ALERTE PAR LA LOI SAPIN 2

LES FAITS POUVANT FAIRE L’OBJET D’UN SIGNALEMENT 

Aux termes de l’article 6 de la loi, le lanceur d’alerte est une personne physique qui révèle ou signale :

  • un crime ou un délit ;
  • une violation grave et manifeste d’un engagement international régulièrement ratifié ou approuvé par la France, d’un acte unilatéral d’une organisation internationale pris sur le fondement d’un tel engagement, de la loi ou du règlement;
  • une menace ou un préjudice graves pour l’intérêt général.

Le champ des signalements possibles est vaste. Sont ainsi protégés par ce texte des lanceurs d’alerte aussi divers que les auteurs de signalement en matière de santé publique ou d’environnement, ceux dénonçant des délits ou des crimes, par exemple en matière financière, en passant par ceux signalant la violation « grave et manifeste » d’un engagement international.

De simples risques peuvent faire l’objet d’une alerte, à condition de menacer gravement (ou d’être gravement préjudiciables pour) l’intérêt général, peu importe dans ce cas que les risques constituent, ou non, des actes illégaux.

De nombreux faits peuvent ainsi faire l’objet d’une alerte. Il peut s’agir, par exemple, d’infraction de corruption, de trafic d’influence, de détournement de fonds publics, de prise illégale d’intérêt, mais aussi dans le domaine de la santé, de l’environnement et de la sécurité sanitaire, d’un risque pour la population.

L’AUTEUR DU SIGNALEMENT

Le signalement peut provenir de « toute personne physique ». L’auteur du signalement peut donc être : un (ancien) salarié, un stagiaire, un candidat à l’emploi, un collaborateur extérieur ou occasionnel. N’entrent en revanche pas dans la définition des lanceurs d’alerte, les signalements effectués par des personnes morales.

Par ailleurs, le lanceur d’alerte doit avoir eu « personnellement connaissance » des faits qu’il signale. Il ne peut donc s’agir d’un témoignage indirect, ni d’un signalement sur la base d’un ouï-dire.

Enfin, un élément d’appréciation du comportement du lanceur d’alerte entre en jeu dans la mesure où celui-ci doit agir « de manière désintéressée et de bonne foi ». L’exigence de bonne foi est classique. En revanche, on peut s’interroger sur l’exigence d’une action désintéressée. Les débats à l’Assemblée nationale témoignent de la volonté du législateur d’écarter le système de « chasseurs de prime » à l’anglo-saxonne. Il s’agirait donc d’un désintérêt essentiellement matériel et financier : le lanceur d’alerte ne doit pas tirer bénéfice du signalement.

LA PROTECTION DES LANCEURS D’ALERTE 

Au plan civil, la protection des lanceurs d’alerte repose sur un régime spécifique calqué sur celui de la non-discrimination. L’article L.1132-3-3 du Code du travail interdit toute mesure discriminatoire (du recrutement au licenciement, en passant par l’accès à un stage ou une formation), directe ou indirecte, à l’encontre d’une personne ayant signalé une alerte dans le respect de la loi Sapin II.

Dire la vérité est un acte résistance

Stephanie Gibaud

Auteure, Conférencière
Victime de la non-application de la loi en France.

Ce texte de soutien a été envoyé à Mme Laura Pfeiffer, Inspectrice du Travail ; je tenais à le partager publiquement aujourd’hui, en cette veille du jugement de Julian #Assange 

Chaque lanceur d’alerte a prouvé par son propre parcours que dire la vérité dans nos démocraties occidentales est un acte révolutionnaire. Les lanceurs d’alerte ont tous été traînés en justice avant les entreprises dont ils dénoncent les scandales.

Dire la vérité est un acte révolutionnaire dans nos démocraties occidentales mais faire son travail l’est tout autant au “pays des droits de l’homme” puisque cela mène aussi à devenir “lanceur d’alerte” et à être traîné en justice.

Dans ces temps troubles et troublés, dans cette époque sans repères, il est important de nous rassembler et de nous mobiliser pour remercier celles et ceux qui veulent la paix, la vérité et le respect dans le monde.

Merci Madame Pfeiffer de nous avoir ouvert les yeux sur les dysfonctionnements de la société Téfal dont nous sommes quasiment tous l’un de ses clients. Vous aidez les citoyens à comprendre qu’ils doivent retrouver leur liberté, à commencer par celle de faire son travail correctement, mais aussi leur liberté de penser et leur permettre l’unicité car tous les collaborateurs en France dépendent d’une inspectrice du travail.

Celle vers laquelle je me suis tournée dans le cadre du scandale d’évasion fiscale que j’ai dénoncé chez UBS a été mutée en Polynésie. Vous voici donc, Mme Pfeiffer, mutée aux Antilles. A croire que les fonctionnaires consciencieux sont envoyés au loin, sur des îles paradisiaques, pour que leurs actions qui gênent l’oligarchie soient oubliées en Métropole…

La liberté et la justice ne s’expriment pas seulement avec des mots mais par des actions au quotidien face à la culture du mensonge, de l’opacité et de la peur.

Au nom de la solidarité féminine, au nom de mon parcours de lanceuse d’alerte mais aussi d’ancienne élue en entreprise et d’ancienne syndiquée, je tiens à vous remercier de votre éthique, de votre intégrité et de votre exemplarité. Vos actions permettent une prise de conscience de l’opacité des multinationales et des administrations, opacité orchestrée contre les intérêts des citoyens. Car lorsque l’on est traîné en justice pour avoir simplement son travail, c’est bien de la cohésion de notre société dont il s’agit.

J’espère de tout coeur que la décision de justice rendue ce 5 septembre 2018 vous rétablira dans vos droits et vous permettra de retrouver votre honneur et votre dignité d’inspectrice du travail qui a agi dans l’intérêt général.

Restons soudés, restons mobilisés car être lanceur d’alerte n’est pas le métier de certains, mais l’obligation morale de tous.

https://panodyssey.com/en/article/politics/dire-la-verite-est-un-acte-resistant-jwjttcr4dtvv#

Reprenons le contrôle de nos vies 

Les nostalgiques des années 80 qui ont en tête la chanson du groupe Téléphone “Je rêvais d’un autre monde” sifflotent parfois en rêvant d’une autre vie. Nombreux sont ceux qui aujourd’hui aspirent à un changement de rythme, d’ambiance, d’environnement, d’état d’esprit. Quarante années après le tube chanté par Jean-Louis Aubert et Téléphone, nos vies ont évolué comme l’attestent les paroles des chansons de Rocé “Je chante la France” ou de Grand Corps Malade “Je viens de là”. Elles confirment toutefois que quel que soit l’endroit où nous vivons, le vivre ensemble et le terroir sont des envies communes très fortes. Nous continuons les uns les autres à souvent rêver d’une autre existence mais l’inquiétude, l’appréhension, les difficultés de chacun à sortir de sa propre zone de confort – aussi inconfortable soit-elle – demandent de l’énergie et parfois du courage.

“Il y a trois sortes d’hommes : ceux qui vivent leur vie, ceux qui rêvent leur vie et ceux qui vivent leurs rêves.”

Philippe Bartherotte

A la découverte d’Existence B – Première journée

Certains démontrent par leurs actions que vivre son rêve n’est pas chimérique. Je suivais de loin sur les réseaux sociaux le projet Existence B. J’ai eu envie d’en savoir plus, comprendre comment il est possible de vivre une existence plus apaisante et plus solidaire dans notre pays. Concrètement, une année après avoir obtenu leur terrain, quel est le quotidien de ceux qui rêvaient « d’un autre monde » ?

La suite ici : https://panodyssey.com/en/article/environment/reprenons-le-controle-de-nos-vies-cinquieme-partie-wv93rppn3bgv

Titre IER : DE LA LUTTE CONTRE LES MANQUEMENTS À LA PROBITÉ (Articles 1 à 24)


Dernier post sur notre page de 60 000 abonnés !!!

#ALERTE – L’OMS se prononce contre le passeport vaccinal

20 avril – L’OMS se prononce contre le passeport vaccinal pour la simple est bonne raison : “étant donné les preuves limitées (bien que croissantes) concernant la performance des vaccins sur la réduction de la transmission et étant donné l’inégalité persistante en matière de distribution mondiale des vaccins».

https://www.facebook.com/groups/2098205716932940/permalink/3963312147088945/

Tous vaccinés ? – Le Film

Publié le 11 OCTOBRE 2019

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.